To content | To menu | To search

Notes de Voyage

Coups de coeur

Des articles sur les musiques, les poèmes, images ou histoire qui me touchent vraiment.

Entries feed - Comments feed

Memory of Water and ElectroMagnetic Biology

Since 2005, a mind blowing experiment has repeatedly proven a chain of phenomenons which totally change the way we think about biology and medication.

In this serious French TV report on the France 5 channel in 2013, the Nobel biology award Luc Montagner shows how he replicates the results obtained by Jacques Benveniste in the 80's, and much further!

 

Report on the website of France 5

Ranked by the significance, the results are:

  • After diluting a biological substance (DNA, protein, etc.) into water, fitration of the substance, and then a cycle of high dilutions (up to 10^12) and agitation, water still behaves as if the substance was present: there seems to be a water memory of what i has contained.
  • The above diluted filtrate emits electromagnetic signal (EMS) signal in the low frequency range (10 to 50,000 Hz) in response to ambient electromagnetic noise. This signal can be measured by ordinary microphone coil and recorded on computer (in WAV format). The emission of this signal on pure water will cause the signal to be present in the water: again water will behaves as if it contains the substance!
    The proposed explanation is twofold: some molecules would interact through EMS instead of direct contact as classical chemistry teaches. Then if water is capable of keeping this signal it would replicate the effect of the molecule in their absence. Prof. Marc Henry from Strasburg university explains that this memory would occur in what quantum physics call "coherence domain" (CD), which are vacuum bubble of the range of 10^-10 meters, formed of water molecules, in which the EMS can be trapped.
  • DNA also emits an EMS, which is... its entire genetic code! In the above TV report, the following experiment in France is shown live: a known DNA is strongly diluted and agitated in water, then its EM signal is recorded into a 6 seconds WAV file which is emailed to a lab in Italy. There the Italian fellow researchers emit the signal on a sample of pure water for 1 hour, and then run a process called PCR (Polymerase Chain Reaction, which aims at duplicating a DNA sample into many identical copies). This process causes the same original DNA (98% identical) to form itself in Italy, apparently based on the signal "printed" on the water! The persistence of DNA information after the molecule is physically gone opens new ways to understand some viral diseases.

 

We had the 3D printer which allows you to download and replicate physical items. Now we have the same with living things! Need a special medical herb in your space station? Just get its DNA signal from Amazon and make it grow ex-nihilo!

As a consequence: no need to physically bring medication, you could only download the signal and "print" it on water! Good news for countries in great need for medication, but bad news for pharmaceutical industry which would be replaced by download platforms like Itune or Amazon for music!

 

Publications on the topic: www.notesdevoyage.com/ftp/Texte/DigiBio

Notably:

Wikipedia article on the experiment, still classified as pseudoscience

Comprehensive critical article from Ouvertures.net about the TV report and complementary interview of Prof. Montagnier.

Poème coloré "Échos"

En gribouillant avec ma nouvelle plume de calligraphie, une phrase m'est venue... "Tous les jours offrent leur lot de surprises et présents", avec l’idée de parler des petites perles quotidiennes, que l'on ne reconnait pas toujours, que l'on considère souvent comme dues, et que l'on ne pense que rarement à transmettre, tels les héritiers d'une grâce.

Poème coloré "Gulvedhran"

Voici un poème avec des mots sans significations connues... mais juste choisis pour leurs musique !

Continue reading...

Calligraphies

Poème coloré "Cloud Atlas"

Sur l'inspiration de ce film bouleversant :

Continue reading...

Poème coloré "Constellation"

Un poème sur un thème linguistique inspiré par le Laramin: une voûte comparable à celle du Panthéon sur laquelle sont disposés les 100 symboles idéographiques, espace de la pensée, sanctuaire de l'esprit. Le locuteur se tient au centre de la salle pour parler à ce ciel, dont les étoiles scintillent au rythme de la composition du discours. Par la suite, la voûte s'est assimilé au firmament de la création, retenant les eaux d'en haut, au dessus duquel j'avais imaginé un palais, accessible par un tunnel vertical formant un orifice dans le centre du dôme céleste.

Je compte aussi le mettre en musique, et y ajouter un dessin pour former un autre triptyque !

Quelques calligraphies

L'année dernière, voyant que j'avais particulièrement plaisir à écrire le chinois, je me suis offert pinceau et encre, et quelques paquets de feuilles mal imprimées du bureau ont permis de compléter l'équipement ! Cette année pour Têt, j'ai calligraphié le nom de chaque employé, et en voici des extraits choisis:

阮 correspond à l'omniprésent "Nguyễn"
禮 a servi à traduire mon nom (Mattithyahû: "don de Yaweh": 天禮)
神 a servi à traduire le nom "Michel" (Michael: "qui est comme Dieu?": 谁如神?)

Atlas intergalactique

Je me donne le tournis depuis hier en regardant ces diverses cartes 3D de l'univers, depuis notre Soleil, le bras d'Orion, la Voie Lactée, le groupe local, le super-cluster Virgo, les super-clusters voisins, puis l'univers visible à 14 milliard d'années-lumières... Wouuf !

Ça fait à la fois rêver de voyages exotiques tendance Star Trek, et se sentir très insignifiant 6_6


En même temps... la Terre et sa vie consciente serait la seule chose vraiment significative dans ce grand bazar s'il n'y avait ailleurs que poussière et gaz stérile, mais "significative" pour l'Homme lui-même uniquement ! Narcissique détresse solitaire...

Formation aux parfums

Cela faisait 4 ans que j'avais pris l'habitude de noter sur un carnet mes "Madeleines de Proust": gazon tondu (Polincove), hortensia mouillé ou piment vert sauce soja (St Pierre), citronnelle mordue (St Pierre), Laurier (St Pierre encore!), peau ensoleillée ou poutre en pin (Grèce), cosse de marron (ND Sannois), nourriture pour poisson (tortue de Floride), livret couleur imprimé neuf (Zelda Majora's Mask), Sel de table (Méditerranée), Romarin (Albigny), bâtiment de ciment frais (garage), lavande (Provence), menthol (ND Belgarde et alchimie), Tilleul (école primaire), encens (Égypte) ...

Depuis que j'ai récemment retrouvé et identifié un parfum d'autrefois, et ça m'a décidé à me lancer un peu plus dans cet univers ! J'ai pris contact avec une professionnelle du parfum sur Hanoi, et on s'est déjà fait quelques exercices de tests en aveugle. J'ai aussi acheté un coffret intitulé "l'encyclopédie du parfum", contenant un jeu de flacon pour apprendre les notes de bases dans la description des fragrances.

Leurs site propose toute une base de donnée des parfums existant depuis le XIXme siècle, avec leurs compositions, familles, facettes, ingrédients, etc... Enfin ! Des mots pour ces couleurs si difficiles à décrire !

Billets connexes:

Quand je me suis réveillé paralysé

Il m’est arrivé à l’instant une expérience de sommeil extraordinaire et terrifiante !

Ce matin à 11h je me sens fatigué et me décide pour une sieste, ce que je n’aime pas trop faire en journée car cela me laisse souvent déboussolé au réveil. Allongé sur le ventre, le sommeil me semble léger, le bruissement de la ville et le soleil de la belle saison aidant.

Lorsque je me réveille, je suis pourtant allongé sur le dos. Je lève une lourde paupière, voit la fenêtre de ma chambre de Hanoi, referme l’œil. Apparemment encore sujet aux rêves, il me semble entendre du piano dans le couloir, ce même piano que dans la maison de St Pierre. Pas vraiment perturbé, j’admets que je devais tout simplement être à St Pierre… Je visualise alors la porte, bascule de mon lit, pose le pied, me lève et marche jusqu’à cette porte, l’ouvre et là… tout se brouille. Je rouvre l’œil et constate que je suis en fait toujours allongé sur ce lit dans la lumière de la fenêtre ! Un peu vexé par mon manque de volonté, je tente à nouveau d’aller à cette porte comme je comptais le faire. Je me vois à nouveau me lever du lit et approcher de la porte, et puis nouvel échec ! Décidément, ces siestes me mettent dans un état de mollesse agaçante ! Résolu à me sortir du lit par tout les moyens, je décide de me rouler sur la gauche jusqu’à tomber sur la moquette. Je me sens tourner, basculer sur le coté, puis ma jambe sur la moquette… mais non, ouvrir une paupière à nouveau me confirme ma léthargie persistante.

J’agite alors mon bras pour ma tapoter sur le torse, le visage, mais… où est mon bras ?! Je le sens bouger devant moi mais mon œil ne voit rien !! Je lève cette fois mes jambes mais là aussi, mes yeux ne voient rien apparaître dans leur champ de vision ! Qui croire ?! Je peux rabattre ma couverture sur mes jambes et en sentir la chaleur, mais mes mains sont invisibles si je les agite devant mon visage !

Je me rends à l’évidence : je suis paralysé.

La perception de mes mouvements et les sensations qui vont avec ne sont que le fruit de mon imagination, comme le confirment mes yeux que je peux à peine bouger et cligner.

Légère panique. J’ai du me tordre la nuque en dormant ? Je voudrais me masser le cou pour faire passer tout ça, mais impossible. Appeler à l’aide ! Je pousse un cri, mais comme je le craignais aucun son ne sort de ma gorge immobile. Je me vois un instant paraplégique à vie, la clinique, cligner deux fois de l’œil pour que l’aide soignant silencieux éteigne la télévision… puis chasse rapidement cette pensée. Ça ne doit être qu’un rêve… Cette paralysie a le mérite de me forcer au calme, même si les pensées restent chaotiques dans ma tête. Fermer les yeux me renvoi dans le monde de mon mouvement et de ma voix, ce que je préfère encore bien que la détresse y soit aussi présente.

J’ai choisi, avec patience, le monde où je ferme les yeux et attends de voir… et puis voilà, j’ai rouvert à nouveau les yeux, ai bougé mon bras, incrédule, et puis j’ai vu, avec grand soulagement, mon bras bouger devant mon visage. Pfiouuu !
C’est ce qui mérite de s’appeler un gros bad flip. Combien de temps ça a duré ? Quelques minutes ? Une heure ? Il est 12h30 à ma montre. Même maintenant le souvenir se fait lointain… Peut être trop bref pour me laisser une trace de sagesse, mais je suis très content d'en avoir fait l'expérience... et d'être de retour !

Avec le recul
En fait ce phénomène est un ''syndrome de paralysie du sommeil'' avec état "Hypnopompique" (pom pom). Il consiste à se réveiller durant le sommeil paradoxale. Pour mémoire, le sommeil se compose de 3 couches de lasagne répétées:

  • Sommeil léger, somnolence générale, sensibilité à l'extérieur, possibilité de quelques rêves.
  • Sommeil profond, cerveau éteint et corps actif, possibilité de somnambulisme, terreur nocturnes.
  • Sommeil paradoxal, cerveau actif et corps éteint, rêves et possibilité de joyeuseries associées. ( Rêve lucides, cauchemar persistants, etc.)

Au final, je réalise que tous ces symptômes me sont déjà arrivés au moins une fois !

  • Vers 10 ans, j'étais allé aux toilettes la nuit et m'y suis endormi par surprise. Je suis retourné en somnambule vers ma chambre mais suis rentré dans celle de mon petit frère, de configuration inversée ! Ne trouvant plus mes murs ni mon lit, je suis parti en terreur nocturne ! Reprenant connaissance, je n'avais aucun autre souvenir que celui d'être parti aux toilettes...
  • A 15 ans avec un peu de fièvre, j'ai fait un vieux cauchemar gentil à base de coordonnées cartésiennes... La passion de la filière S dans sa splendeur ! Le problème est qu'après le réveil les souvenirs me sont graduellement revenus sous la forme d'une prise (perte?) de conscience coupable et angoissée...Au bout de quelques minutes j'étais dans un état de transe terrifiée ! Il a fallu beaucoup plus de temps pour que ça se calme...
  • Après j'ai eu quelques expériences de rêves lucides, 2 fois initiées pendant le rêve à la suite d'un faux-réveil, et une fois dès l'endormissement.
  • Plus récemment, ce sont des sortes d'états hypnagogiques (à tes souhaits) que j'ai eu. Pour moi ça consiste à reposer ma tête dans mes mains sur mon bureau, en pressant mes yeux pour faire apparaître des flash lumineux. Spontanément des images apparaissent, très nettes, colorées et mouvantes. Je me laisse voguer au gré des évolutions, texture, détails... chaque image me semble singulière et originale, bien que j'arrive souvent à les associer à d'autres souvenirs. Durant ces assoupissements plus ou moins actifs, je reste conscient et peut même décrire les images en direct ! (avec beaucoup de spontanéité et d'hermétisme, Juliette a testé pour vous...).

Addenda
Après un peu de lecture sur le sujet, je réalise que mes expériences de rêves lucides ont été causées par le fait que j'ai eu l'habitude pendant 2 mois de noter mes rêves à mon réveil. C'est précisément ce qui est conseillé de faire pour causer ces phénomènes. Allez, je m'y remets alors, puisque j'ai testé et approuvé la méthode à mon insu !
- Mon premier rêve lucide a été causé par un faux réveil dans lequel je me réveillais dans un garage et entreprenait machinalement de noter mon rêve assis dans un carcasse de voiture, mais comme je n'arrivais pas à m'en souvenir, j'ai réalisé que j'étais encore en train de dormir, et me suis alors réveillé ! Brève expérience !
- Ma deuxième expérience a été aussi un faux réveil où je me retrouvais à Herblay (alors que je dormais à Valmorel...) et une fois levé j'ai voulu jouer de l'ocarina. Le problème a été que les trous étaient trop grand pour que je puisse les boucher.. alors là je me suis dit "Ça recommence !". Ma première réaction a été de prévenir les gens de la maison qu'on était toujours dans un rêve, révélation à laquelle ils étaient un peu perplexes ! Puis pour pousser l'expérience plus loin, j'ai voulu voir ce qui allait se passer si je mettais mon pouce dans ce trou d'ocarina trop grand. Allais-je causer un paradoxe lorsque l'ocarina rétrécirait ? Je me suis alors décider à me réveiller... pour me retrouver à Valmorel, la main coincée sous mon dos !
- Ma dernière expérience en date a été cette fois une lucidité dès le début du rêve. (Wake-initiated-lucid-dream) En temps-rêve, il n'a que moins d'une minute et j'ai perdu la main après avoir ouvert une porte. Le trop de liberté à imaginer la suite m'a distrait !

Billets associés
Dans la série des transitions exotiques avec le monde du rêve, il y a aussi ces 2 billets:

Alibaba aux kermesses !



Il y a deux semaines, c'était la dernière fois que j'entendais les rugissements matinaux de l'école voisine... Il m'avait bien semblé que les évènements y étaient exceptionnels: estrade, nouvelles musiques, chorégraphies, etc. Il y a une musique que j'ai immédiatement cherché à enregistrer: elle commençait en gros cliché arabisant, mais avec le charme des voix d'enfants... et enfin le refrain carrément inattendu m'a ravi ! On est dans la scie musicale, la mélodie à tue tête qui obsède et égaie !
En voici une vidéo avec Bé Xuân Mai, probablement la plus jeune star vietnamienne à l'époque (il y a plus de 10 ans).



Et pour le Karaoké (indispensable), les paroles !

Continue reading...

Interview d'Olivier sur RFI

Olivier est libre !!

A très bientôt !

Monitor Lizard

Mon patron m'a récemment donné un nouveau rôle qui se résume en un mot : "Monitoring".
Je m'occuperai de toutes les phases opérationnelles de nos projets, phases durant lesquelles on doit s'assurer du bon suivi des performances pour pouvoir réclamer en bonnes et dues formes les précieux certificats de réduction d'émission carbone.

Comme pour moi la clarté du sens passe par la clarté du visuel, un bon modèle c'est un bon diagramme, un bon concept c'est un bon logo ! Voici donc le sceau qui résume mon job.

Couleur "teal" sur fond indigo, cette créature est à mi chemin entre un dragon chinois et un bon gros "monitor lizard" comme on en a vu à l'île de Tioman en Malaisie. Des gros lézards dont certains grattent le sol pour attraper des insectes, et d'autres lézardent sur un rocher au soleil avant de plonger dans l'eau pour jouer les techniciens de surfaces. J'aime particulièrement leurs pattes avant avec les coudes vers l'extérieur qui leur donnent un air gaillard "pom-podom ouais c'est moi".

Deux humanitaires français enlevés en Centrafrique, Motus et bouche cousue.

Je relai cette nouvelle avec un seul message : Ne diffusez pas cette information !

La directive du Ministère des Affaires Étrangères est claire là dessus : toute agitation médiatique, ou diffusion de l'info aura un impact négatif sur les négociations de libération avec les ravisseurs. Donc merci de ne pas en parler dans des forums, ne pas publier des articles, commentaires ou suivi de l'évènement.

Merci pour votre aide.

Continue reading...

Tisserand de parfums

Un escapade à Clisson m'a fait redécouvrir à quel point je suis un amoureux des parfums naturels, tant pour leur saveur immédiate que pour leur capacité à m'évoquer des souvenirs saisissants. Depuis un an j'ai commencé à faire la liste de ces madeleines de Proust. Au début je les considérais comme des portes olfactives vers des fragments de souvenir, des sortes de vortex spatio-temporels cachés dans les endroits les plus ordinaires, prêt à emporter le voyageur le temps d'une inspiration.

En fait, je vois maintenant que l'action de réminiscence affecte le souvenir exploré. Une première visite dans un coin de souvenir peut se limiter à redécouvrir un fragment d'univers incomplet... que l'on va progressivement reconstruire, par la réflexion de l'historien comme par la rêverie créatrice de l'artiste. A mesure que l'on retourne dans ce fragment de monde, on le construit, l'aménage, le pont qui nous y conduit se consolide.

Non seulement on va développer et construire l'univers du souvenir, mais inévitablement ce "lieu" se trouvera associé au lieu de la réminiscence. J'en fais l'expérience avec l'habitude que j'ai chaque matin de pincer un épi de lavande en arrivant à EDF. Je suis sûr que maintenant ce parfum sera autant connecté à l'univers provençal de mon souvenir qu'au lieu de travail d'EDF. Au final, les parfums sont comme des cordes sur lesquelles on va, volontairement ou non, enfiler des perles de souvenirs. La corde est un fil rouge reliant instantanément ces "lieux" et servant de pont pour les visiter ou les aménager. Ce tissage de souvenirs donne du volume au temps passé, et le fait percevoir comme un vaste ensemble de petits univers au sein duquel les cordes de parfums permettent d'aller partout à partir de n'importe où, et réciproquement.

Billets connexes:

Avec la menthe du jardin...

Une recette que j'aime bien faire en ce moment :

Prenez trois tiges de menthe poivrée qui envahit les plants de rose du jardin, rincez les à l'eau pour retirer poussière et faune diverse. Séparez les feuilles et hachez menu. Dans un bol, mélangez un yahourt à 4 grandes cuillerées d'huile d'olive et 4 pincées de sel. Mettez y la poignée de menthe, et hop !

Si vous avec sous la main un concombre, ajoutez le en dés non pelé, avec un peu de sel supplémentaire, ça peut être que mieux ;)

Poésie pour café...

Mon groupe de travail a l'habitude de lancer un café en milieu de matinée, et l'annonce se fait avec quelques rimes sur le saint du jour. Quand vient mon tour c'est l'occasion de me remettre à ce passe temps que j'avais parfois en prépa...

Continue reading...

BD de Laurent Parcelier : Guilio et La Malédiction des Sept Boules Vertes

J'ai rencontré le dessinateur (accompagné de quelques fans!) et il est d'accord pour diffuser librement les pdf de ses 8 BD.

Chaque visiteur est même invité à redistribuer à son tour s'il le souhaite. Je vous demande juste de laisser un commentaire ici pour signaler votre téléchargement, et me dire ce que vous en pensez !

La Malédiction des Sept Boules Vertes :

Guilio et le Drôle de Monde :


A partir de ces PDF, je me suis aussi préparé une réédition perso en format A3 ainsi qu'une série en A4 souples.
En images ça donne ça :

Un groupe Facebook a été créé pour se rassembler et échanger autour de ces BD. Notamment pour s'informer à propos d'occasion de les acheter en vrai !

Voici sa page wikipedia.

Pour conduire à cette page, vous pouvez utiliser ce lien court: www.notesdevoyage.com/Parcelier

1000 visiteurs, une carte !

  • Un gros point sur Stockholm pour mes amis d'ici
  • Une France mitraillée pleines d'amis et autres inconnus francophones :)
  • Vienne Prague Cracovie, Hue, Shanghai et Kuala lumpur : moi même !
  • Olivier à Karthooom !!
  • Une trainée de poudre vers le Far West, du Quebec et Ohio avec Nadège et Lee Ann ;)
  • Reza de Teheran !

Pour les centaines d'autres visiteurs que j'ai oubliés, bienvenue ! \\o//

4 films d'un coup

Je ne suis pas du genre à me regarder un film tout seul, et donc il peut parfois se passer de nombreux mois sans aucun film, au ciné, télé, ordi. Mais en une semaine voilà que je m'en suis fait un bonne brochette :

  • Rencontre avec Joe Black : captivant dans toute sa partie centrale. Le duo Pitt/Hopkins fonctionne, et la constante double interprétation des évènements (burlesque pour ceux qui ignorent qui est Joe Black, grave et mystique pour ceux qui savent) rend le film encore plus absorbant. La musique de Thomas Newman fait partie de la magie. La fin s'étire beaucoup trop par contre, 3h en tout !
  • The visitor : un film touchant, loin du Science-Fiction Fantastique mystico Space opera que j'aime. Un professeur éteint qui réapprend à vivre et s'exprimer. C'est aussi un coup de pied dans le rêve américain, avec une société qui ne fait pas de cadeau pour certains émigrés, même se sont sentis installés depuis des décennies.
  • Les Chroniques de Riddick :Ah, voilà le bon gros Space Opera, avec son Empire maléfique conquérant les planètes, son super Holy half-dead Lord Marshal, et bien sûr le héro invincible et inexpressif. Qu'est ce qui m'a retenu ? La forte esthétique de l'Empire, basée sur des sculptures de visages humains intégrés à un style greco-romain gigantique. En plus du scénario ultra in-your-face, je regrette que le personnage du Lord Marshal ai été si peu magnifié : à la 10me minute on voit déjà son visage, et peu après il fait un discours devant à peine 100 personnes qui lui tiennent tête... Où est passé le temps des bons gros Empereurs charismatiques ?
  • L'Associé du Diable : Surprise car je n'attendais pas du tout de fantastique, et encore moins d'horreur. Le mélange de religieux moral et fantastique m'a rappelé la Passion de Mel Gibson. Al Pacino est parfait, même sa courte taille ne sert pas vraiment son personnage diabolique. La violence et l'érotisme on lancé un débat jusqu'à 2h du mat avec les iraniens avec qui j'ai regardé. Peut-être le film en met trop, mais le script et le message est vraiment bon. La façon dont le Diable laisse libre et détourne le libre arbitre vers la destruction est fort. La scène finale est la plus claire et pudique : Même après avoir fait un choix juste, il y a toujours un tentateur qui traine pour remettre à l'épreuve...

L'Esprit souffle et le boy-scout fait sa B.A. : Engagez-vous qu'ils disaient !

Petite histoire naïve de celui qui va courir par une après-midi ensoleillée :

Sur le parcours habituel je réalise la quantité de détritus qui borde le chemin. En bonnes dispositions, tout juste dans l'euphorie d'un bon jogging qui démarre, et plutôt enclin à sauver le monde, je me dis : "Ok pour ramasser tous ces cartons et gobelets Mac Do, mais il me faut d'abord un bon sac plastique." Sur quoi Il me répond "Top la !". 100m plus loin, je fais un écart pour inspecter un sac, mais il est déchiré. "Ah non, il faudra faire mieux que ça." Plus loin, un autre sac dans les fourrés passe, mais j'ai la flemme de faire l'écart. 20m plus loin, un troisième se présente, et là je paie l'écart... et il est beau, propre, vide... "Ok, alors c'est parti !" Et me voilà lancé sur le parcours habituel qui prend un allure de Slalom pour attraper dans la course les divers machins. Moi qui croyais que ça m'empêcherai de courir tranquillement, ça rend en réalité l'exercice plus complet et fatiguant !

Sur le chemin du retour, sac moitié plein, je repasse dans la zone à haute pollution. Le sac se remplit vite, mais j'arrive au niveau du deuxième sac, celui que j'avais ignoré. Encore un beau, vide et net. Me voilà reparti ! Par contre, ce n'est pas parce que je fais mon numéro idéaliste-greenpeace que j'oublie le pragmatisme : pas de place pour tout, donc priorité aux gros trucs plastifiés. Malgré cela, les deux sacs sont vite pleins. Au bout d'un moment, je dis "Ok basta. Je veux un autre sac sinon j'arrête ce job en mousse !" Le sac ne vient pas, je trouve une poubelle et me débarrasse des deux ballots. Mais à peine 10m plus loin, la surprise ! Pour la première fois, je suis troublé dans mon enthousiasme naïf : un grand sac blanc, épais et tout neuf... la blague ? Rien de miraculeux ou de paranormal, juste un coup de pouce du hasard on dira... Alors le job se finit avec un gros sac de plus, et des passants qui m'auront regardé amusés ! Tant mieux si en plus j'ai pu surprendre, que ça fasse réfléchir et changer les comportements. Et on se sait jamais vraiment ce que causera ce genre de cercles vertueux que l'on lance...

Bref, ma morale à 4 sous :
> Il y a beaucoup à faire et on se sent insignifiant. Mais il faut bien commencer un jour.
> Chacun à le droit de réclamer un coup de pouce du hasard pour se lancer, et continuer. Mais prenez des engagements réalistes, et respectez-les quand le hasard remplit sa part du contrat.
> Enfin, restez pragmatiques sur les résultats, exigeants sur le degré d'inconfort que vous tolérerez, et surtout gardez l'espérance en ce hasard qui laisse rarement tomber les bonnes intentions.

Engagement, fidélité, pragmatisme, et espérance !

- ceci était un communiqué de l'ADEME région Poitou-Charentes -

Retrouvailles, cuisine et films !


Notre équipe internationale (Jean de Malaisie, Akiko du Japon, Iyad de Palestine et moi même), en train de préparer un film après un bon repas !

Le fameux Poulet avec sauce Béchamel de châtaignes oignons champignons et rallongé de patate.

Munich : la prise d'otage palestinienne de 1972 et la chasse à l'homme lancée par les services secret israélien qui a suivit. Question d'éthique sur les cercles de violence engendrés, et la paranoiat qui s'installe.

Macaroni avec sauce coriandre boeuf ail tomate courgette. Avec la contribution d'Akiko pour son gâteau aux amandes carotte miel à la fois subtil et surprenant. (Recette de Lituanie)

National treasure 2 : ou comment se remettre avec sa femme, après avoir retrouvé les Cités d'Or Maya, en restaurant au passage l'honneur de sa famille, en cambriolant Buckinggham palace, la maison blanche, kidnappant le président des US, le tout entrecoupé par quelques escales mystiques en plastique où 47sec de réflexion suffisent à percer des énigmes millénaires, et annoncer la prochaine destination ! Vivement Indiana Jones 4 :p

Nouille au riz à la coriandre, avec soupe de porc aux épices de là-bas et légumes d'ici.

In the Mouth of Madness : un film d'horreur a petit budget qui explore des idées intéressantes. Pas de "gore", mais de la folie, de l'intrigue et des hallucinations, des cauchemars où l'on ne finit pas de se réveiller ! C'est Iyad qui tenait à affronter ses vieux démons avec ce film qu'il nous a conseillé en le redoutant. Pas de sueur froide, mais un bon moment tout de même !

Crêpes à la bière roulées à la béchamel champignon lardon.

La jeune fille à la perle : la splendeur des couleurs, des plans, de la musique, la complexité des relations entre les personnages, la pudeur des scènes et le sens des silences... éblouissant !

Cinema paradiso

L'effet papillon

The Fountain

Emoticônes, smilies et autres joyeuseries...


Ils sont là.

__________ Quelques lignes sur ma personnalité ___________

.

Continue reading...