To content | To menu | To search

Notes de Voyage

Tag - Philo

Entries feed - Comments feed

What is Life, Death, and Salvation?

A Bible reading session last month posed the question of the afterlife (Mt 22). After a long exploration of the topic, I came to think that it involves questioning the very definition of life and death themselves! Using my habit of emergent layers, applied to an individual person (cf. numeral symbol by Bernard Werber), I came out with this table to describe what it means to be alive or dead:

Evolution levels

State of Life

State of Death

5. Saint (spiritual)

Hope, Faith, Love

Despair, denial/betrayal, hate

4. Human (mental)

Personality, intelligence, humour

Madness, mental handicap

3. Animal (emotional)

Sensory and emotional reaction, desires

Lethargic, vegetative state

2. Plant (biological)

Biological life, health

Handicap, decease

1. Mineral (physical)

Body, physical presence

Disaggregation

0. Others (vicarious)

Name, stories, cult, statue

Oblivion

This table matches the cardinal cycle and the 4 fields of education, with 2: sport for the body, 3: art for the heart, 4: science for the mind, and 5: wisdom for the soul. I also add a “zero” level which corresponds to our life (and survival!) through others: how we are known and remembered. With this table, it appears that death is often gradual: being handicapped, desperate, and ignored, already cripples the wholeness of our life. Often the death of the higher levels would cause the lower ones in turn to crumble. However we can also imagine the death of an unknown person, keeping quietly his wisdom and conscience till the end.

The above table may seem to over-analyse life and death, cutting it into thin nuances, but actually the Greek vocabulary of the New Testament also does so! One of my cousin underlined that in the Gospels there is a distinction between 3 forms of life: Bios: life of the body (2) and (3), Psyche: life of the mind (4), and Zoe: eternal life of the soul (5). We can also match these with the 3 loves: Eros of the body, Philia of the mind, and Agape of the soul. As I like to believe, vocabulary and grammar help with philosophy!

From the etymology angle, resurrection comes from the Latin "resurgere", "to spring up again", akin to "source" but without the idea of "origin". In Chinese 復活 is "return to life", in Vietnamese Phục sinh 復生 is "rebirth". In Greek Ανάσταση: "stand up". It sounds sometimes like a return to our previous life, or the start of a new one.

If we consider that, in the face of his death, a man’s salvation consist in keeping his life, it seems that most cultures tend to focus on the lower levels: a grave, a legend, a statue to remain in people’s head (0), and sometimes a mummy to keep the body. Then many religions and beliefs promise to restore the body (1), bring it back to physical life and health (2), enjoy a paradisaical existence of pleasures (3),  and optionally some grand revelations (4).

What if it were the other way around, eternal life through the higher levels? Simply survive as spirits (4), free from bodily life and heaviness, taking with us the most precious fruits of our soul (5). Like the butterfly leaving the caterpillar cocoon. In Christian context, the realization of divine salvation implies the irrelevance of hope and faith: only love is to remain.

Could this utlimate bliss scene also mean to abandon our individuality? Meeting face to face with God should be a fantastic love burst, surely calling for a fusion, following the example of the Trinity. That would mean that even our own self (4) fades out as we merge back into the source of light.

Even further, if this salvation leads to an eternal state of perfection, could time disappear? Time would mean motion and evolution, but hard to imagine a dynamic perfection lasting forever! It would necessary imply fluctuations around the optimum, and the absence of overall increase of excellence would mean terrible boredom for the spirits endowed with memory. Even if their memory were wiped regularly so that they may enjoy the same perfect (groundhog) day forever, that would be a kind of time-loop, not be so different from a mere interruption of time. Hard to imagine what could be existence without time, our intimate and yet mysterious life drug! We could be either without time (hit into a bliss wall the end of the road, just like the Big Bang sprung from nowhere), or beyond time, seeing it from above like a spiralling track from its beginning till its end.

Ads, Adore, and Addict: cultural shifts

As media and trends move faster, our consumer societies sometimes undergo spectacularly quick transformations. I have recently noticed 3 notions where cultural conceptions worldwide have been toppled upside down: the consumer will “Adore”, will be “Addicted”, and Ads are here to know what you like and become viral.

Adore
I’m starting my story the way it came to me. Living in Vietnam, I partly witness the transition and contrast from pre-war generation (under French influence, respectful of Confucian and Buddhist traditions), post war generation (pro USSR, but still keeping Confucian and Buddhist as part of Vietnamese identity), and the young generations (embracing exhibitionist consumerism, iPhones selfies and hipster styles).

Throughout Buddhism, “passion” and “enthusiastic fascination” (迷, Mê) is considered evil as a source of suffering. It receives similar treatment in Plato’s philosophy. This word has a negative connotations in Chinese and Vietnamese (e.g. 迷信: superstition, 迷惑: confuse, 迷宫: maze, 迷路: loose way, 痴迷: crazy, 低迷: depressed, 迷醉: intoxicate, etc.) However nowadays, the word is gaining glamour, and is considered as a desirable sign of enjoyment. In this advertisement here-below, it rhymes with Yêu, love.

A comparable shift happened long ago in English and French, when the word “adore” became a mere synonym of liking something very much. Considering the 2nd of the Bible’s 10 Commandments, forbidding the adoration of idols, we can see that the word has gone a long way up until now!

Addict
More surprisingly, as several studies start to warn about the addictive dangers of video games, apps, TV series and others recent digital medias, the very word “addictive” managed to become a marketing catchphrase! Countless ads praise the latest online “addicting games” that will “take control of your life” and “keep you awake all night”.

How incredible that the selling pitch of a product uses the exact same language as those denouncing their dangers! Have we gone to the point where self-indulgence, decadence and selfish craving can be openly glorified? Maybe these evils have been blamed too heavily in our traditional cultures and the feeling of guilt now swings back to the other extreme: claiming egoist hedonism and self-intoxication as a new way of life?

Advertisements
I remember 20 years ago, advertisement was still vastly regarded as a one-way marketing hunting tool, trying to urge consumers to buy a product or service. Every company was praising its own product and pushing them to the market. Later on, several studies showed that TV audience actually likes ads, for their catchy style and entertainment.

Further down the line, we saw Facebook asking us whether we find such or such ad interesting, relevant, or funny to us. That is another great shift: ads are supposed to become “relevant”, and to do so, each of us is supposed to allow Google and Facebook to know our tastes. Now, since most of us can’t really figure out what we would like, Google offers to plays the Gestapo-psychologist and spy on us to predict our behavior, and convert us into consuming appendices of the supply chain. No need to think further, mother Google will tell us “what we like”.

That’s it.
Now it’s time to ask ourselves whether we really want to go down that path:

Craze and crave in your cradle-grave, with umbilical cords to crate you as slave.

Maybe at some point, rejecting the machine assistance to consumer decision could be considered as a seditious act blamed for destabilizing the computed economy?

Actually to be fair, modern ads are not purely turning us into passive consumers, but also convert us into ambassadors, to share the ads in turn, either for its fun, or because we genuinely want to share the word. This implies more commitment, and maybe, even critical thinking! Such social interactivity with the ad is the opportunity for freedom of expression through online civil society, promoting or criticizing content.

BONUS: Social Credit Rating
When allowing personal initiative and freedom of speech, one of the next moves of abusive governments is "Social Credit". There are various forms of such rating. So far they mostly focus on the credit-worthiness of loan takers, analyzing their purchase record and contact list to determine whether lending them money is safe. For example the "Sesame credit" 芝麻信用 from Alibaba's 蚂蚁金服 "Ant Financial Service" in China since 2015, with 190 million users. Some dating websites (e.g. 百合 Baihe) encourages users to boast their scores, thus influencing matching, making it de facto a criteria for social segregation. Similar credit ratings are in use in the US (Credit Karma since 2007, and ironically since 2010: Credit Sesame!) Facebook also tried one in 2014, based on social media content, but called it off in Feb 2016 over regulatory issues.

Here is a broader and quite perverted version of social credit: Each citizen would be rated based on the compliance of his behavior with a given standard. Criteria could include purchases, message content, readings, travels, studies, and even non-secretiveness (willingness to show all their life for analysis), etc. Bad grade citizens are penalized when asking for services (loan, study, accommodations, etc.), while good pupils are rewarded. The social credit of whoever you connect with and meet could also affect your own credit, thus preventing social class mix and dialogue.

That would be a lovely way to manipulate populations by saying: "Yes you are free, but being "naughty" will make your life much harder..." Besides, whatever criteria included in the evaluation must be provided to the rating agency, since "You don't have anything to hide, do you?". Easy to see how it can go wrong.

In Vietnam a still distantly comparable rating system is used: "Gia đình Văn hóa" : 家庭文化: "Family with (proper) culture", which rewards compliant and orthodox families with a public signboard. Areas with above 80% of such families can also apply to receive the award. Luckily, it's a voluntary system and not everyone is monitored.. at least in principle.

I hope for an economic model rather centered on demand, where each of us can creatively express his wish about a new product or service, and build up a group of interested buyers. A kind of crowd funding, but only bringing forward ideas to the supply side. The next steps would aim toward a Venus Project model, where mass automation coupled with renewable energies and recycling enables a society of abundance, without money, less work, more freedom, creativity, and meaning.

Everlasting Father: God vs Nature

(Abi'ad, "Everlasting Father", as found in Isaiah 9:5)

A year ago I had this thought: the core conflict between humans and god(s) in ancient mythologies and later in Christianity: autonomy. Humans would always meet punishment after turning away from god(s), declaring themselves free and big enough to be their own masters. Prodigal sons leaving their father...

However, that's what nature teaches us! Fathers care for us and educate us, until we get independent and they grow old, in turn needing our care, and ultimately die. Nature served as model for wisdom and cultures, which teach us to respect fathers, but also to take over from them as we become fathers ourselves, and then do without them as they slowly leave the stage.

If this is the natural model, why isn't God like this? Why are we supposed to behave like dependent children forever?

Maybe the natural model was not meant to be so. In the myth of genesis, humans were first immortal until the first sin. Maybe fathers were supposed to live forever, growing wiser and wiser, always being a reliable source of authority for their descendants. Hmmm... so the whole culture about growing independent would be wrong?

Exergy and Emergence, the two universal forces

Exergy

19th century's physics explained that all closed systems must evolve into states of higher disorder. This disorder can also be also seen as a dilution of matter and energy: electric charges migrate toward lower potential, radioactive atoms disintegrate into more stable isotopes, high pressure expand into broader space, motion causes friction and converts kinetic energy into thermal energy, heat dilutes into matter of lower temperature... Physics quantifies this amount of disorder-dilution by entropy (from Greek τροπή, change) In any closed system, entropy has to increase. This 2nd law of thermodynamics dictates the time direction in which systems will evolve. This arrow of time cannot be reversed, unless no dilution occurred, or if more entropy is produced elsewhere.

Another way to look at entropy is to measure exergy. It is the opposite idea of entropy, short from of "extractable energy". When entropy is created, exergy is destroyed. Energy cannot be destroyed, it is conserved and converted into diverse forms. (In the case of nuclear reactions, following e=mc2, one considers energy and matter altogether as conserved.) Exergy is the extractable, or "useful", fraction of energy in a system, which can be extracted to produce work and drive motion. Electrical and mechanical energies are virtually 100% exergy, but heat, pressure, and chemical potential depend on how they differ from the surrounding. 1m3 of air at 1bar is useless on the Earth, because it is surrounded by the same pressure, but in outer-space is could produce work by dissipating into vacuum. After all exergy is taken from a system (battery, air tank, fuel, etc.), this system is at equilibrium with the environment and cannot dilute further. This can be compared to a spring of energy and matter which expands and dilutes.

It is to be noted that exergy can be destroyed without any "practical" use (e.g. an electric heater in the ocean..). The definition of exergy pertains to physics and is not anthropocentric, but rather independent from human cultural judgement. (I've discussed it in this 2008 article (in French) )

First conclusion: mass and energy dilution, causing exergy consumption, drives the motion of the universe. It fuels all physical reactions which build this movement into... more complex structures.



Emergence

Emergence is the name given to the phenomenon whereby the complex interactions of many simple elements generate new overall behaviours and entities. For example: life emerges from biological systems. Life involves behaviours such as metabolism, reproduction, adaptation, which are all new compared to the underlying chemical systems, and could not have been predicted by the study of the chemical level. I've discussed this in a 2012 note, linking scientific fields in Russian doll emergence. I proposed the historical generation: Physical => Chemical => Biological => Psychological => Social. We see a rise of abstraction, and gradual irrelevance of "hard sciences" to study higher levels, replaced by humanities.

We can distinguish that the 2 necessary ingredients of emergence are the multiplicity of the entities (quantitative), and their specialization (qualitative). Hence emergence moves on through Zig-zag evolution, gaining complexity through both moves.

Emergence produces entities which survive when the underlying components disappear. For example, in a population of bacteria, if one individual mutates with a new better suited DNA trait, it will be inherited by its offspring and gradually become a trait of the whole population. It will survive in the population even after the death of the first new DNA bearer. An invention or an artistic style can still exists after the death of the civilization that made it.

A time goes by, more complex systems arise, which unify smaller components into a whole. Across history, civilizations consist of several societies, made of individuals. A person unifies organs, which unify countless cells, in turn unifying countless molecules, made of atoms.

Second conclusion: emergence federates the motion of small items into larger, fewer, harmonious, and novel entities. Like a pyramid building bottom-up, higher abstract levels gradually come into existence.



What our History-Universe might look like, from A to Z.

Both principles coexist:
...the destructive dispersing impulse of exergy,
...and the creative unifying rise of emergence.

Following the intuition of the Jesuit palaeontologist Pierre Teilhard de Chardin, we could call Alpha the space-time origin of exergy (probably the so-called Big Bang) and Omega the final unified emerging state of the universe. (I do mean "state" and not "point". This ultimate unification will occur at a given future time, but would probably encompass the whole universe itself.) This model does not imply that a god kicked the alpha and attracts us to the omega... but why not? At the bottom line of a complete picture of the universe, science and spirituality must be in agreement.

PS: Gravity seems to be a bump on the road to entropy... since it tends to aggregate things together, and to sediment solids from liquids, seemingly creating order. In case the universe lacks of momentum, gravity would make it end up in a Big Crunch, all would go back to the Alpha square one! Hopefully we got enough exergy and time to reach Omega, and a godly handshake.

Addenda 2016-07-25: After reading (at last!) Hawking "Brief History of Time", i understand that gravity represents negative exergy, so that the total exergy of the universe is always zero. During the spacial dilution of energy and matter, doubled by space-time expansion, a large share of the original exergy is transferred into gravitational potential exergy. I find dubious that that entropy would be already maximal when the universe will start to contract back again. I'm pretty sure we'll still have few more billion years to surf on the exergy waves and build further the pyramid!


Once again i found that illustrating entropy merely as "disorder" is misleading and limited. A blank hard-drive has more thermodynamic order than the one containing Beethoven's symphonies. One shouldn't confuse the levels of the emergence pyramid. Biological or aesthetic order are far beyond thermodynamics. In that sense, the so-called Theory of Everything would be humbly relevant only to the bottom of the pyramid.

PPS: Vincent Mignerot summarizes (in French) ideas from François Roddier and Eric Chaisson, and pessimistically proposes that emergence is only a mean to creates structures able to destroy exergy even faster. Hmmm.. maybe yes. Then it's a race: I use you to grow up, you use me to blow up.

L'article a été mis sur Facebook ici.

Compo : Chronos

Here is my latest creation, a music composed for the 24h-contest Noctaventure on the topic "Tempus fugit": time flies (when we're having fun). I classify it as an "etude" because of its construction constraint: a Re-Re clock pendulum ostinato, lasting throughout all the score.

The colours and melody evolve through various emotions, following the steps of human life: childhood, youth, then grief, panic on the face of death, confrontation against time, and finally the enlightenment of a teaching bringing peace.

The beautiful surprise and originality of this music is how an Indian melody naturally sprung out from the harmonic evolution, bringing a hypnotic climax to the topic: Krishna in his transcendent form as eternal Time-Spirit.

Here is the PDF music score.
Here is the mp3.

Cardinal Cycle, a universal cultural framework?

Through the creation of the Hylian language, I've drawn correspondences between space (cardinal points) and time (sun, moon, seasons, life). More recently with the attempt to encompass all fields of education into 4 groups, I've been suggested a comparison with the European 4 elements. That triggered an extension of the initial "cardinal cycle" into something connecting all the Eurasian continent!

The Chinese cardinal points introduces a 5th item, central to the 4 others. This suggests similar central points, with transcendent character compared to the 4 others.

One thing at least is not universal: the link between the cardinal points and the moments of the day (through the position of the sun), which is only valid in the northern hemisphere. North-South is reversed in the southern hemisphere!

We see that Chinese culture is built between cycles of even and odd number. On one hand the Yin-Yang duality, the cycle of 4 seasons, and 4 cardinal points, often combined with the 8 combinations of the Taoist trigram. On the other hand, the cycle of the 5 agents, 5 music notes, 5 tastes, and then extended into the cycle of the 10 heavenly roots through multiplication by Yin-Yang.
However with the 5 agents, the "earth" holds a status similar to the others, not central.

For those who saw the movie "Divergent", we can also match the 5 factions following this order: Amity (farmers), Dauntless (fighters), Candor (judges), Abnegation (selfless servants), and Erudite (scientists).

Carte des Idéaux - A Map of Ideals

A la suite de la tuerie de Charlie Hebdo, les réactions ont été vives de tous bords. Après une réflexion sur les divers idéaux invoqués, j'ai imaginé une carte pour les représenter, par affinités (vert) et conflits (rouge). Les outils neutres sont en gris.

Par "ordre naturel", j'entends l'équilibre selon lequel la nature s'agence en l'absence d'intervention humaine. Cet idéal se focalise sur la nature intrinsèque des choses et leur rôle (Dharma au sens large).

Les dilemmes enfin visualisés !

  1. Dilemme de la Naissance : Nature <> Égalité (Les hommes ne naissent pas égaux en facultés ni chances)
  2. Dilemme de la Prospérité : Mérite <> Égalité (L'accumulation systématique des richesses fausse l’égalité des chances, et peut se compenser par la redistribution, elle même posant un problème de mérite.)
  3. Dilemme du Don : Indépendance <> Partage (La main qui donne domine celle qui reçoit, le don implique une part d'humiliation, justifiant un désir d’indépendance)
  4. Dilemme des Nations : Liberté <> Unité (La constitution d'un groupe sacrifie la liberté de ses membres, et endommage sa diversité interne en magnifiant les traits communs, et isole le groupe de l’extérieur en renforçant sa singularité.)
  5. Dilemme de Rousseau : Liberté <> Engagement (S'engager, c'est manifester sa liberté tout en la détruisant... pour ensuite la régénérer en de nouveaux choix.)
  6. Dilemme de l’Identité : Tradition <> Changement (L’identité des choses résident aussi dans leur dynamique d’évolution.)
  7. Dilemme du Progrès : Satisfaction <> Critique (Être facilement satisfait est source de bonheur, mais coupe la dynamique de progrès par critique. Dans Fahrenheit 451 et Brave New World, on évite toute vexation en excluant le débat critique au profit du divertissement.)
  8. Dilemme de la Censure : Vérité <> Charité (Certaines révélations au mauvais moment peuvent rendre inutilement malheureux ou violent.)
  9. Dilemme de la Sagesse : Justice <> Pardon (Pardonner peut apparaître comme un déni de justice.)

Et au fait, où est Charlie ?
Peut être entre les dilemmes des nations, du progrès, et de la censure: on préfère garder sa liberté de critiquer et de tuer* plutôt que de supporter les inconforts pour une cohabitation pacifique.

- "liberté de tuer", c'est à dire de faire justice soi-même: un droit qu'on aurait jugé naturel et fondamental à une époque préhistorique et proto-historique pas si lointaine que ça !

Cette liste de dilemmes peut rappeler la liste d’idéologies douteuses faite en 2010.

Une mission pour la langue Laramin
Ma langue construite Laramin cherche à construire son vocabulaire de sorte à résoudre ces dilemmes, en proposant un nouveau point de vu avec de nouvelles notions, de sorte que les subtiles équilibres philosophiques ci-dessus deviennent des évidences pour le locuteur. La langue est notre lunette sur le monde et nos réflexions. Je pense qu'on peut éviter le problème à la source.

Portes de Corne et d'Ivoire

Certains rêves révèlent parfois des réalités et connexions cachées de notre inconscient. A ce titre là, ils peuvent s’avérer plus "vrais" que le monde éveillé où règnent souvent les préjugés et dissimulations, par convention ou pudeur.

Homère a symbolisé cette idée dans l’Odyssée par un jeu de mot entre Corne/Ivoire (en grec Keras/Elephas) qui sonne avec Réalise/Trompe (en grec Krainoo/Elephairomai). Les rêves prémonitoires ou révélateurs venant par la porte de corne, tandis que ceux qui ne réalisent pas ou égarent viennent par celle d'ivoire.

Gates of Horn and Ivory

Cette idée m'est revenue ce matin à la suite d'un tel rêve. La veille au soir j'avais regardée le film "L'Histoire sans fin" qui parle aussi de l’équilibre entre imaginaire et réalité (le livre plus que le film apparemment, qui se conclue sur la liberté grisante de l’imagination). On m'a aussi récemment offert le livre "La création du monde" de Jean D'Ormesson, qui évoque cette référence de l’Odyssée.

Définition par présence ou absence

22 jan 2015 Shanghai

Je réagissais à un panneau chinois indiquant un passage adapté aux handicapés : 无障碍 C'est une définition par négation signifiant "sans contraintes", impliquant que les handicapés perçoivent davantage d’élément d'environnement comme des obstacles.

Suite à cette observation m'est venu cette pensée: Le monde descriptif semble pouvoir se séparer en deux catégories: les définitions par présence et par absence.

Celle par présence perçoit l'existant, comme un don.
Celle par défaut note le manquant, comme un du.

Celle par présence considère chaque chose comme disponible, reçue, et envisage COMMENT les combiner. C'est l'approche pragmatique/pratique.
Celle par défaut requiert une anticipation de ce qui devrait être, forgée par l’expérience, et cherche naturellement le POURQUOI du manque inattendu, causalité ou responsabilité. C'est une approche plus scientifique et juridique.

Indo-European Word Roots / Racines Indo-Européennes

More than 15 years ago, I came across a book called "Dictionary of Roots from Proto Indo-European (PIE) Languages". Back then I had been slightly into Greek roots, but not so much into languages as a whole. I much preferred spending time on exotic alphabets, which I believed where more harmonious and easier encompass. Languages, on the contrary, looked like immense and chaotic jungles, calling for a never ending journey... rather discouraging!

In 2006, I've met Esperanto, which became familiar to me within few days (as it would for anyone, that's the beauty of it!). Esperanto has totally changed my perception of grammar and lexicon, in a word, my perception of languages. It exemplified both a methodical construction and a harmonious simplicity. From then, languages have become a fascinating topic: Chinese, Malay, Persian, Arabic, Vietnamese, Sanskrit, Greek, Latin, Hebrew, Japanese, Spanish...

Last year I've suddenly rediscovered this dictionary and how it can wonderfully link words with unexpected connections. Here is a summary of the main PIE roots... I'm slowly preparing it and will update progressively. It's now filled until letter E!

Indo-European Roots

Some remarkable examples of kinship in English:

  • Art, harmony, arithmetic, article, arm
  • Fate, fable, infant, fame, symphony, profession
  • Physics, future, proof, be, build
  • Day, joy, divine, journal, Jupiter, Zeus
  • Educate, duct, duke, tie, team,
  • Police, dictate, index, digit, condition, avenge, attach, teach, take, toe
  • Fact, theme, thesis, difficult, factor, artificial, fashion, effect, profit, defect, facility, do, deed

In the provided DOCX document, examples are taken from these languages: Sanskrit, Greek, Latin, French, Spanish, English, German

This Wikipedia article provides a broader spectrum of languages, covering each slice of the big PIE...
http://en.wikipedia.org/wiki/Indo-European_vocabulary

Osmothèque: orgue à parfum miniature

Voici un coffret que j'ai fait confectionner l'année dernière, dans l'idée de rassembler 100 échantillons de parfum dans une petite boîte.

Etant donné que mes souvenirs se fixent particulièrment grâce aux odeurs, ce coffret joue un peu le rôle d'album photo, ou encore de compilation de musique. Il s'utilise comme un catalogue de voyage où l'on peut choisir la destination sous forme de lieu, d'instant, de couleur, d'humeur...

C'est aussi un peu comme un manuel de géographie grâce auquel je révise de temps en temps quelques senteurs exotiques, ou des groupes d'arômes difficiles à distinguer: "Burundi, Rwanda, Ouganda, lequel est plus rond? Plus vif? Plus suave? C'est comment déjà un parfum Chypré? Et poudré? Fougère? Vert?"

Je suis sûr qu'en entraînant régulièrement ses sens à discerner et nommer les choses, on gagne en acuité et largeur de perception; une sorte de supplément d'éveil. Cet entraînement est similaire à l'apprentissage ou approfondissement d'une nouvelle langue, ou encore la découverte de nouveaux concepts, comme une visite sur Wikipédia peut en offrir !

Paradigme de l'Emergence

Here is a table which unifies in a original way scientific fields through one common phenomemnon: emergence. Each level emerges from the lower level and creates new entities, properties and behaviours.

I've discussed this in further details on this (French) forum: Article "émergence" sur l'atelier

  Objets Interactions Equations Drivers Metaphysical entities
5-Sociology 2-Society, 1-Group 2-Trade, war, 1-Language, help Trade balance , migrations, debate Ideals, aspirations Spirit (of democracy, of competition, etc.)
4-Psychology 3-Thoughts, 2-Emotions, 1-Sensations, signal Contradictions, associations, reflex Choice 3-Objective 2-Desire 1-Pleasure 3-Consciousness, 1-Soule
3-Biology 2-Organs/ body, hormons, neurons, 1-Cell Growth, vascularisation, metabolism Regulations, osmotic balance Nutrients Life
2-Chimistry Molecule, Functional sites Chemical reactions Acido/ basic balance, oxydo/ reduction Chemical potential -
1-Physics 2-Fluids,    1-Particles, waves 4 forces (electro-magnetic, weak, strong, gravity) Mass energy charge conservation Exergy -

 

Continue reading...

Etymologie croisée: Connexion-Fermeture

Voilà deux idées qui peuvent sembler incompatibles, voire contradictoires (On se ferme aux autres lorsque l'on coupe toutes connexions avec eux), mais qui se trouvent associées dans de nombreuses langues !

Le mot "concerner" contient un cet étrange paradoxe que l'on retrouve aussi en Chinois. Il porte à la fois l'idée de fermeture et de connexion. Le sens premier du mot dénote la relation logique connectant 2 choses, avec pour synonyme "affecter". Ce synonyme conduit au sens anglais de "concern" signifiant la préoccupation et l'inquiétude. L'idée de connexion se retrouve ici encore, mais dans le domaine affectif. L'idée de fermeture est aussi présente dans le mot si on le décompose: con-cerner ou co-cerner. On y retrouve l'idée d'entourer, d'enfermer.

En Anglais encore, le mot "close" signifie à la fois "fermé" et "proche" donc "en contact privilégié". En Allemand, "connexion" se dit "Anschluss", en utilisant la racine "Schluss" signifiant "clôture". Même en électricité, un circuit est dit fermé lorsque le contact électrique est établi et le courant circule...

Un coup d'œil à la langue chinoise confirme la coexistence de ces deux idées. Le caractère 关 seul a le sens de "fermé", mais il porte également le sens de connexion physique : 关系= "relation, contact", et de relation logique : 有关= "concernant".

Pour aller plus loin, on peut remarquer ces deux expressions parallèles en chinois:

  • 开心: Cœur-ouvert: heureux, se réjouir, plaisanter
  • 关心: Cœur-fermé: Inquiet, soucieux

On est tenté de voir des antonymes entre 开心/关心, ce qui rappellerait la bonne vielle sagesse de Socrate comme quoi le bonheur de l'ataraxie consiste à se détacher de tout. Cependant il doit bien exister un bonheur conciliable avec la compassion, empathie, ou autres connexions avec autrui... Attention donc aux langues qui véhiculent leur philosophie incognito !

Film: Equilibrium

Dans notre joli home cinéma improvisé dans le salon, je me suis regardé le film « Equilibrium ».

L’idée centrale est de nous décrire une anti-utopie (« dystopie » comme on dit) de société où toute émotion est bannie, dans le but de couper à sa source tout comportement violent, passionnel et éviter une fatale dernière guerre mondiale.

Cela passe par la destruction des œuvres d’art et livres, d’où une ressemblance immédiate avec Farenheit 451 de Ray Bradbury, à la différence près que Bradbury décrivait plutôt l’abrutissement des masses par une culture de consommation vidée de réflexion et de poésie, remplacés par des données factuelles et divertissements basiques. Dans Farenheit 451 , toute pensée conflictuelle, discutable ou philosophique est bannie. Les gens s’y remplissent la tête de faits, de culture générale figée sans besoin d’esprit critique, ce qui leurs donne l’illusion de penser, comme une « sensation de vitesse sans bouger ». Les gens redeviennent brutaux et littéralement "bêtes". Dans Equilibrium, ce sont les sources esthétiques qui sont visées, toutes choses susceptibles d’éveiller des émotions, qu’elles soient positives ou destructrices. Les gens sont plutôt flegmatiques, indifférents et obéissants.

Puisque l’Homme a une faculté naturelle à ressentir, notre joyeuse société se dote d’un complément technique sous la forme d’un médicament pour étouffer ses émotions, le Prozium. (inspiré du Prozac ?) Chaque citoyen est tenu de s’auto-injecter une dose a intervalle de temps régulier. La différence avec le « Soma » du Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley est que ce médicament n’est pas une drogue du bonheur, au contraire. Elle doit être administrée par obéissance et non par dépendance. Ceux qui cessent de la prendre, ou bien manifestent des émotions sont arrêtés pour « déviance émotionnelle », jugés (ou pas) et exécutés.

Cette posture radicale induit naturellement un État totalitaire bien policé. La chasse aux déviants et la présence paternelle du dictateur sur tous les écrans géants rappelle vite 1984 de Georges Orwell. La séquence d’introduction du film sous forme de propagande/récapitulatif est aussi identique à l’adaptation cinéma du roman. La ressemblance continue, car dans 1984 le Parti incarné dans la personne mythique de Big Brother est une oligarchie, un groupe capable de se renouveler en continu sans limite de durée de vie. L’État est également collectif, rien n’appartient à aucun individu, tout appartient au Parti. Dans Equilibrium, on apprend que (attention révélation) le fameux « Père » est mort depuis longtemps mais son apparence visuelle continue d’être utilisée par les nouveaux dirigeants, qui s’y référent comme à une entité supérieure. En somme, un ventriloque imposant de respecter la volonté de sa marionnette. (J'aime beaucoup ce mécanisme dictatorial!)

Sans plus de justification, on voit une présence continue de vocabulaire religieux au sein de la structure fasciste. Le drapeau ressemble à l’emblème nazi où le swastika est remplacé par une croix potencée formée de 4 T. L’organe central du contrôle émotionnel est le « Tétragrammaton », nom grec des 4 lettres YHWH. Le vice consule (marionnettiste) exige l'obéissance totale au Père comme une forme de foi. Ce mélange totalitaire et religieux rappelle V Pour Vendetta avec le slogan « La force dans l’union, l’union dans la foi ». Les scènes de combat à la Matrix et l’issue anarchiste du film confirment la ressemblance. Disons que cette dimension religieuse plutôt gratuite et décousue donne une saveur plus originale et rehausse le tragique.

Le message du film est que les émotions et les rêves qu'elles suscitent sont la substance du monde, ce qui lui donne du sens. Même si le contrôle émotionnel réussissait à maintenir une paix éternelle, voire même sans répression (car en pratique la police tue, détruit et exécute presque autant qu'une guerre...), cette société ne viserait qu'à se préserver et n'aurait aucun sens. Ainsi, la jalousie, désespoir, haine et violence sont un lourd tribut à payer, mais indispensable à la l'accomplissement humain.
Pour aller plus loin que ce rejet d'Equilibrium, il est avoué au cours du film que les émotions sont comme un luxe, un luxe dont doit se priver une partie de la population afin de stabiliser l'autre partie qui en profite. Cette idée semble passer à la trappe vers la fin, mais ouvrirait pourtant à une société nouvelle, différente de celle d'avant Equilibrium, une société où la structure dirigeante prendrait des dispositions pour limiter ses passions et favoriser le pragmatisme.

Allez, une belle compilation de déjà-vus, qui donne au final un ensemble original et agréable ! J'aime beaucoup ces illustrations de totalitarisme sophistiquée et j'espère que, loin de rendre sceptique ou paranoïaque, elles ont l'effet d'un comprimé vitaminé d'esprit critique en familiarisant les gens avec ces mécanismes.. pour les éviter, bien sûr !

Atlas intergalactique

Je me donne le tournis depuis hier en regardant ces diverses cartes 3D de l'univers, depuis notre Soleil, le bras d'Orion, la Voie Lactée, le groupe local, le super-cluster Virgo, les super-clusters voisins, puis l'univers visible à 14 milliard d'années-lumières... Wouuf !

Ça fait à la fois rêver de voyages exotiques tendance Star Trek, et se sentir très insignifiant 6_6


En même temps... la Terre et sa vie consciente serait la seule chose vraiment significative dans ce grand bazar s'il n'y avait ailleurs que poussière et gaz stérile, mais "significative" pour l'Homme lui-même uniquement ! Narcissique détresse solitaire...

Profils d'idéologies douteuses


Il y a beaucoup de gros mots en -isme qui méritent deux choses : une définition claire et une condamnation mesurée.
La plupart des idéologies, même les plus honnis ou tristement célèbres, perdurent car elles se posent en réactions légitimes à de vrais problèmes et ont des intentions louables. La plupart ne sont pas purement des impasses mais peuvent conduire au pire si elles sont appliquées excessivement.

Voici un tableau où je propose quelques profils, arrangés par affinités :

 

Idéologie Dénonce : Rêve de : Risque de :
Fascisme discussion incessante, inaction, désordre, sabotage coopération, unité, action, force, ordre, efficacité procédure rigide, répression de dissidence, soumission instrumentale, dictature
Purisme (dont nationalisme) standardisation, mondialisation, extinction, dilution, métissage, dégénérescence authenticité, pureté, identité censure, culture figée, chasse au dégénérés
Xénophobie invasion, vol, criminalité associée à l'immigration chacun chez soi, à sa façon fermeture, étroitesse d'esprit, ignorance, accusation, haine, paranoïa, guerre
Racisme vie inégalitaire, qualité selon l'origine ethnique, identifier et orienter selon race, optimisation catégorisation rigide, prédestination ethnique/génétique, génocide
Eugénisme vie arbitraire, tare, maladie, vie douloureuse à épargner amélioration biologique, sélection selon la beauté, le plaisir standardisation, soif de contrôle, intolérance, stérilisation, avortement obligatoire, euthanasie
Laïcardisme ingérence religieuse, dogme, théocratie liberté de conscience, démocratie sans dogme anti-cléricalisme, exclusion des religions, fois de substitution: technologie, idole, leader; vide spirituel
Ultra-Libéralisme intervention politique, choix idéologiques, manque de pragmatisme liberté, auto-régulation, optimisation cartel, non-droit, inégalités croissantes, jungle
Capitalisme petites industries divisées production concentrée, efficacité, puissance monopole, inflexion du politique
Communisme exploitation des travailleurs, aliénation, inégalités égalité, partage, état providence déresponsabilisation, baisse de qualité, de productivité, perte d'intimité, Etat trop fort, dictature
Démocratie totale représentation, mensonge d'élus, entrave au vote direct participation directe en assemblée, referendum sur tout raison des masses incompétentes et désinformées, manipulation, dictature des médias
Populisme classe dirigeante sourde, intermédiaires coupant l'initiative populaire dialogue direct entre leader/peuple mascarade, prétendue disponibilité du leader, problèmes individuels au lieu de gestion générale, dictature masquée
Conspiration -isme infiltration, lobby, communautarisme, corruption, mafia intégrité des dirigeants, intérêt général paranoïa, procès d'intention, interprétation obsessionnelle du monde

 


Il y a sans doute à redire et des maladresses à rectifier. Vos commentaires sont bienvenus pour améliorer l'exactitude de cette liste !

Billet connexes

 

 

 

 

Cube, Icare et Milgram

Je n'ai pas l'habitude de me regarder des films seul, mais hier ma générosité m'a laissé regarder "Cube Zero". (merci le Matthieu)

Excellente surprise, avec des ajouts très intéressants par rapport au concept initial déjà génial: un groupe de personnes diverses se retrouve sans raison apparente dans un labyrinthe formé de salles cubiques dont certaines sont mortellement piégées. L'environnement oppressant et absurde conduit le groupe à une coopération mêlée de méfiance, car chacun suspecte que les autres en savent plus qu'eux sur le "où", "qui", "pourquoi", et "comment sortir".

Le premier épisode était minimaliste, psychologique, sombre et horrible (d'un raffinement aussi malsain que superflu...). Le second était toujours en huis clos mais davantage orienté science fiction, lumineux et avec moins de sauce tomate.

Ce troisième volet se situe avant les évènements du premier, et innove en nous plaçant du point de vue des opérateurs du Cube. Des techniciens recevant des ordres "d'en haut" et exécutant des procédures sur les prisonniers du Cube "en bas". Révéler l'envers du décor ne fait qu'amplifier l'absurdité de la structure, semblable à une hiérarchie autoritaire, opaque et Kafkaïenne ! Des personnages du niveau supérieurs interviennent au cours du film, dont le charismatique Mr Jax en costume raffiné et avec des manies de psychopathe. La musique d'accordéon l'accompagnant est un régal pour suggérer avec vie le processus dramatique qui s'enclenche. Un coup de téléphone nous montre que malgré sa fantaisie et sa désinvolture il est lui même soumis à une autorité anonyme.

Un sursaut de conscience pousse le héro à prendre le luxueux ascenseur d'où leurs viennent les ordres et les repas sur un plat en argent. Le symbole de la scène est magnifique lorsqu'il se retrouve devant le choix d'aller "en haut" pour comprendre davantage et se confronter à ses supérieurs, ou bien "en bas" pour mettre à profit ce qu'il sait et tenter de sauver les victimes.

Le Cube est une prison meurtrière, barbare, et ils en sont les opérateurs. On leur a dit que les prisonniers sont des condamnés à mort ayant signé un contrat selon lequel ils acceptent d'être placés dans le Cube.
La fin du film révèle que ces opérateurs sont eux même dans la même situation, des condamnés en sursis ayant oublié qu'ils ont signé une lettre de consentement. Eux qui pensaient que "bien faire leur travail" les préserveraient de l'horreur qu'ils font subir se retrouvent dedans. Et la pyramide fasciste-barbare se réveille trop tard... (crouit crouit, ndlr)

La ressemblance avec l'expérience de Milgram est claire. A la suite du procès d'Eichmann, ce chercheur a voulu déterminer si les collaborateurs des crimes Nazi avaient agit par conviction ou bien par soumission à l'autorité. L'expérience a montré que l'obéissance en dépits de ses convictions personnelles était bien plus forte qu'on ne le pensait. Dans l'expérience, deux volontaires croient participer à un test sur la mémoire, le premier devant répondre à des questions et le deuxième devant infliger des punitions croissantes par choc électrique en cas de fausse réponse. En réalité seul le punisseur est testé, le volontaire répondant au question est un acteur simulant la douleur. Le punisseur a été assuré d'être déchargé de toute responsabilité en cas d'accident, mais se voit progressivement pris en tenaille entre sa conscience et sa soumission au protocole.

Le film de 1979 "I... comme Icare" contient une scène célèbre qu'on pourrait qualifier de double Milgram: Un juge observe l'expérience de Milgram sans en connaître le simulacre, et demande d'interrompre le processus lorsque les punitions arrivent à des seuils très dangereux. On lui explique alors l'absence de danger, mais lui s'indigne que le punisseur continue à s'exécuter. On lui réplique que lui même est resté sans intervenir jusqu'à maintenant seulement ! (et toc)

Ouais ouais, bien sinistre tout ça... enfin, la psychologie est un de ces autres domaines qui me passionnent !

Internet, fontaine des solutions latentes

Le bricoleur plein d'initiative se dit "Comment améliorer ceci pour me faciliter la vie", puis il va chercher ses outils pour réaliser sa solution à sa façon.
Internet est une nouvelle donne : une quantité phénoménale de biens, services et logiciels y est disponibles. Mais encore faut-il chercher quelque chose pour le trouver ! Ainsi notre personnage plein d'initiative et désirs d'amélioration n'a en général qu'à prendre conscience de ce qu'il cherche pour l'y trouver ! Internet m'apparait donc comme une sorte de fontaine abondante où il suffit d'invoquer une chose pour la faire exister et en disposer.

Par exemple, il y a quelques temps je me suis dit que j'aimerais maitriser le C++ pour coder des robots réalisant des tâches sur internet. Une simple recherche m'a montré que de tels logiciel sont disponibles. Plus récemment je pensais à un programme pour renommer en masse des documents selon des conditions logiques. Le réflexe commence à venir : une telle chose a probablement déjà été fabriquée et m'attend dans un coin du net...

Démasquez les fascistes !

Après avoir participé à des groupes facebook déviants, vu "V pour Vendetta" et le livre "La Vague", j'ai fait quelques recherches et souhaite résumer ici des clefs pour savoir comment rapidement démasquer des logiques fascistes.

Première image emblématique : le faisceau (fasces). Chaque tige est fragile, mais unies en faisceau elles sont fortes. Première logique : "l'union fait la force". Jusque là tout va bien.

Les choses se compliquent avec ce qu'on entend par "union". Pour le fasciste, l'union c'est l'obéissance, la discipline.

Pour aller au delà de l'image du faisceau, le fascisme prend comme exemple un corps humain. Chaque membre participe au fonctionnement du tout, chacun obéit. Les éléments non productifs (parasites : artistes, oisifs, etc.), ou pire, contre productifs (virus : dissidents, opposants, etc.) sont donc ennemis du corps. Avec cette image, le critère de l'union devient la pureté. Les éléments impurs doivent être corrigés (camp de rééducation) ou bien supprimés.
Cette image du corps est étrangère à la nature des sociétés humaines qui sont plurielles et paradoxales.

Le dernier thème clef du fascisme est l'action. On le trouve dans le symbole du Cercle et éclair. L'action est ce qui suit le débat, et plus vite on passera à l'action moins l'opposition aura le temps de rectifier et mûrir la décision. Donc glorifier l'action c'est affaiblir le débat. Ensuite, lorsque l'action est lancée toute dissidence devient de manière évidente une opposition négative, apparentée à un sabotage.

A l'opposé du fascisme, il y a entre autres la diversité et les débats.
Dorénavant ouvrez l'œil quand vous verrez les mots "Union", "Force", "Obéissance", "Pureté", "Action"...

Billets connexes:

Pub Renault Grand Scenic en éloge des familles recomposées ! / Car commercial praises blended family

J'ai halluciné en voyant cette publicité pour la Renault Grand Scenic :

http://www.youtube.com/watch?v=fy6jwnAL_r4

En bref, sur musique joyeuse un homme décrit sa famille recomposée. Le pompon arrive avec cette phrase lancée avec légèreté : "Ensuite je passe prendre Tom. Je viens tout juste d'apprendre que c'était mon fils"

Slogan Renault :

"Pour les nouvelles familles, rien ne vaut le nouveau Renault Grand Scenic"


Le parallèle est tout tracé : "nouvelle voiture" = "voiture moderne". Donc "nouvelle famille" = "famille moderne".
La nouvelle famille, ils l'ont décrites en détails et ils nous laissent entendre que c'est moderne, tout va bien. Moralité : "Mariez vous, faites des bébés, divorcez, recommencez et surtout venez acheter votre Renault !"

Ne l'ayant pas directement expérimentée de l'intérieur, je ne suis pas le mieux placé pour parler des familles recomposées, mais il me semble que cette pub masque tout le calvaire psychologique et pratique qui accompagne cette réalité. Et non content de dédramatiser la tendance la voilà implicitement couronnée de "modernité". Que Renault fasse ce type de démagogie pour vendre, je trouve ça honteux et révoltant.

Vos commentaires sont bienvenus, naturellement ;)


Addenda 2 juillet
Je suis agréablement surpris de voir que cet billet a suscité beaucoup d'intérêt, avec plus de 120 visiteurs uniques en deux mois d'après google analytics. Mes recherches google pour une pétition n'ont pas abouties, mais j'ai trouvé ces quelques échos sur ce sujet :

  • " Renault bouleverse l'image de la famille idéale :)) " (autoboost)
  • " Dans cette pub Renault, nous découvrons la folle vie d’un père de famille qui a divorcé plusieurs fois et eux quelques enfants avec ses nouvelles femmes. " (MyAgence)
  • " En papa comblé, il joue les taxis pour cette joyeuse marmaille, heureux dans son véhicule spacieux. Je m’interroge toutefois sur les capacités surhumaines de cet amoureux de la vie (et des femmes). " (24h de EdiPresse)
  • " Renault n’hésite donc pas a exploiter un thème qui lui permet d’avoir une certaine proximité avec sa cible " (Vous êtes ciblés)
  • " Exit le modèle de la famille traditionnelle, unie et soudée " (Caradisiac)

Continue reading...

Evolutionism compatible with Creationism

Sur la BBC, les passions se déchaînent dans le forum-sondage à propos de Darwin. Le modèle évolutionniste de Lamarck et Darwin me semble clairement confirmé. La plupart l'érigent en génie ultime... et font immédiatement le parallèle avec le créationnisme qu'ils enterrent avec les religions en bloc.
Dommage qu'on se construise encore des murailles, en forçant une opposition entre science et religion qui me semble inexistante. Il y a malheureusement de grandes communautés qui prennent les mythes au pied de la lettre et créent la contradiction avec la science. De la même façon que Zakir Naik glorifie le Coran sur ses détails scientifiques, d'autres taxent les religions de boniments.

Si l'on s'en tient au message entre les lignes de la Genèse, on peut faire cohabiter la création et l'évolution. L'idée centrale de ce passage me semble la notion de projet, d'intention divine quant à l'apparition de la vie et de l'homme. C'est à la fois métaphysique et crucial, indépendant de la science la plus sophistiquée. Je pense qu'on est pas là par hasard, apparus par un accident absurde.
Où mettre Dieu dans l'évolution ? Peut être a-t-il défini les règles du procédé en anticipant notre formation, ou bien peut être se cache-t-il dans l'aléatoire des mutations génétiques...

Je voudrais souligner une remarque que j'ai lue hier, disant que Darwin n'a de son vivant pas connu le modèle génétique. Ainsi, lorsqu'il parlait d'hérédité entre les générations, il englobait plus que des gènes, mais aussi la culture au sens large (comportement, langue, valeurs, etc.) L'hérédité de l'inné et de l'acquis. Cela permet d'élargir le champ d'application de sa mécanique.

Au final, on peut railler les créationistes-en-6-jours au vu des preuves tangibles qui s'accumulent, mais ce serait trop facile de rejeter toute la Bible sur le seul procès des marginaux.

Continue reading...

Dr. Zakir Naik proves God existence

Ce conférencier populaire démontre à l'envie l'existence d'Allah par les prodiges scientifiques du Coran. Pourtant nombre d'arguments sont de sinistres mensonges. Quand finira-t-on de prendre les livres saints pour des traités de physique quantique ?


This lecturer often tells how to convert an imaginary atheist with cutting edge knowledge from Quran. I'm sorry to support that most of it doesn't hold historically... It of course doesn't prove anything against Allah, but one shouldn't take holy scriptures for scientific data.

Continue reading...

Laïcité / Advocating for secularism

Résumé:

  • Une distinction délicate peut se tracer entre le spirituel/éthique et le profane/politique
  • Le principe de laïcité résout le conflit d'autorité politique/religieux.
  • L'interaction entre les religions et le politique est préservée par l'intermédiaire de l'ambivalence citoyens/fidèles.

En plus clair :

Cliquez pour la suite...

Continue reading...

Communisme au pays d'Ikea

Cette idée me revient alors que j'entre dans ma cuisine, et retrouve encore une fois ces ustensiles Ikea, vus et revus aux quatre coins de Suède, que ce soit dans les cuisines d'étudiant ou d'entreprises.

A eux seuls, Coca-cola et le Blue Jeans ont fait plus pour l'égalité entre les Hommes que 80 ans de communisme.

(Cliquez pour lire la suite...)

Continue reading...

Salu t ki ? ^^ (ces gens sortis de nulle part...)

Je voudrais qu'on parle ici du phénomène bien curieux des gens qui vous abordent sur skype ou msn, sortis de nulle part.
J'en ai déjà eu trois, et ça s'est toujours passé pareil :

On échange des salutations kikoolol en abréviations sms, puis je pose la question fatidique des "raisons qui le poussent à me parler". Et là, cash, je me reçoit un torrent d'injures stéréotypées me traitant d'asocial, et de malade mental ! (toujours en langage sms, pour l'exotisme...)

Qu'en pensez vous ? Ces gens cherchent-ils l'affrontement pour se défouler, ou bien veulent-ils vraiment nouer des relations en plongeant dans l'inconnu ?

(Je vous joins là un exemple d'un de ces échanges

Continue reading...

Exergie, gaspillage et Mère-Nature

Introduction : L'énergie reste, mais son utilité chute !?

"Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme."

Lavoisier a joliment annoncé qu'énergie et matière ne se détruisait pas mais changeait simplement de forme. La quantité est inchangée, mais pas la qualité ! En effet il existe différentes qualités d'énergie, directement lié au fait que l'énergie n'a pas d'intérêt en soi, mais uniquement lorsqu'elle est utilisable. Je m'explique : l'énergie peut prendre beaucoup de forme (chaleur, mécanique, lumière, chimique, électrique, etc.) et le but est toujours de la faire circuler dans diverses machines pour en tirer un service : la voiture déplace, le four cuit, le téléphone transmet la voix, etc. Lorsqu'elle a circulé, elle passe à une forme souvent inutilisable. (exemple : Le carburant de la voiture est devenue un gaz chaud puis tiède, l'électricité de l'ampoule est devenu une douce lumière.)
Il existe des technologies pour recapturer ces énergies, mais même appliquées dans les meilleures conditions, vous ne récupéreriez presque rien.

On peut voir ainsi que le travail ou service que l'on peut tirer d'une quantité d'énergie décroit quand celle-ci se dégrade.
Au cours de cette dégradation, vos kWh vont dégringoler de la formes nobles (élec, méca, etc.) à des formes plus bruts, dont finalement de la chaleur. Mais ce n'est pas fini ! Les calories ( = énergie thermique) vont tendre à se "diluer" progressivement dans la matière, à mesure que la température diminue. L'utilité de cette énergie disparaitra lorsque sa température sera égale à celle de l'environnement.

Pour illustrer en chiffres :
100 kWh de chaleur à 800°C peuvent fournir près de 40 kWh électrique.
100 kWh de chaleur à 300°C peuvent fournir près de 30 kWh électrique.
100 kWh de chaleur à 20°C ne vous donneront plus rien du tout !!

A l'autre extrême, 100 kWh à température infinie devrait donner 100 kWh elec.

Exergie, le cœur fragile de l'énergie
On peut approcher ce concept avec le mot "dilution". En effet la nature tend toujours à homogénéiser l'énergie : le café chaud tiédi pour atteindre la température de la salle, l'encre se répand dans l'eau, l'air sous pression fuit vers la plus basse, etc. Quand toutes ces aspects sont à l'équilibre (température, concentration chimiques, pression), aucune machine ne peut plus tirer aucun travail de l'ensemble.

Pour rendre compte de cela, on introduit la quantité "Exergie", qui représente la partie utilisable/extractible de l'énergie. Une approximation simple serait de dire que l'exergie d'un corps (1l d'essence, 1kg d'eau bouillante, etc) représente la quantité d'électricité que pourrait extraire de ce corps un machine parfaite. En bref, plus l'énergie est distribuée de façon inégale dans un système, plus le système contient d'exergie : Un glaçon et un verre d'eau chaude, une bombonne d'air comprimé dans une grande salle vide, etc. Quand l'énergie s'est totalement dilué, le système ne contient plus d'exergie.

Pour se représenter ces choses, on peut imaginer des cascades d'eau tombant de bassins en bassins au dessus d'un océan. Sur certaines de ces cascades, des moulins extraient du mouvement mécanique et utilisent le flot de l'eau. L'eau représente l'énergie, qui circule et ne se détruit pas. L'océan est l'environnement, contenant beaucoup d'énergie mais sans qu'on puisse rien en tirer. Donc l'altitude c'est... la qualité de l'énergie, ou teneur en exergie. Plus l'eau est haute, plus on peut l'utiliser pour faire tourner le moulin.
On peut donc voir le monde comme des cascades d'énergie qui coulent naturellement pour rejoindre le niveau de l'océan, et qui sont parfois utilisées par l'homme.

Mère Nature, une machine à gaspiller !
Le jugement là est un peu philosophique, mais la Nature est régie par les lois de dispersions d'énergie, et donc destruction d'exergie. C'est un peu comme reprocher aux chutes du Niagara de tomber sans fournir un seul GigaWatt électrique.

En comparaison de cela, l'activité humaine utilise ces cascades d'energie, leur donne un sens, les fait participer à ses projets.
Par contre, parmi les hommes il y a effectivement ceux qui gaspillent les ressources de qualité, et ceux qui en tirent le meilleur. Il faut juste garder à l'esprit que la Nature fera toujours pire de ce point de vue là !

Expériences insolites et réflexions sur les rêves


Le présent pur, c'est l'inconscience. Bergson

Une citation tordue trouvée dans le cahier philo de cet été... mais voilà qu'une expérience de sommeil me l'a fait comprendre un peu plus.

Paradoxe du rêveur
Qu'est ce qui fait qu'on se souvient de son rêve au matin ? Les conditions du réveil sans doute, le niveau du cycle de sommeil où l'on a été interrompu peut être. En tout cas cela faisait un moment que j'avais relevé une sorte de paradoxe temporel : Quand on vit son rêve et qu'on le ressent, tout semble se passer au présent. Alors comment se peut-il que le fait qu'on soit conscient ou non de rêver dépende du déroulement d'un évènement encore futur : le réveil ?

Rêve éveillé, en poupée russe, mais sans mémoire
J'ajoute sur la table une bizarrerie du sommeil. Imaginez vous en train de vous endormir, et tout à coup vous vous ressaisissez à moitié pour vous retrouver comme éveillé, mais dans votre rêve. Vous aurez donc conscience que tout et possible, pourrez choisir vos premières action, avant de perdre le contrôle. (Typiquement pour moi quand j'ai la chance que ça m'arrive, faire un petit bond dans les airs et me laisser planer à 2m du sol !)
L'autre occasion de se retrouver en rêve éveillé, ce sont ces doubles réveils. En général cela se passe comme un réveil normal, sauf qu'il y a des détails qui vous font réaliser que ce n'est pas fini ! Et puis là, vous vous réveillez pour de bon. J'en vient maintenant à une chose que j'ai réalisée : lorsque l'on rêve, semi conscient ou pas, il est impossible de se rappeler des évènements passés. Je m'en suis rendu compte à une période où j'avais l'avais l'habitude de prendre des notes après certains rêves, mais cette fois j'avais mon crayon et papier, et impossible d'utiliser la mémoire ! Je n'ai réalisé que quelques secondes plus tard que le rêve continuait... Et quant à la méthode pour provoquer ces rêves éveillés, désolé, je n'ai trouvé aucune recette miracle. Ça m'est juste arrivé 4 ou 5 fois.... pour autant que je me souvienne (!)

Conclusion Trêve de blah blah, voilà ce que je trouve à répondre au paradoxe aujourd'hui : Quand on rêve, tout se passe au "présent pur" de Bergson. Contrairement au présent conscient de tous les jours, où l'on voit l'instant présent avec la perspective du passé et des projections futures, ce présent pur est sans mémoire, un simple point sans passé ni perspective. C'est peut être celui que vivent les animaux chaque jours, ou bien peut seulement dans leur sommeil.
Cependant, même si aucun souvenir n'est accessible, selon Bergson tout est mémorisé. Au réveil, c'est simplement si notre cerveau nous donne accès à ces souvenirs que nous auront l'illusion intime d'avoir vécu notre rêve au présent. Dans le cas contraire, tout cela restera un secret de l'inconscient, un de plus.


Billets connexes:

Le farouche, l'avide, l'équitable et l'abusé

Résumé d'une discussion philo, qui s'avère être bien plus long et tordu que la discussion elle même !

Continue reading...

Engagement, mariage et évolution de mentalités

Attention article fleuve !

Continue reading...