To content | To menu | To search

Notes de Voyage

Tag - Future

Entries feed - Comments feed

Venus project presented at the UN Assembly Hall

I could hardly believe it: the Venus project, which I thought to be a marginal utopian idea, was presented last year at the prestigious United Nations Assembly Hall for the 2016 Novus Summit, which rewards contributors addressing the 17 Sustainable Development Goals.

It feels like a historical moment to see its founder, Jacques Fresco, now 100 years old, speaking to the assembly symbolizing the world consolidated government.

The Venus project proposes a brand new society and economic structure, where renewable energies and automation enable abundant goods and services, making money and most work irrelevant, and allowing citizens to contribute in the way they want (research, design, arts, or other activities).

Dashboard of suspicious corporations

In our world of increasingly virtual interactions, companies mastering the information technologies and networks are quickly gaining power at several levels. Here is a table to keep an eye on those folks.

A healthy rule is to split our personal information and dependencies across different firms, or none of them if you can afford!

 

 

Influence

Monitoring

Hardware, physical world

News

Inspiration

Messenger

Activity

Google-Alphabet

Google News, Analytics

Search, Ads, Youtube

Gmail, hangout

Android, Apps shop, Calendar, Translate, Map, Drive, Chrome, Now IPA

Car, Calico (bio-engineering)

Apple

News

iTune, Apple TV

iPhone

iOS, Safari, iLife, Logic, Final Cut, iCloud, Siri IPA

Apple store, Apple Energy, ApplePay

Facebook

 

Ads

WhatsApp, Messenger

Facebook, Instagram

 

Amazon

Alexa

Amazon.com, Amazon studios

 

Cloud computing, Echo, Alexa IPA, Evi IPA

Physical sales, Pay, GoPago payment, AmazonGo (store)

Microsoft

 

Xbox games, Bing seach

Skype, MSN, Outlook, ex-hotmail

Windows, MSOffice, Sharepoint, Linkedin, Cortana IPA

Nokia, Windows phone

Yahoo

News, Finance, Geoplanet, Answers

Yahoo search, Music, Movies

Yahoo mails

Flickr, Tumblr, Delicious

Yahoo Travel

Baidu
百度

Tongji web analytics, Hexun finance

Baidu search, Knows, Encyclopedia, Music, Image

 

NetDisk, Map, Browser, Yi OS, Space

外卖 Waimai food, Qunar travel

Alibaba
阿里巴巴

 

Alibaba movies

 

Alibaba, Sesame credit

Alibaba.com, Taobao.com, Tmall.com, AliPay, MoneyGram?

Tencent
腾讯

   

QQ, WeChat

CRF credit, WeiYun, WeiBo

TenPay

Xiao Mi
小米

     

MiCloud

Phone, laptops, TV

Hua Wei
华为

     

EMUI OS

Phones, data centers, network

News Corporation

Fox News, National geographic, WallStreet journal

20th Century Fox, Blue Sky, Searchlight

   

Movies and goodies

Disney

 

Disney, Marvel, LucasFilm, Pixar, Touchstone

   

Movies and goodies, theme parks

Time Warner

CNN

HBO, Cinemax, Warner bros, Cartoon Network

   

Movies and goodies

Comcast

NBC, 26 US TV stations

Universal pictures, Focus

   

Movies and goodies

eBay

Corrigon visual search

 

(Skype, sold to Microsoft)

eBay

eBay, PayPal

Rakuten
乐天

 

Kobo, Wuaki.tv, Pinterest, FC Barcelona

Viber

 

Rakuten, Play.com, Buy.com, PriceMinister

Samsung
三星

 

Everland theme park

 

S Voice, Gear VR, Viv IPA

Phones, electronic, Heavy industry (ships), construction, Life insurance,

Meanwhile in China, the wondrous Social Credit System looms quietly. Here is the full text outline document in English and Chinese. The keyword to justify it is 诚信  ("honesty", translated here as "sincerity"), a word that Alibaba's champion Jack Ma has been emphasizing a lot in his speeches. I introduced further about this system in this earlier post.

And to attack another weak spot, Alibaba's Ant Finance is starting a cooperation with the UN Environmental Program UNEP to build a platform for individual monitoring of greenhouse gas. A green pretext to monitor the people!

What is Life, Death, and Salvation?

A Bible reading session last month posed the question of the afterlife (Mt 22). After a long exploration of the topic, I came to think that it involves questioning the very definition of life and death themselves! Using my habit of emergent layers, applied to an individual person (cf. numeral symbol by Bernard Werber), I came out with this table to describe what it means to be alive or dead:

Evolution levels

State of Life

State of Death

5. Saint (spiritual)

Hope, Faith, Love

Despair, denial/betrayal, hate

4. Human (mental)

Personality, intelligence, humour

Madness, mental handicap

3. Animal (emotional)

Sensory and emotional reaction, desires

Lethargic, vegetative state

2. Plant (biological)

Biological life, health

Handicap, decease

1. Mineral (physical)

Body, physical presence

Disaggregation

0. Others (vicarious)

Name, stories, cult, statue

Oblivion

This table matches the cardinal cycle and the 4 fields of education, with 2: sport for the body, 3: art for the heart, 4: science for the mind, and 5: wisdom for the soul. I also add a “zero” level which corresponds to our life (and survival!) through others: how we are known and remembered. With this table, it appears that death is often gradual: being handicapped, desperate, and ignored, already cripples the wholeness of our life. Often the death of the higher levels would cause the lower ones in turn to crumble. However we can also imagine the death of an unknown person, keeping quietly his wisdom and conscience till the end.

The above table may seem to over-analyse life and death, cutting it into thin nuances, but actually the Greek vocabulary of the New Testament also does so! One of my cousin underlined that in the Gospels there is a distinction between 3 forms of life: Bios: life of the body (2) and (3), Psyche: life of the mind (4), and Zoe: eternal life of the soul (5). We can also match these with the 3 loves: Eros of the body, Philia of the mind, and Agape of the soul. As I like to believe, vocabulary and grammar help with philosophy!

From the etymology angle, resurrection comes from the Latin "resurgere", "to spring up again", akin to "source" but without the idea of "origin". In Chinese 復活 is "return to life", in Vietnamese Phục sinh 復生 is "rebirth". In Greek Ανάσταση: "stand up". It sounds sometimes like a return to our previous life, or the start of a new one.

If we consider that, in the face of his death, a man’s salvation consist in keeping his life, it seems that most cultures tend to focus on the lower levels: a grave, a legend, a statue to remain in people’s head (0), and sometimes a mummy to keep the body. Then many religions and beliefs promise to restore the body (1), bring it back to physical life and health (2), enjoy a paradisaical existence of pleasures (3),  and optionally some grand revelations (4).

What if it were the other way around, eternal life through the higher levels? Simply survive as spirits (4), free from bodily life and heaviness, taking with us the most precious fruits of our soul (5). Like the butterfly leaving the caterpillar cocoon. In Christian context, the realization of divine salvation implies the irrelevance of hope and faith: only love is to remain.

Could this utlimate bliss scene also mean to abandon our individuality? Meeting face to face with God should be a fantastic love burst, surely calling for a fusion, following the example of the Trinity. That would mean that even our own self (4) fades out as we merge back into the source of light.

Even further, if this salvation leads to an eternal state of perfection, could time disappear? Time would mean motion and evolution, but hard to imagine a dynamic perfection lasting forever! It would necessary imply fluctuations around the optimum, and the absence of overall increase of excellence would mean terrible boredom for the spirits endowed with memory. Even if their memory were wiped regularly so that they may enjoy the same perfect (groundhog) day forever, that would be a kind of time-loop, not be so different from a mere interruption of time. Hard to imagine what could be existence without time, our intimate and yet mysterious life drug! We could be either without time (hit into a bliss wall the end of the road, just like the Big Bang sprung from nowhere), or beyond time, seeing it from above like a spiralling track from its beginning till its end.

Ads, Adore, and Addict: cultural shifts

As media and trends move faster, our consumer societies sometimes undergo spectacularly quick transformations. I have recently noticed 3 notions where cultural conceptions worldwide have been toppled upside down: the consumer will “Adore”, will be “Addicted”, and Ads are here to know what you like and become viral.

Adore
I’m starting my story the way it came to me. Living in Vietnam, I partly witness the transition and contrast from pre-war generation (under French influence, respectful of Confucian and Buddhist traditions), post war generation (pro USSR, but still keeping Confucian and Buddhist as part of Vietnamese identity), and the young generations (embracing exhibitionist consumerism, iPhones selfies and hipster styles).

Throughout Buddhism, “passion” and “enthusiastic fascination” (迷, Mê) is considered evil as a source of suffering. It receives similar treatment in Plato’s philosophy. This word has a negative connotations in Chinese and Vietnamese (e.g. 迷信: superstition, 迷惑: confuse, 迷宫: maze, 迷路: loose way, 痴迷: crazy, 低迷: depressed, 迷醉: intoxicate, etc.) However nowadays, the word is gaining glamour, and is considered as a desirable sign of enjoyment. In this advertisement here-below, it rhymes with Yêu, love.

A comparable shift happened long ago in English and French, when the word “adore” became a mere synonym of liking something very much. Considering the 2nd of the Bible’s 10 Commandments, forbidding the adoration of idols, we can see that the word has gone a long way up until now!

Addict
More surprisingly, as several studies start to warn about the addictive dangers of video games, apps, TV series and others recent digital medias, the very word “addictive” managed to become a marketing catchphrase! Countless ads praise the latest online “addicting games” that will “take control of your life” and “keep you awake all night”.

How incredible that the selling pitch of a product uses the exact same language as those denouncing their dangers! Have we gone to the point where self-indulgence, decadence and selfish craving can be openly glorified? Maybe these evils have been blamed too heavily in our traditional cultures and the feeling of guilt now swings back to the other extreme: claiming egoist hedonism and self-intoxication as a new way of life?

Advertisements
I remember 20 years ago, advertisement was still vastly regarded as a one-way marketing hunting tool, trying to urge consumers to buy a product or service. Every company was praising its own product and pushing them to the market. Later on, several studies showed that TV audience actually likes ads, for their catchy style and entertainment.

Further down the line, we saw Facebook asking us whether we find such or such ad interesting, relevant, or funny to us. That is another great shift: ads are supposed to become “relevant”, and to do so, each of us is supposed to allow Google and Facebook to know our tastes. Now, since most of us can’t really figure out what we would like, Google offers to plays the Gestapo-psychologist and spy on us to predict our behavior, and convert us into consuming appendices of the supply chain. No need to think further, mother Google will tell us “what we like”.

That’s it.
Now it’s time to ask ourselves whether we really want to go down that path:

Craze and crave in your cradle-grave, with umbilical cords to crate you as slave.

Maybe at some point, rejecting the machine assistance to consumer decision could be considered as a seditious act blamed for destabilizing the computed economy?

Actually to be fair, modern ads are not purely turning us into passive consumers, but also convert us into ambassadors, to share the ads in turn, either for its fun, or because we genuinely want to share the word. This implies more commitment, and maybe, even critical thinking! Such social interactivity with the ad is the opportunity for freedom of expression through online civil society, promoting or criticizing content.

BONUS: Social Credit Rating
When allowing personal initiative and freedom of speech, one of the next moves of abusive governments is "Social Credit". There are various forms of such rating. So far they mostly focus on the credit-worthiness of loan takers, analyzing their purchase record and contact list to determine whether lending them money is safe. For example the "Sesame credit" 芝麻信用 from Alibaba's 蚂蚁金服 "Ant Financial Service" in China since 2015, with 190 million users. Some dating websites (e.g. 百合 Baihe) encourages users to boast their scores, thus influencing matching, making it de facto a criteria for social segregation. Similar credit ratings are in use in the US (Credit Karma since 2007, and ironically since 2010: Credit Sesame!) Facebook also tried one in 2014, based on social media content, but called it off in Feb 2016 over regulatory issues.

Here is a broader and quite perverted version of social credit: Each citizen would be rated based on the compliance of his behavior with a given standard. Criteria could include purchases, message content, readings, travels, studies, and even non-secretiveness (willingness to show all their life for analysis), etc. Bad grade citizens are penalized when asking for services (loan, study, accommodations, etc.), while good pupils are rewarded. The social credit of whoever you connect with and meet could also affect your own credit, thus preventing social class mix and dialogue.

That would be a lovely way to manipulate populations by saying: "Yes you are free, but being "naughty" will make your life much harder..." Besides, whatever criteria included in the evaluation must be provided to the rating agency, since "You don't have anything to hide, do you?". Easy to see how it can go wrong.

In Vietnam a still distantly comparable rating system is used: "Gia đình Văn hóa" : 家庭文化: "Family with (proper) culture", which rewards compliant and orthodox families with a public signboard. Areas with above 80% of such families can also apply to receive the award. Luckily, it's a voluntary system and not everyone is monitored.. at least in principle.

I hope for an economic model rather centered on demand, where each of us can creatively express his wish about a new product or service, and build up a group of interested buyers. A kind of crowd funding, but only bringing forward ideas to the supply side. The next steps would aim toward a Venus Project model, where mass automation coupled with renewable energies and recycling enables a society of abundance, without money, less work, more freedom, creativity, and meaning.

A Map for Sci-Fi Movies

Science Fiction is a broad church, made of many sub-genres. For me it is a wonderful source of inspiration, talking about the future, technology, philosophy, psychology, politics, etc.

In the map below, i've proposed some topics in green. Non-SF but still akin movies are in grey.

Poème coloré "Oracle"

On est souvent un peu perplexe devant un ordinateur.. qui y est le maître et qui est l’élève ?

What future? Venus project, Zeitgeist movement

Let's talk about the future!

Here is a fascinating proposal of futuristic society: no more money, mass robotization and computerization of optimal decisions, abundance and variety of goods, in the frame of available resources and environmental sustainability. The project also postulate that people born in this culture without scarcity nor competition would be free of greed, theft, and related violence. They would simply have the pleasure to what they are good at to serve the common good.

https://www.thevenusproject.com/

With the 100th birthday of the founder Jacque Fresco, they released their flagship documentary about the project: http://thechoiceisoursmovie.com

Unlike in communism, computerized science and abundance allows sound decisions without corruption. Administration would be minimal and transparent.

On the flip side, i don't think the issue of democracy can be discarded as they suggest, since many decisions are not only scientific: e.g. "What shall we maximize: freedom, happiness, aesthetics, or survival chances? (see my "map of ideals") Bioethics: Shall we allow human genetic engineering? Do we want Brave New World? How much freedom of speech do we allow in the face of science?"
We need democracy to avoid a technocratic dictatorship.

Further on the issue of robots and computerized decisions, like in "I, robot", I believe we could see some phenomenon of interpretation of basic principles (e.g. "Harm no human") which would imply some sacrifice once applied at global level, violating these same principles. e.g. "To save the group we might sometimes sacrifice few." With nascent consciousness, robots might not be so good at philosophy!
Again, that calls for some democracy, or at least a check-and-balance of powers.

PS: Facebook article

Frise historique mondiale / World history timeline

Revoilà la sympathique frise, depuis 10 minutes avant le Big Bang jusqu’à Lundi dernier, toute une Histoire !

World History Timeline

J'y ai particulièrement détaillé la période préhistorique, et aussi ajouté un résumé en une page... distiller toujours plus, jusqu’au squelette essentiel ! Puis remplumer petit à petit autour...

Pour les dates-clefs, je dirais :

  • -500 : Philosophes et fondateurs religieux (Zarathustra, Bouddha, Lao Zi, Socrate)
  • -300 : Premiers Empires (Alexandre, Maurya en Inde, Qin en Chine)
  • +400 : 1re choc Mongol-Hun (chute de Rome, ruine des Gupta)
  • +1200: 2eme choc Mongol (Gengis khan, Tartars, Yuan en Chine, sultanat de Delhi)
  • +1500: Fin du Moyen-Age (chute de Constantinople, Amériques, expansion Ottomane, Babar en Inde)

Film: Equilibrium

Dans notre joli home cinéma improvisé dans le salon, je me suis regardé le film « Equilibrium ».

L’idée centrale est de nous décrire une anti-utopie (« dystopie » comme on dit) de société où toute émotion est bannie, dans le but de couper à sa source tout comportement violent, passionnel et éviter une fatale dernière guerre mondiale.

Cela passe par la destruction des œuvres d’art et livres, d’où une ressemblance immédiate avec Farenheit 451 de Ray Bradbury, à la différence près que Bradbury décrivait plutôt l’abrutissement des masses par une culture de consommation vidée de réflexion et de poésie, remplacés par des données factuelles et divertissements basiques. Dans Farenheit 451 , toute pensée conflictuelle, discutable ou philosophique est bannie. Les gens s’y remplissent la tête de faits, de culture générale figée sans besoin d’esprit critique, ce qui leurs donne l’illusion de penser, comme une « sensation de vitesse sans bouger ». Les gens redeviennent brutaux et littéralement "bêtes". Dans Equilibrium, ce sont les sources esthétiques qui sont visées, toutes choses susceptibles d’éveiller des émotions, qu’elles soient positives ou destructrices. Les gens sont plutôt flegmatiques, indifférents et obéissants.

Puisque l’Homme a une faculté naturelle à ressentir, notre joyeuse société se dote d’un complément technique sous la forme d’un médicament pour étouffer ses émotions, le Prozium. (inspiré du Prozac ?) Chaque citoyen est tenu de s’auto-injecter une dose a intervalle de temps régulier. La différence avec le « Soma » du Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley est que ce médicament n’est pas une drogue du bonheur, au contraire. Elle doit être administrée par obéissance et non par dépendance. Ceux qui cessent de la prendre, ou bien manifestent des émotions sont arrêtés pour « déviance émotionnelle », jugés (ou pas) et exécutés.

Cette posture radicale induit naturellement un État totalitaire bien policé. La chasse aux déviants et la présence paternelle du dictateur sur tous les écrans géants rappelle vite 1984 de Georges Orwell. La séquence d’introduction du film sous forme de propagande/récapitulatif est aussi identique à l’adaptation cinéma du roman. La ressemblance continue, car dans 1984 le Parti incarné dans la personne mythique de Big Brother est une oligarchie, un groupe capable de se renouveler en continu sans limite de durée de vie. L’État est également collectif, rien n’appartient à aucun individu, tout appartient au Parti. Dans Equilibrium, on apprend que (attention révélation) le fameux « Père » est mort depuis longtemps mais son apparence visuelle continue d’être utilisée par les nouveaux dirigeants, qui s’y référent comme à une entité supérieure. En somme, un ventriloque imposant de respecter la volonté de sa marionnette. (J'aime beaucoup ce mécanisme dictatorial!)

Sans plus de justification, on voit une présence continue de vocabulaire religieux au sein de la structure fasciste. Le drapeau ressemble à l’emblème nazi où le swastika est remplacé par une croix potencée formée de 4 T. L’organe central du contrôle émotionnel est le « Tétragrammaton », nom grec des 4 lettres YHWH. Le vice consule (marionnettiste) exige l'obéissance totale au Père comme une forme de foi. Ce mélange totalitaire et religieux rappelle V Pour Vendetta avec le slogan « La force dans l’union, l’union dans la foi ». Les scènes de combat à la Matrix et l’issue anarchiste du film confirment la ressemblance. Disons que cette dimension religieuse plutôt gratuite et décousue donne une saveur plus originale et rehausse le tragique.

Le message du film est que les émotions et les rêves qu'elles suscitent sont la substance du monde, ce qui lui donne du sens. Même si le contrôle émotionnel réussissait à maintenir une paix éternelle, voire même sans répression (car en pratique la police tue, détruit et exécute presque autant qu'une guerre...), cette société ne viserait qu'à se préserver et n'aurait aucun sens. Ainsi, la jalousie, désespoir, haine et violence sont un lourd tribut à payer, mais indispensable à la l'accomplissement humain.
Pour aller plus loin que ce rejet d'Equilibrium, il est avoué au cours du film que les émotions sont comme un luxe, un luxe dont doit se priver une partie de la population afin de stabiliser l'autre partie qui en profite. Cette idée semble passer à la trappe vers la fin, mais ouvrirait pourtant à une société nouvelle, différente de celle d'avant Equilibrium, une société où la structure dirigeante prendrait des dispositions pour limiter ses passions et favoriser le pragmatisme.

Allez, une belle compilation de déjà-vus, qui donne au final un ensemble original et agréable ! J'aime beaucoup ces illustrations de totalitarisme sophistiquée et j'espère que, loin de rendre sceptique ou paranoïaque, elles ont l'effet d'un comprimé vitaminé d'esprit critique en familiarisant les gens avec ces mécanismes.. pour les éviter, bien sûr !

Frise historique mondiale mise à jour

Un an après la première édition, voici une version plus complète de cette firse historique mondiale.

J'y a ajouté une section préhistorique depuis le Big bang, et une ligne détallée pour le Vietnam.

Atlas intergalactique

Je me donne le tournis depuis hier en regardant ces diverses cartes 3D de l'univers, depuis notre Soleil, le bras d'Orion, la Voie Lactée, le groupe local, le super-cluster Virgo, les super-clusters voisins, puis l'univers visible à 14 milliard d'années-lumières... Wouuf !

Ça fait à la fois rêver de voyages exotiques tendance Star Trek, et se sentir très insignifiant 6_6


En même temps... la Terre et sa vie consciente serait la seule chose vraiment significative dans ce grand bazar s'il n'y avait ailleurs que poussière et gaz stérile, mais "significative" pour l'Homme lui-même uniquement ! Narcissique détresse solitaire...

L'argent dette


Voici une video en français, très pédagogique et abordable pour comprendre comment le pouvoir de créer l'argent est passé des mains des États à celles des banques privées. La quantité d'argent est en augmentation exponentielle et correspond de moins en moins à une création de richesse tangible, et de plus en plus à une création de dette envers les banques. Une course folle vers la falaise où tout baigne tant qu'on peut courir, et puis plouf. Vive la vie !

Beaucoup plus complète et moins tendancieuse que la première édition, cette vidéo-ci présente aussi d'intéressantes alternatives monétaires.



J'avoue que la voix française est un brin agaçante, alors pour ceux qui préfère la version anglaise-canadienne:
http://www.youtube.com/watch?v=_doYllBk5No&feature=related

Un planisphère et une frise historique...

Juliette m'a rapporté de France ma carte du monde Michelin sur laquelle j'avais déjà bien dessiné et annoté. Elle habille à merveille un grand mur de ma chambre et capte souvent mon attention pour de longue divagations très.. studieuses ! A cette carte familière j'ai eu l'idée d'ajouter une autre moins banale. C'est au musée de Téhéran que j'en avais vu pour la première fois: une frise historique intégrale, mettant en parallèle chaque continent et civilisation ! Plus loin que ça, j'avais dans l'idée de trouver un site internet où l'on pourrait naviguer dans une telle frise en agrandissant tantôt le temps ou l'espace, développant les empires en régions et les dynasties en règnes.

Pour l'instant je n'ai pas trouvé de tel site, mais voici tout de même celui-ci: http://www.hyperhistory.com/online_n2/History_n2/a.html
On y trouve 6 planches de 5 siècles chacune, reliées à de nombreuses petites cartes historiques. Je me suis imprimé ça sur des pages A4 qui, une fois toutes reliées, mesurent plus de 2 mètres ! Je compte maintenant développer la période préhistorique et ajouter les cartes disponibles sur le site.

Voici la version que j'ai imprimée. Elle sera mise à jour à mesure que je l'améliorerai.

Cube, Icare et Milgram

Je n'ai pas l'habitude de me regarder des films seul, mais hier ma générosité m'a laissé regarder "Cube Zero". (merci le Matthieu)

Excellente surprise, avec des ajouts très intéressants par rapport au concept initial déjà génial: un groupe de personnes diverses se retrouve sans raison apparente dans un labyrinthe formé de salles cubiques dont certaines sont mortellement piégées. L'environnement oppressant et absurde conduit le groupe à une coopération mêlée de méfiance, car chacun suspecte que les autres en savent plus qu'eux sur le "où", "qui", "pourquoi", et "comment sortir".

Le premier épisode était minimaliste, psychologique, sombre et horrible (d'un raffinement aussi malsain que superflu...). Le second était toujours en huis clos mais davantage orienté science fiction, lumineux et avec moins de sauce tomate.

Ce troisième volet se situe avant les évènements du premier, et innove en nous plaçant du point de vue des opérateurs du Cube. Des techniciens recevant des ordres "d'en haut" et exécutant des procédures sur les prisonniers du Cube "en bas". Révéler l'envers du décor ne fait qu'amplifier l'absurdité de la structure, semblable à une hiérarchie autoritaire, opaque et Kafkaïenne ! Des personnages du niveau supérieurs interviennent au cours du film, dont le charismatique Mr Jax en costume raffiné et avec des manies de psychopathe. La musique d'accordéon l'accompagnant est un régal pour suggérer avec vie le processus dramatique qui s'enclenche. Un coup de téléphone nous montre que malgré sa fantaisie et sa désinvolture il est lui même soumis à une autorité anonyme.

Un sursaut de conscience pousse le héro à prendre le luxueux ascenseur d'où leurs viennent les ordres et les repas sur un plat en argent. Le symbole de la scène est magnifique lorsqu'il se retrouve devant le choix d'aller "en haut" pour comprendre davantage et se confronter à ses supérieurs, ou bien "en bas" pour mettre à profit ce qu'il sait et tenter de sauver les victimes.

Le Cube est une prison meurtrière, barbare, et ils en sont les opérateurs. On leur a dit que les prisonniers sont des condamnés à mort ayant signé un contrat selon lequel ils acceptent d'être placés dans le Cube.
La fin du film révèle que ces opérateurs sont eux même dans la même situation, des condamnés en sursis ayant oublié qu'ils ont signé une lettre de consentement. Eux qui pensaient que "bien faire leur travail" les préserveraient de l'horreur qu'ils font subir se retrouvent dedans. Et la pyramide fasciste-barbare se réveille trop tard... (crouit crouit, ndlr)

La ressemblance avec l'expérience de Milgram est claire. A la suite du procès d'Eichmann, ce chercheur a voulu déterminer si les collaborateurs des crimes Nazi avaient agit par conviction ou bien par soumission à l'autorité. L'expérience a montré que l'obéissance en dépits de ses convictions personnelles était bien plus forte qu'on ne le pensait. Dans l'expérience, deux volontaires croient participer à un test sur la mémoire, le premier devant répondre à des questions et le deuxième devant infliger des punitions croissantes par choc électrique en cas de fausse réponse. En réalité seul le punisseur est testé, le volontaire répondant au question est un acteur simulant la douleur. Le punisseur a été assuré d'être déchargé de toute responsabilité en cas d'accident, mais se voit progressivement pris en tenaille entre sa conscience et sa soumission au protocole.

Le film de 1979 "I... comme Icare" contient une scène célèbre qu'on pourrait qualifier de double Milgram: Un juge observe l'expérience de Milgram sans en connaître le simulacre, et demande d'interrompre le processus lorsque les punitions arrivent à des seuils très dangereux. On lui explique alors l'absence de danger, mais lui s'indigne que le punisseur continue à s'exécuter. On lui réplique que lui même est resté sans intervenir jusqu'à maintenant seulement ! (et toc)

Ouais ouais, bien sinistre tout ça... enfin, la psychologie est un de ces autres domaines qui me passionnent !

Démasquez les fascistes !

Après avoir participé à des groupes facebook déviants, vu "V pour Vendetta" et le livre "La Vague", j'ai fait quelques recherches et souhaite résumer ici des clefs pour savoir comment rapidement démasquer des logiques fascistes.

Première image emblématique : le faisceau (fasces). Chaque tige est fragile, mais unies en faisceau elles sont fortes. Première logique : "l'union fait la force". Jusque là tout va bien.

Les choses se compliquent avec ce qu'on entend par "union". Pour le fasciste, l'union c'est l'obéissance, la discipline.

Pour aller au delà de l'image du faisceau, le fascisme prend comme exemple un corps humain. Chaque membre participe au fonctionnement du tout, chacun obéit. Les éléments non productifs (parasites : artistes, oisifs, etc.), ou pire, contre productifs (virus : dissidents, opposants, etc.) sont donc ennemis du corps. Avec cette image, le critère de l'union devient la pureté. Les éléments impurs doivent être corrigés (camp de rééducation) ou bien supprimés.
Cette image du corps est étrangère à la nature des sociétés humaines qui sont plurielles et paradoxales.

Le dernier thème clef du fascisme est l'action. On le trouve dans le symbole du Cercle et éclair. L'action est ce qui suit le débat, et plus vite on passera à l'action moins l'opposition aura le temps de rectifier et mûrir la décision. Donc glorifier l'action c'est affaiblir le débat. Ensuite, lorsque l'action est lancée toute dissidence devient de manière évidente une opposition négative, apparentée à un sabotage.

A l'opposé du fascisme, il y a entre autres la diversité et les débats.
Dorénavant ouvrez l'œil quand vous verrez les mots "Union", "Force", "Obéissance", "Pureté", "Action"...

Billets connexes:

Une turbine solaire / Gas cycle based solar turbine

Je ne sais plus comment l'idée à commencer à germer, mais le résultat est là : un turbine à gaz sans gaz, entraînée par la seule lumière du soleil !


L'élément original est de concentrer les rayons en un seul faisceau parallèle. Ce faisceau pourra entrer dans un canal cylindrique profond et ne percuter la paroi qu'au fond. La profondeur de ce tube assure qu'après l'impact de la lumière sur le fond, les réflexions et radiations se feront en quasi totalité sur les parois du tube, emprisonnant le lumière et la convertissant quasi totalement en chaleur. Ce tube serait en céramique noire réfractaire, supportant environ un millier de degrés. Il sera encapsulé dans d'autres cylindres où circulera l'air comprimé.

Le reste du fonctionnement est similaire à celui d'une turbine à gaz : de l'air frais est compressé à 10 bar environs, puis est chauffé progressivement pour se dilater et venir entrainer une turbine. La puissance mécanique extraite par la turbine sert à entraîner le compresseur et l'excédent est converti en électricité. L'air d'échappement cède de sa chaleur à l'air compressé histoire d'améliorer l'efficacité.

Les chiffres : Pour une jolie sortie élec de 10 kWe, il faudrait un peu moins de 30 kW de lumière. 6h par jour d'été dans les bons déserts, l'ensoleillement est supérieur à 750 W/m². Il faudrait donc concentrer la lumière sur une surface de 40 m², comme par exemple une parabole de 7m de diamètre. Alors, pourquoi ne pas en installer dans quelques oasis au Magreb ?


On peut espérer faire monter l'efficacité en atteignant de très hautes températures, ce qui est tout à fait possible à partir de notre faisceau de lumière. Le procédé est sans émission, à part un peu de NOx si on tire trop sur les hautes températures.