To content | To menu | To search

Notes de Voyage

Tag - GuyFawkes

Entries feed - Comments feed

Dashboard of suspicious corporations

In our world of increasingly virtual interactions, companies mastering the information technologies and networks are quickly gaining power at several levels. Here is a table to keep an eye on those folks.

A healthy rule is to split our personal information and dependencies across different firms, or none of them if you can afford!

 

Influence

Monitoring

Hardware, physical world

News

Inspiration

Messenger

Activity

Google-Alphabet

Google News

Search, Ads, Youtube

Gmail, hangout

Android, Apps, Map, Chrome

Servers, Car, Calico (bio engineering)

Apple

Newsstand

iTune

iPhone

iOS, Safari, iLife, iWork, iCloud

Apple store, Apple Energy

Facebook

 

Ads

WhatsApp, messenger

Facebook

 

Amazon

Alexa

Amazon.com, Amazon studios

 

Cloud computing

Physical sales

Microsoft

 

Xbox, Bing seach

Skype, MSN, outlook, ex-hotmail

Windows, Office, Sharepoint, Linkedin

Nokia

Yahoo

Yahoo news, Finance, Geoplanet, Answers

Yahoo search, Music, Movies

Yahoo mails

Flickr, Tumblr, Delicious

Yahoo Travel

Baidu
百度

Tongji web analytics, Hexun finance

Baidu search, knows, Encyclopedia, Music, Image

 

NetDisk, Map, Browser, Yi OS, Space

Qunar travel

Alibaba
阿里巴巴

 

Alibaba movies

 

Alibaba, Sesame credit rating

Alibaba, AliPay

Tencent
腾讯

 

 

QQ, WeChat

CRF credit rating, WeiYun, WeiBo

TenPay

Xiao Mi
小米

 

 

 

MiCloud

Phone, laptops, TV

Hua Wei
华为

     

EMUI OS

Phones, data centers, network

News Corporation

Fox News, National geographic, WallStreet journal

20th Century Fox

 

 

Cinema

Disney

 

Disney, Marvel, LucasFilm, Pixar, Touchstone

 

 

Cinema, theme parks

Time Warner

CNN

HBO, Warner bros, Cinemax

 

 

Cinema

Comcast

NBC

Universal pictures, Focus

 

 

Cinema

 

Meanwhile in China, the wondrous Social Credit System looms quietly. Here is the full text outline document in English and Chinese. The keyword to justify it is 诚信  ("honesty", translated here as "sincerity"), a word that Alibaba's champion Jack Ma has been emphasizing a lot in his speeches.

And to attack another weak spot, Alibaba's Ant Finance is starting a cooperation with the UN Environmental Program UNEP to build a platform for individual monitoring of greenhouse gas. A green pretext to monitor the people!

Ads, Adore, and Addict: cultural shifts

As media and trends move faster, our consumer societies sometimes undergo spectacularly quick transformations. I have recently noticed 3 notions where cultural conceptions worldwide have been toppled upside down: the consumer will “Adore”, will be “Addicted”, and Ads are here to know what you like and become viral.

Adore
I’m starting my story the way it came to me. Living in Vietnam, I partly witness the transition and contrast from pre-war generation (under French influence, respectful of Confucian and Buddhist traditions), post war generation (pro USSR, but still keeping Confucian and Buddhist as part of Vietnamese identity), and the young generations (embracing exhibitionist consumerism, iPhones selfies and hipster styles).

Throughout Buddhism, “passion” and “enthusiastic fascination” (迷, Mê) is considered evil as a source of suffering. It receives similar treatment in Plato’s philosophy. This word has a negative connotations in Chinese and Vietnamese (e.g. 迷信: superstition, 迷惑: confuse, 迷宫: maze, 迷路: loose way, 痴迷: crazy, 低迷: depressed, 迷醉: intoxicate, etc.) However nowadays, the word is gaining glamour, and is considered as a desirable sign of enjoyment. In this advertisement here-below, it rhymes with Yêu, love.

A comparable shift happened long ago in English and French, when the word “adore” became a mere synonym of liking something very much. Considering the 2nd of the Bible’s 10 Commandments, forbidding the adoration of idols, we can see that the word has gone a long way up until now!

Addict
More surprisingly, as several studies start to warn about the addictive dangers of video games, apps, TV series and others recent digital medias, the very word “addictive” managed to become a marketing catchphrase! Countless ads praise the latest online “addicting games” that will “take control of your life” and “keep you awake all night”.

How incredible that the selling pitch of a product uses the exact same language as those denouncing their dangers! Have we gone to the point where self-indulgence, decadence and selfish craving can be openly glorified? Maybe these evils have been blamed too heavily in our traditional cultures and the feeling of guilt now swings back to the other extreme: claiming egoist hedonism and self-intoxication as a new way of life?

Advertisements
I remember 20 years ago, advertisement was still vastly regarded as a one-way marketing hunting tool, trying to urge consumers to buy a product or service. Every company was praising its own product and pushing them to the market. Later on, several studies showed that TV audience actually likes ads, for their catchy style and entertainment.

Further down the line, we saw Facebook asking us whether we find such or such ad interesting, relevant, or funny to us. That is another great shift: ads are supposed to become “relevant”, and to do so, each of us is supposed to allow Google and Facebook to know our tastes. Now, since most of us can’t really figure out what we would like, Google offers to plays the Gestapo-psychologist and spy on us to predict our behavior, and convert us into consuming appendices of the supply chain. No need to think further, mother Google will tell us “what we like”.

That’s it.
Now it’s time to ask ourselves whether we really want to go down that path:

Craze and crave in your cradle-grave, with umbilical cords to crate you as slave.

Maybe at some point, rejecting the machine assistance to consumer decision could be considered as a seditious act blamed for destabilizing the computed economy?

Actually to be fair, modern ads are not purely turning us into passive consumers, but also convert us into ambassadors, to share the ads in turn, either for its fun, or because we genuinely want to share the word. This implies more commitment, and maybe, even critical thinking! Such social interactivity with the ad is the opportunity for freedom of expression through online civil society, promoting or criticizing content.

BONUS: Social Credit Rating
When allowing personal initiative and freedom of speech, one of the next moves of abusive governments is "Social Credit". There are various forms of such rating. So far they mostly focus on the credit-worthiness of loan takers, analyzing their purchase record and contact list to determine whether lending them money is safe. For example the "Sesame credit" 芝麻信用 from Alibaba's 蚂蚁金服 "Ant Financial Service" in China since 2015, with 190 million users. Some dating websites (e.g. 百合 Baihe) encourages users to boast their scores, thus influencing matching, making it de facto a criteria for social segregation. Similar credit ratings are in use in the US (Credit Karma since 2007, and ironically since 2010: Credit Sesame!) Facebook also tried one in 2014, based on social media content, but called it off in Feb 2016 over regulatory issues.

Here is a broader and quite perverted version of social credit: Each citizen would be rated based on the compliance of his behavior with a given standard. Criteria could include purchases, message content, readings, travels, studies, and even non-secretiveness (willingness to show all their life for analysis), etc. Bad grade citizens are penalized when asking for services (loan, study, accommodations, etc.), while good pupils are rewarded. The social credit of whoever you connect with and meet could also affect your own credit, thus preventing social class mix and dialogue.

That would be a lovely way to manipulate populations by saying: "Yes you are free, but being "naughty" will make your life much harder..." Besides, whatever criteria included in the evaluation must be provided to the rating agency, since "You don't have anything to hide, do you?". Easy to see how it can go wrong.

In Vietnam a still distantly comparable rating system is used: "Gia đình Văn hóa" : 家庭文化: "Family with (proper) culture", which rewards compliant and orthodox families with a public signboard. Areas with above 80% of such families can also apply to receive the award. Luckily, it's a voluntary system and not everyone is monitored.. at least in principle.

I hope for an economic model rather centered on demand, where each of us can creatively express his wish about a new product or service, and build up a group of interested buyers. A kind of crowd funding, but only bringing forward ideas to the supply side. The next steps would aim toward a Venus Project model, where mass automation coupled with renewable energies and recycling enables a society of abundance, without money, less work, more freedom, creativity, and meaning.

A Map for Sci-Fi Movies

Science Fiction is a broad church, made of many sub-genres. For me it is a wonderful source of inspiration, talking about the future, technology, philosophy, psychology, politics, etc.

In the map below, i've proposed some topics in green. Non-SF but still akin movies are in grey.

What future? Venus project, Zeitgeist movement

Let's talk about the future!

Here is a fascinating proposal of futuristic society: no more money, mass robotization and computerization of optimal decisions, abundance and variety of goods, in the frame of available resources and environmental sustainability. The project also postulate that people born in this culture without scarcity nor competition would be free of greed, theft, and related violence. They would simply have the pleasure to what they are good at to serve the common good.

https://www.thevenusproject.com/

With the 100th birthday of the founder Jacque Fresco, they released their flagship documentary about the project: http://thechoiceisoursmovie.com

Unlike in communism, computerized science and abundance allows sound decisions without corruption. Administration would be minimal and transparent.

On the flip side, i don't think the issue of democracy can be discarded as they suggest, since many decisions are not only scientific: e.g. "What shall we maximize: freedom, happiness, aesthetics, or survival chances? (see my "map of ideals") Bioethics: Shall we allow human genetic engineering? Do we want Brave New World? How much freedom of speech do we allow in the face of science?"
We need democracy to avoid a technocratic dictatorship.

Further on the issue of robots and computerized decisions, like in "I, robot", I believe we could see some phenomenon of interpretation of basic principles (e.g. "Harm no human") which would imply some sacrifice once applied at global level, violating these same principles. e.g. "To save the group we might sometimes sacrifice few." With nascent consciousness, robots might not be so good at philosophy!
Again, that calls for some democracy, or at least a check-and-balance of powers.

PS: Facebook article

Carte des Idéaux - A Map of Ideals

A la suite de la tuerie de Charlie Hebdo, les réactions ont été vives de tous bords. Après une réflexion sur les divers idéaux invoqués, j'ai imaginé une carte pour les représenter, par affinités (vert) et conflits (rouge). Les outils neutres sont en gris.

Par "ordre naturel", j'entends l'équilibre selon lequel la nature s'agence en l'absence d'intervention humaine. Cet idéal se focalise sur la nature intrinsèque des choses et leur rôle (Dharma au sens large).

Les dilemmes enfin visualisés !

  1. Dilemme de la Naissance : Nature <> Égalité (Les hommes ne naissent pas égaux en facultés ni chances)
  2. Dilemme de la Prospérité : Mérite <> Égalité (L'accumulation systématique des richesses fausse l’égalité des chances, et peut se compenser par la redistribution, elle même posant un problème de mérite.)
  3. Dilemme du Don : Indépendance <> Partage (La main qui donne domine celle qui reçoit, le don implique une part d'humiliation, justifiant un désir d’indépendance)
  4. Dilemme des Nations : Liberté <> Unité (La constitution d'un groupe sacrifie la liberté de ses membres, et endommage sa diversité interne en magnifiant les traits communs, et isole le groupe de l’extérieur en renforçant sa singularité.)
  5. Dilemme de Rousseau : Liberté <> Engagement (S'engager, c'est manifester sa liberté tout en la détruisant... pour ensuite la régénérer en de nouveaux choix.)
  6. Dilemme de l’Identité : Tradition <> Changement (L’identité des choses résident aussi dans leur dynamique d’évolution.)
  7. Dilemme du Progrès : Satisfaction <> Critique (Être facilement satisfait est source de bonheur, mais coupe la dynamique de progrès par critique. Dans Fahrenheit 451 et Brave New World, on évite toute vexation en excluant le débat critique au profit du divertissement.)
  8. Dilemme de la Censure : Vérité <> Charité (Certaines révélations au mauvais moment peuvent rendre inutilement malheureux ou violent.)
  9. Dilemme de la Sagesse : Justice <> Pardon (Pardonner peut apparaître comme un déni de justice.)

Et au fait, où est Charlie ?
Peut être entre les dilemmes des nations, du progrès, et de la censure: on préfère garder sa liberté de critiquer et de tuer* plutôt que de supporter les inconforts pour une cohabitation pacifique.

- "liberté de tuer", c'est à dire de faire justice soi-même: un droit qu'on aurait jugé naturel et fondamental à une époque préhistorique et proto-historique pas si lointaine que ça !

Cette liste de dilemmes peut rappeler la liste d’idéologies douteuses faite en 2010.

Une mission pour la langue Laramin
Ma langue construite Laramin cherche à construire son vocabulaire de sorte à résoudre ces dilemmes, en proposant un nouveau point de vu avec de nouvelles notions, de sorte que les subtiles équilibres philosophiques ci-dessus deviennent des évidences pour le locuteur. La langue est notre lunette sur le monde et nos réflexions. Je pense qu'on peut éviter le problème à la source.

Film: Equilibrium

Dans notre joli home cinéma improvisé dans le salon, je me suis regardé le film « Equilibrium ».

L’idée centrale est de nous décrire une anti-utopie (« dystopie » comme on dit) de société où toute émotion est bannie, dans le but de couper à sa source tout comportement violent, passionnel et éviter une fatale dernière guerre mondiale.

Cela passe par la destruction des œuvres d’art et livres, d’où une ressemblance immédiate avec Farenheit 451 de Ray Bradbury, à la différence près que Bradbury décrivait plutôt l’abrutissement des masses par une culture de consommation vidée de réflexion et de poésie, remplacés par des données factuelles et divertissements basiques. Dans Farenheit 451 , toute pensée conflictuelle, discutable ou philosophique est bannie. Les gens s’y remplissent la tête de faits, de culture générale figée sans besoin d’esprit critique, ce qui leurs donne l’illusion de penser, comme une « sensation de vitesse sans bouger ». Les gens redeviennent brutaux et littéralement "bêtes". Dans Equilibrium, ce sont les sources esthétiques qui sont visées, toutes choses susceptibles d’éveiller des émotions, qu’elles soient positives ou destructrices. Les gens sont plutôt flegmatiques, indifférents et obéissants.

Puisque l’Homme a une faculté naturelle à ressentir, notre joyeuse société se dote d’un complément technique sous la forme d’un médicament pour étouffer ses émotions, le Prozium. (inspiré du Prozac ?) Chaque citoyen est tenu de s’auto-injecter une dose a intervalle de temps régulier. La différence avec le « Soma » du Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley est que ce médicament n’est pas une drogue du bonheur, au contraire. Elle doit être administrée par obéissance et non par dépendance. Ceux qui cessent de la prendre, ou bien manifestent des émotions sont arrêtés pour « déviance émotionnelle », jugés (ou pas) et exécutés.

Cette posture radicale induit naturellement un État totalitaire bien policé. La chasse aux déviants et la présence paternelle du dictateur sur tous les écrans géants rappelle vite 1984 de Georges Orwell. La séquence d’introduction du film sous forme de propagande/récapitulatif est aussi identique à l’adaptation cinéma du roman. La ressemblance continue, car dans 1984 le Parti incarné dans la personne mythique de Big Brother est une oligarchie, un groupe capable de se renouveler en continu sans limite de durée de vie. L’État est également collectif, rien n’appartient à aucun individu, tout appartient au Parti. Dans Equilibrium, on apprend que (attention révélation) le fameux « Père » est mort depuis longtemps mais son apparence visuelle continue d’être utilisée par les nouveaux dirigeants, qui s’y référent comme à une entité supérieure. En somme, un ventriloque imposant de respecter la volonté de sa marionnette. (J'aime beaucoup ce mécanisme dictatorial!)

Sans plus de justification, on voit une présence continue de vocabulaire religieux au sein de la structure fasciste. Le drapeau ressemble à l’emblème nazi où le swastika est remplacé par une croix potencée formée de 4 T. L’organe central du contrôle émotionnel est le « Tétragrammaton », nom grec des 4 lettres YHWH. Le vice consule (marionnettiste) exige l'obéissance totale au Père comme une forme de foi. Ce mélange totalitaire et religieux rappelle V Pour Vendetta avec le slogan « La force dans l’union, l’union dans la foi ». Les scènes de combat à la Matrix et l’issue anarchiste du film confirment la ressemblance. Disons que cette dimension religieuse plutôt gratuite et décousue donne une saveur plus originale et rehausse le tragique.

Le message du film est que les émotions et les rêves qu'elles suscitent sont la substance du monde, ce qui lui donne du sens. Même si le contrôle émotionnel réussissait à maintenir une paix éternelle, voire même sans répression (car en pratique la police tue, détruit et exécute presque autant qu'une guerre...), cette société ne viserait qu'à se préserver et n'aurait aucun sens. Ainsi, la jalousie, désespoir, haine et violence sont un lourd tribut à payer, mais indispensable à la l'accomplissement humain.
Pour aller plus loin que ce rejet d'Equilibrium, il est avoué au cours du film que les émotions sont comme un luxe, un luxe dont doit se priver une partie de la population afin de stabiliser l'autre partie qui en profite. Cette idée semble passer à la trappe vers la fin, mais ouvrirait pourtant à une société nouvelle, différente de celle d'avant Equilibrium, une société où la structure dirigeante prendrait des dispositions pour limiter ses passions et favoriser le pragmatisme.

Allez, une belle compilation de déjà-vus, qui donne au final un ensemble original et agréable ! J'aime beaucoup ces illustrations de totalitarisme sophistiquée et j'espère que, loin de rendre sceptique ou paranoïaque, elles ont l'effet d'un comprimé vitaminé d'esprit critique en familiarisant les gens avec ces mécanismes.. pour les éviter, bien sûr !

Le trio truand des dictatures amies

Les récents évènements de Tunisie et Égypte ont mis en évidence l'hypocrisie de certains pays occidentaux à l’égard des régimes autoritaires de la région. Ces régimes ont été longuement protégés et parfois instaurés par les puissances occidentales. Maintenant que ces leader autoritaires sont renversés ou en voie de l’être, il est de bon ton de les appeler des « tyrans » et de célébrer le génie des peuples épris de démocratie. Lorsqu’on souligne le retournement de veste, on se voit régulièrement dire « Certes ils étaient autoritaires, mais c’était la seule alternative face aux extrémistes musulmans. »

Je voudrais proposer un point de vue plus large et un brin machiavélique. Demandons-nous à qui profite cette situation de « dictature amie » ?

  • Au dictateur lui-même bien sûr, et son cercle d’amis au sommet du pouvoir.
  • Aux pays occidentaux soutenant le régime, car ils ont maintenant les faveurs de ce régime corruptible qui autorise généreusement leurs entreprises à venir exploiter les ressources nationales (pétrole, minerais, bois, etc.). L’histoire montre que les dictateurs hésitent rarement à brader leurs richesses nationales pour recevoir en échanges protection et pots-de-vin.
  • Aux extrémistes enfin, qui se retrouvent participants actifs de cette arnaque, souvent à leur insu. En effet ils sont bienvenus pour faire quelques attentats de temps en temps, et on leur garanti la meilleure couverture médiatique, car le spectre de leur menace est indispensable pour justifier et maintenir la situation. On parle d’eux et de leurs projets.

Un scénario assez naturel est comme suit:
1. Le pays développé "A" louche sur les ressources d'un pays du Tiers monde "B", mais ne peut pas le coloniser car ce n'est plus une pratique tolérable.
2. A met en place un régime autoritaire en B qui est redevable, voire même dépendant de l'aide de A.
3. A envoie ses entreprises se servir chez B.
4. A confectionne une menace pour justifier l'utilité du régime dictatorial B.

Ces extrémistes ne sont pas forcément des fondamentalistes religieux, mais peuvent aussi bien être des séparatistes belliqueux ou des rebelles. Leur menace justifie l’instauration des mesures autoritaires, notamment à des instantes clefs de la vie politique. On entend souvent dire à ce sujet « Les extrémistes ont organisé une séries d’attaque à l’approche des élections pour tenter de perturber le processus démocratique, mais heureusement le gouvernement a pris des mesures spéciale pour assurer le retour à l’ordre et la bonne marche des votes. » (Vers la bonne urne, ndlr)

Parfois enfin la menace extrémiste peut être vague, diffuse et extérieure. On entend alors « Certes ce régime est imparfait, mais il mérite d'être soutenu car c'est un facteur de stabilité pour la région. »

Il y a aussi un triple perdant, le peuple du pays :

  • Il se retrouve emprisonné dans une société dictatoriale et arbitraire.
  • Les ressources de son pays sont pillées par les compagnies des pays occidentaux complices.
  • Ils sont victimes du terrorisme et de la radicalisation organisée pour entretenir l’extrémisme.

De nombreux pays correspondent plus ou moins à ce profil, souvent autour du pétrole : Gabon, Turkménistan, Afghanistan, Arabie Saoudite, etc.
Pendant la guerre froide, le seule fait de ne pas être communiste a permis à des régimes dictatoriaux d'Amérique Latine de recevoir le soutient des États Unis.

Profils d'idéologies douteuses


Il y a beaucoup de gros mots en -isme qui méritent deux choses : une définition claire et une condamnation mesurée.
La plupart des idéologies, même les plus honnis ou tristement célèbres, perdurent car elles se posent en réactions légitimes à de vrais problèmes et ont des intentions louables. La plupart ne sont pas purement des impasses mais peuvent conduire au pire si elles sont appliquées excessivement.

Voici un tableau où je propose quelques profils, arrangés par affinités :

 

Idéologie Dénonce : Rêve de : Risque de :
Fascisme discussion incessante, inaction, désordre, sabotage coopération, unité, action, force, ordre, efficacité procédure rigide, répression de dissidence, soumission instrumentale, dictature
Purisme (dont nationalisme) standardisation, mondialisation, extinction, dilution, métissage, dégénérescence authenticité, pureté, identité censure, culture figée, chasse au dégénérés
Xénophobie invasion, vol, criminalité associée à l'immigration chacun chez soi, à sa façon fermeture, étroitesse d'esprit, ignorance, accusation, haine, paranoïa, guerre
Racisme vie inégalitaire, qualité selon l'origine ethnique, identifier et orienter selon race, optimisation catégorisation rigide, prédestination ethnique/génétique, génocide
Eugénisme vie arbitraire, tare, maladie, vie douloureuse à épargner amélioration biologique, sélection selon la beauté, le plaisir standardisation, soif de contrôle, intolérance, stérilisation, avortement obligatoire, euthanasie
Laïcardisme ingérence religieuse, dogme, théocratie liberté de conscience, démocratie sans dogme anti-cléricalisme, exclusion des religions, fois de substitution: technologie, idole, leader; vide spirituel
Ultra-Libéralisme intervention politique, choix idéologiques, manque de pragmatisme liberté, auto-régulation, optimisation cartel, non-droit, inégalités croissantes, jungle
Capitalisme petites industries divisées production concentrée, efficacité, puissance monopole, inflexion du politique
Communisme exploitation des travailleurs, aliénation, inégalités égalité, partage, état providence déresponsabilisation, baisse de qualité, de productivité, perte d'intimité, Etat trop fort, dictature
Démocratie totale représentation, mensonge d'élus, entrave au vote direct participation directe en assemblée, referendum sur tout raison des masses incompétentes et désinformées, manipulation, dictature des médias
Populisme classe dirigeante sourde, intermédiaires coupant l'initiative populaire dialogue direct entre leader/peuple mascarade, prétendue disponibilité du leader, problèmes individuels au lieu de gestion générale, dictature masquée
Conspiration -isme infiltration, lobby, communautarisme, corruption, mafia intégrité des dirigeants, intérêt général paranoïa, procès d'intention, interprétation obsessionnelle du monde

 


Il y a sans doute à redire et des maladresses à rectifier. Vos commentaires sont bienvenus pour améliorer l'exactitude de cette liste !

Billet connexes

 

 

 

 

Cube, Icare et Milgram

Je n'ai pas l'habitude de me regarder des films seul, mais hier ma générosité m'a laissé regarder "Cube Zero". (merci le Matthieu)

Excellente surprise, avec des ajouts très intéressants par rapport au concept initial déjà génial: un groupe de personnes diverses se retrouve sans raison apparente dans un labyrinthe formé de salles cubiques dont certaines sont mortellement piégées. L'environnement oppressant et absurde conduit le groupe à une coopération mêlée de méfiance, car chacun suspecte que les autres en savent plus qu'eux sur le "où", "qui", "pourquoi", et "comment sortir".

Le premier épisode était minimaliste, psychologique, sombre et horrible (d'un raffinement aussi malsain que superflu...). Le second était toujours en huis clos mais davantage orienté science fiction, lumineux et avec moins de sauce tomate.

Ce troisième volet se situe avant les évènements du premier, et innove en nous plaçant du point de vue des opérateurs du Cube. Des techniciens recevant des ordres "d'en haut" et exécutant des procédures sur les prisonniers du Cube "en bas". Révéler l'envers du décor ne fait qu'amplifier l'absurdité de la structure, semblable à une hiérarchie autoritaire, opaque et Kafkaïenne ! Des personnages du niveau supérieurs interviennent au cours du film, dont le charismatique Mr Jax en costume raffiné et avec des manies de psychopathe. La musique d'accordéon l'accompagnant est un régal pour suggérer avec vie le processus dramatique qui s'enclenche. Un coup de téléphone nous montre que malgré sa fantaisie et sa désinvolture il est lui même soumis à une autorité anonyme.

Un sursaut de conscience pousse le héro à prendre le luxueux ascenseur d'où leurs viennent les ordres et les repas sur un plat en argent. Le symbole de la scène est magnifique lorsqu'il se retrouve devant le choix d'aller "en haut" pour comprendre davantage et se confronter à ses supérieurs, ou bien "en bas" pour mettre à profit ce qu'il sait et tenter de sauver les victimes.

Le Cube est une prison meurtrière, barbare, et ils en sont les opérateurs. On leur a dit que les prisonniers sont des condamnés à mort ayant signé un contrat selon lequel ils acceptent d'être placés dans le Cube.
La fin du film révèle que ces opérateurs sont eux même dans la même situation, des condamnés en sursis ayant oublié qu'ils ont signé une lettre de consentement. Eux qui pensaient que "bien faire leur travail" les préserveraient de l'horreur qu'ils font subir se retrouvent dedans. Et la pyramide fasciste-barbare se réveille trop tard... (crouit crouit, ndlr)

La ressemblance avec l'expérience de Milgram est claire. A la suite du procès d'Eichmann, ce chercheur a voulu déterminer si les collaborateurs des crimes Nazi avaient agit par conviction ou bien par soumission à l'autorité. L'expérience a montré que l'obéissance en dépits de ses convictions personnelles était bien plus forte qu'on ne le pensait. Dans l'expérience, deux volontaires croient participer à un test sur la mémoire, le premier devant répondre à des questions et le deuxième devant infliger des punitions croissantes par choc électrique en cas de fausse réponse. En réalité seul le punisseur est testé, le volontaire répondant au question est un acteur simulant la douleur. Le punisseur a été assuré d'être déchargé de toute responsabilité en cas d'accident, mais se voit progressivement pris en tenaille entre sa conscience et sa soumission au protocole.

Le film de 1979 "I... comme Icare" contient une scène célèbre qu'on pourrait qualifier de double Milgram: Un juge observe l'expérience de Milgram sans en connaître le simulacre, et demande d'interrompre le processus lorsque les punitions arrivent à des seuils très dangereux. On lui explique alors l'absence de danger, mais lui s'indigne que le punisseur continue à s'exécuter. On lui réplique que lui même est resté sans intervenir jusqu'à maintenant seulement ! (et toc)

Ouais ouais, bien sinistre tout ça... enfin, la psychologie est un de ces autres domaines qui me passionnent !

Démasquez les fascistes !

Après avoir participé à des groupes facebook déviants, vu "V pour Vendetta" et le livre "La Vague", j'ai fait quelques recherches et souhaite résumer ici des clefs pour savoir comment rapidement démasquer des logiques fascistes.

Première image emblématique : le faisceau (fasces). Chaque tige est fragile, mais unies en faisceau elles sont fortes. Première logique : "l'union fait la force". Jusque là tout va bien.

Les choses se compliquent avec ce qu'on entend par "union". Pour le fasciste, l'union c'est l'obéissance, la discipline.

Pour aller au delà de l'image du faisceau, le fascisme prend comme exemple un corps humain. Chaque membre participe au fonctionnement du tout, chacun obéit. Les éléments non productifs (parasites : artistes, oisifs, etc.), ou pire, contre productifs (virus : dissidents, opposants, etc.) sont donc ennemis du corps. Avec cette image, le critère de l'union devient la pureté. Les éléments impurs doivent être corrigés (camp de rééducation) ou bien supprimés.
Cette image du corps est étrangère à la nature des sociétés humaines qui sont plurielles et paradoxales.

Le dernier thème clef du fascisme est l'action. On le trouve dans le symbole du Cercle et éclair. L'action est ce qui suit le débat, et plus vite on passera à l'action moins l'opposition aura le temps de rectifier et mûrir la décision. Donc glorifier l'action c'est affaiblir le débat. Ensuite, lorsque l'action est lancée toute dissidence devient de manière évidente une opposition négative, apparentée à un sabotage.

A l'opposé du fascisme, il y a entre autres la diversité et les débats.
Dorénavant ouvrez l'œil quand vous verrez les mots "Union", "Force", "Obéissance", "Pureté", "Action"...

Billets connexes: