To content | To menu | To search

Notes de Voyage

Tag - Music

Entries feed - Comments feed

Alibaba aux kermesses !



Il y a deux semaines, c'était la dernière fois que j'entendais les rugissements matinaux de l'école voisine... Il m'avait bien semblé que les évènements y étaient exceptionnels: estrade, nouvelles musiques, chorégraphies, etc. Il y a une musique que j'ai immédiatement cherché à enregistrer: elle commençait en gros cliché arabisant, mais avec le charme des voix d'enfants... et enfin le refrain carrément inattendu m'a ravi ! On est dans la scie musicale, la mélodie à tue tête qui obsède et égaie !
En voici une vidéo avec Bé Xuân Mai, probablement la plus jeune star vietnamienne à l'époque (il y a plus de 10 ans).



Et pour le Karaoké (indispensable), les paroles !

Continue reading...

Concert avec Verdi


Des amis participaient en amateurs dans la choral de ce concert, je prend un place par curiosité.. et quelle surprise ! Un concert magnifique d'un niveau inattendu, juste bluffant. Du verdi, du lourd, du culte. J'avais découvert le Dies Irae comme thème titre d'un jeu vidéo (j'avoue: Harry Potter Coupe du monde de Quiditch...) et le concept musical m'avait sidéré. Longtemps après j'en ai ré-entendu un bref extrait, mais impossible de remettre un nom dessus: j'étais alors presque sûr que c'était un morceau Russe type "traditionnel revisité de fin XXme pour affirmation d'identité nationale", comme les danses Polevstiennes de Borodine. (la troisième a des ressemblances fortes avec ce Dies Irae.)

Voici une très belle version, particulièrement intéressante car on y voit Herbert von Karajan avec une conduite d'orchestre très surprenante: sans baguette, presque sans tempo, beaucoup d'expressions théâtrales.... quel artiste !





Là c'est une illustration que j'ai imaginée avant hier: 4 barres de foudre métallique, une vague qui se rassemble, la crête de la vague qui frémit, avant de dévaler, pour heurter successivement les 4 piliers avec la violence d'un paquet de mer. 7 trompettes en prime, sinequanon d'un décor apocalyptique !
Le dessin est encore un peu brut et brouillon, je comptais peindre dessus... on verra bien ;)

Concert avec Muraro

Les rencontres à l'improviste ont du bon !
Hier c'est un stagiaire croisé dans un restaurant qui me recontactait pour un concert de piano à l'opéra. Roger Muraro nous a joué pas mal de Chopin, dont une polonaise qui me semblait impossible à faire pour piano seul ! Ensuite, symphonie fantastique de Berlioz adaptée au piano par Liszt. Et un petit rappel pour un nocturne bonus !

Fallait-il mieux s'asseoir dans les sièges à gauche pour voir le mouvement des mains, ou bien à droite pour capter les expressions du pianiste ? Muraro est extraordinairement impliqué dans son jeu, et son visage donne une clef supplémentaire à l'auditeur pour suivre son interprétation. Un peu bruyant dans certains passages techniques tout de même... (tf tf tf tf ce qu'il y a de mieux..) mais souvent drôle !

FFXII ou la Chasse aux Leitmotivs

Voici un post que j'ai fait sur le forum SquareMusic en 2010:

A l'occasion d'un style de compo en mosaïque, Sakimoto en a profiter pour pousser à l'extrême le jeu des leitmotivs cachés et thèmes habillés en variations diverses.

Comme je suis un malade des tableaux, j'ai rassemblé toutes les occurrences de leitmotivs, par piste et minutage.

La grande devinette, et c'est là que votre aide sera sans doute utile, est de tenter de cerner à quoi/qui chaque leitmotiv fait référence. J'ai proposé des noms pour commencer...

J'avoue que je me suis bien amusé à tendre l'oreille pendant toute l'OST

PS: comme l'image a l'air trop grand pour le blog, la version complète est visible ici.

Têt, ABBA et Philippines

Et voilà, le nouvel an vietnamien est déjà fini ! J'ai passé ce weekend avec la bande des philippinos qui habitent en face de ma chambre, entre billard et karaoké. Ils étaient excellents chanteurs, et je me suis moi même bien plu sur Yesterday, A View To A Kill et Bohemian Rhapsody ! Après, les repas dantesques à coups de "chuc suc khoe" vodka Hanoi sur fond de disque ABBA "Happy new year", le disque qui a tourné en boucle pendant 48h, avant que je sois le premier à avoir le reflex de survie et mettre la compilation Boney M de Noël... -__- Haha, quel bon temps !

Liturgie locale

Avec mon beau micro binaural en tuyau PVC j'ai enregistré les 2 dernières messes à la cathédrale. L'office vietnamien est impressionnant avec une belle et chorale et un organiste doué. Je chante dans leurs rangs depuis mon arrivée et là j'ai juste posé mon ordinateur devant la tribune et l'orgue, mon sac dessus, et le micro au sommet ! Tout l'enregistrement de ce matin est assez bon, avec un peu de souffle. J'ai ajouté aussi 4 morceaux BONUS de dimanche dernier, avec un bruit d'hélicoptère dû à l'écran de l'ordi. Il est conseillé d'utiliser des écouteurs pour profiter de la prise stéréo et des jolies lignes de basses.

La musique a du caractère, métissée entre couleurs locales, chant d'assemblée et touche romantique de l'organiste (grand amateur de Fauré et autres français !).

  1. 01 - Introit
  2. 02 - Mea Culpa
  3. 03 - Kyrie (bref et superbe !)
  4. 04 - dialogue
  5. 05 - Psaume
  6. 06 - Alleluia (Irlandais !)
  7. 07 - Credo
  8. 08 - PU
  9. 09 - Offertoire
  10. 10 - dialogue
  11. 11 - Sanctus (Classe)
  12. 12 - Anamnèse (Magnifique !)
  13. 13 - Doxologie
  14. 14 - Notre Père (Belle intro psalmodiée)
  15. 15 - Agnus Dei
  16. 16 - dialogue du centurion
  17. 17 - Communion
  18. 18 - Grâce
  19. 19 - Ave Maria
  1. BONUS - Introit (Très grave...)
  2. BONUS - Communion (Mozart ?)
  3. BONUS - Grace (Tristounet)
  4. BONUS - Envoi (avec pompe joyeuse et cloches à la fin !)

Coup de tableau sur la théorie musicale !

Parce que j'aime faire des tableaux et des listes exhaustives, voici ce que j'ai bricolé samedi matin avant de le mettre en ligne commenté sur le forum de musique Noctaventure :

De toutes beautés !
Les explications sont là bas...

Sting - Russians

J'avais souvent entendu et aimé la mélodie de cette chanson, comme venue d'une lointaine mémoire. Ce n'est que récemment que j'ai saisi tout sa portée tragique, amplifiée par la vidéo. La détresse cauchemardesque et impuissante de cette vision tirée de la guerre froide m'a vraiment pris aux tripes...


L'image est un lien vers la vidéo, et j'ai mis les paroles ci-dessous.

Continue reading...

Compo : Super Doudoune Racing Allstars !

Imaginez des cochons d’Inde grassouillets assis dans des petits karts, c’est à la fois musclé, funky, et kikoo hello kitty ! Mario kart enrichi en salsa et harmonie sucrée.

Continue reading...

Compo : Double concerto pour concertations suspectes...

et toutes les autres ...

Clip vidéo de pop iranienne ! / Persian pop clip

It all started with a regular cooking time in a Lappis kitchen with Ehsan. An then I started drumming on the funnel as Ehsan improvised something in the style of typical 6/8 persian pop. We decided to record something. 2h of voice recording, 4h of music composing, 9h of video shooting, 7h of montage and 1h of music aftertouch.... 22h for these 1'33" of fun ! It's also a tribute to our life here in this student housing.


Un éclair d'inspiration à 15h dimanche après midi !

Dans la cuisine avec un ami, je commence à tambouriner sur la hotte de cheminée, et nous voilà parti pour de la pop iranienne bien cheap XD

On prend ça au sérieux, et en 2h le chant est enregistré (avec un micro à 2 balles). De 20 à 24h je fini le fond orchestral. Puis le vendredi suivant on passe 9 heures à tourner les vidéos, puis 6h de montage sur Vegas hier...

Après ce total de 22h de boulot, voici les 1 minute 30 d'ethno pop épique, sur des paroles super kitsch en iranien

Le clip vidéo est aussi un clin d'oeil à notre logement étudiant à Stockholm... (en commençant par un zoom Google Earth ^^)

la version sonore HQ :
08-11-07 - Unreachable Desire - The Tune

Une version de bonne qualité est aussi en ligne sur le Facebook d'Ehsan, le chanteur.

Une autre est sur Dailymotion

Pour l'originale, 36Mo

Secret of Mana recomposé / VGM overhaul

Inspiration d'un soir, depuis le temps que je pensais réécrire ce morceau culte de Secret of Mana !


Peu de personnalisation, mais c'est toujours très instructif de reconstruire un si beau morceau.

08-10-08 - Kikuta, Secret of Mana - Into the thick of it

Salsa, espagnol et parfums de là-bas

L'année reprends, avec les cours de salsa en prime !

Je me suis trouvé un livre de poche pour démarrer l'espagnol en version Amérique latine, directement en vue d'un poste au Guatemala ou bien Honduras au sein de la boite où j'ai bossé les deux derniers étés. C'est tout sympa, ensoleillé et intuitif jusque là !

Ça faisait un moment aussi que je comptais mettre en ligne un peu de musique salsa.

Harmonie excellente et superbe progression, presque des accents de Mario kart ! (ok, désolé..)
Louis Raminez - Lluvia

Classe et mineure, avec toujours ces intro tirées d'on sait pas trop où !
Orquestra la palabra - Lady

Une autre que j'ai trouvée dans un CD acheté à une association africaine, en sortant d'une librairie avec une même bouquin de chinois... comme quoi le vagabondage linguistique appelle aussi le musical !
Arrepientete-Chichabum-La runita el sabor

Et enfin il faut que je finisse avec cet énorme musique, à peu près impossible à danser à cause de son rythme complexe.
Harmonie simple, mais un rythme complètement jubilatoire ! (et toujours plus de Mario kart)
Dave Weckl's Island Magic !

Concert Tchaïkovski à Istana Budaya

Dimanche typique de Kuala Lumpur :

Je pars le matin avec un vague destination en tête, une église, un bout de cathédrale. Là bas je bavarde et je fais la connaissance d'une poignée d'horizons différents. Ce matin c'est un Malaisien de Pinang qui m'a abordé en trouvant que je ressemblais à un juif polonais, et comme sa femme était polonaise... eheh ! Voilà que je participe à la messe avec eux, pour un office à la fois très catho tradi, mais avec une musique bien récente d'un style horriblement niais kermesse cheapos à mourir. Je comprends sur le coup la demande de Goscha, sa femme polonaise, à propos des chants de Taizé qu'elle voudrait tant importer ici ! A la fin de tout ça, ils me disent qu'ils doivent se presser pour répéter pour un concert ce soir. Ma curiosité me fait savoir qu'elle est violoniste dans l'orchestre national, avec un de ses fils. Je saute sur l'occasion de me renseigne sur les heures et prix. J'en parle à Angélique, Massoud et Reza, et la soirée est organisée !

Nous voilà donc, sapés comme des papes, à "Istana Budaya" (palais de la culture). l'opéra national est construit dans le style malais, avec des immenses toits triangulaire qui pourraient presque rappeler l'opéra de Sydney. Ce palais semble bien dédié à la culture locale, et ce concert très européen est exceptionnel. En effet, on aura droit aux portraits géants des 5 premiers ministres de la Malaisie le long des escaliers, puis carrément l'hymne national en ouverture (eh si, je vous confirme !). Des annonces à rallonge étaient faite en langue bahasa, mais cela était plutôt justifié vu le public largement local.

On attaque avec un oratorio bien suspect, quasiment bouffe. Composé par Joseph Horovitz, empreintant aussi bien au classico classique que le baroque, une touche de blues et quelques touches modernes concrètes, dépaysant et original.
Ensuite, Concerto pour violon op35 de Tchaïkovski. Un orchestre qui dépassait mes attentes en qualité (9€ la place et des mises en garde du la violoniste.) La soliste était en tous cas fantastiquement précise et même émotionnellement impliquée à mesure que le morceau se développait. Je note le deuxième mouvement, pour sa douceur dont le compositeur tire toujours une merveilleuse fantomatique nostalgie, et enfin un 3me mouvement qui m'a fait reconnaitre (enfin !) cette pièce.

Un entracte nous offre la possibilité d'un dîner bien malay, pour des prix dérisoires ! Par contre l'appelle au retour en salle a été drôlement discret, et comme les annonces étaient en bahasa, nous avons bêtement raté la reprise du spectacle...
On finit avec la symphonie n4 du même bonhomme. Premier mouvement en valse légère puis plus martiale. Deuxième mouvement encore plus magnifique que le II du concerto, lyrique et surtout moderne dans l'harmonie. Troisième malicieux et dynamique comme le veut la tradition, entre course poursuite de pizz et plaisanteries cuivrées. Final triomphant avec une utilisation étonnante des contrastes, dans les rythmes et les jeux. Tagada tsouin tsouin, applaudissements, et nous voilà de retour pour dodo avant la nouvelle semaine !

Musiques d'orgues françaises

Voici mon coup de cœur de ces derniers mois ! A l'occasion d'un concert de la radio en Suède, j'ai découvert Louis Vierne et sa musique à la fois douce, romantique, complexe et fraîche. Des musiques rares, que je n'ai pas pu trouver ailleurs que sur YouTube ! Voici les meilleures de celles que j'ai trouvées.

Je donnes le minutage des gros frissons qu'il ne faut pas rater

Pour commencer, voici par la brève et magnifique pièce qui m'a scotché :
Vierne_-_Pieces_de_Fantaisie_-_Impromptu
0'00'' : tournoiement de ce son d'orgue semblable à des perles de nuage, ronde à la fois fraîche, douce et fantomatique
0'48'' : intrigue menaçante
1'31'' : retour fluide vers le thème tournoyant
3'01'' : ronde fluide en version finale et majeure

Ce prélude mets en image un feuillage vert sous lequel se développe un mélodie basse, faisant grandir des tensions. Au centre, 1'09", une sorte d'hymne se déroule en montant vers un sommet qui s'effondrera à 1'39". Puis il reviendra vers le thème du début qu'il transformera.
Vierne_-_Pieces_de_Fantaisie_-_Prelude

De retour vers les tournoiements colorées et aériens, plus sucré et lumineux que l'impromptu.
Vierne_-_Pieces_de_Fantaisie_-_Naiades
0'56'' : thème doux sur fond de volutes virtuoses.
1'41'' : cadences aux couleurs plus nettes, puis retour sur les tournoiements.

Une plus longue, méditative et complexe, avec de fantastiques émotions.
Vierne_-_Pieces_de_Fantaisie_-_Clair_de_Lune
0'43'' : lancement d'une lente montée en tension
1'11'' : sommet local
1'21'' : accord fabuleux, majeur d'hollywood dissonant !
2'04'' : effondrement romantique
4'20'' : redémarrage résolu et puissant
5'08'' : sommet nostalgique

Et enfin pour finir, une belle de Marcel Dupré :
Dupre_-_Prelude_en_Sol_op_7
Début virtuose de panique, thème net et synthétique structurant les spirales harmoniques de la main droite.
0'51'' : fabuleux moment où les spirales tragiques se métamorphosent en une danse d'humour sur accords 7me,
0'56'' : le thème bas réalise un coup de maître en semblant donner forme à cette variation humoristique pour en réalité introduire la tension qui nous fera revenir dans la tension romantique, et le tout en exposant ce qui sera le thème fil rouge du prélude. Tout le reste est un magnifique crescendo bien articulé.
Dupre_-_Fuge_en_Sol_op_7
La fuge démarre aussi sur une émotion dramatique aux accents arabisants, mais avec un thème net et nu. Le thème s'étoffe et s'évade !
1'35'' le fil rouge du prélude reviens sur la scène.
2'08'' : le renversement du fil rouge brille.

Lumière sur la musique de Gabriel Fauré

Fauré, le découvrir, apprendre à l'aimer, halluciner, passer à autre chose, puis le redécouvrir, halluciner encore plus... une longue histoire !


Son harmonie géniale, profonde et retenue s'exprime essentiellement dans ses œuvres orchestrales. Je vous donne donc ses plus célèbres morceaux, ainsi que d'autres merveilles moins connues.

Requiem_-_01_Introit_et_Kyrie
Requiem_-_02_Offertoire
Requiem_-_03_Sanctus
Requiem_-_04_Pie_Jesu
Requiem_-_05_Agnus_Dei
Requiem_-_06_Libera_me
Requiem_-_07_In_Paradisum
Le thème du Kyrie à 2'20'' est toujours aussi bouleversant. Un fantastique sentiment de mouvement vers l'avant, d'ouverture, de gravité et de paix.
La détresse tragique qui émane de l'Offertoire prend aux tripes. J'avoue m'être inspiré un peu de cette vision pour ma compo sur la mort.

Pelleas_et_Melisande_-_01_Prelude
Pelleas_et_Melisande_-_02_Fileuse
Pelleas_et_Melisande_-_03_Chanson_de_Melisande
Pelleas_et_Melisande_-_04_Sicilienne
Pelleas_et_Melisande_-_05_La_Mort_de_Melisande
Attention à la surprise harmonique à 2'33'' dans le prélude ! La fileuse fraîche et légère fait la connection entre le thème du prélude et celui de la mort.

Parmi les incontournables :
Pavane_pour_Choeur_et_Orchestre
Elegie_pour_Piano_et_Violoncelle
Elegie_pour_Violoncelle_et_Orchestre

Et aussi voilà 2 adaptations pour guitare :
Pavane_pour_Guitare_et_Orchestre
Sicilienne_pour_Guitare_et_Orchestre

La méconnue et fantastique pièce aux allures de piano concerto :
Ballade_pour_Piano_et_Orchestre
Les variations de thèmes sont si géniales que je vous donne le déroulement pour vous aider à les repérer :
0'00'' : premier thème, rêveur.
1'25'' : brève exposition d'une phrase d'affliction et de douceur.
1'46'' : retour sur le thème rêveur.
2'27'' : phrase affligée et douce
3'00'' : Deuxième partie, sur un thème d'urgence et de fantaisie (craquage du son)
3'33'' : retour sur le thème rêveur
4'34'' : thème urgent
5'14'' : thème rêveur en version tourmenté
5'33'' : introduction du thème épique
6'12'' : descente au piano entre majeur
6'15'' : thème épique en couleurs galantes
6'32'' : thème urgent en variation croissante
6'54'' : thème épique dans sa version la plus affirmée
7'10'' : éclat fabuleux sur le thème épique
7'20'' : descente sur le thème urgent
7'32'' : conclusions sur le thème épique
8'08'' : clarinette et hautbois sur le thème urgent
8'18'' : piano seul sur le thème épique
9'00'' : thème épique en version pas épique !
10'33'' : résonances du thème urgent
11'18'' : ondulation sur le thème épique
12'07'' : ondulations romantiques sur le thème urgent
12'36'' : thème épique conclusif.

Deux extraits de l'opéra Caligula :
Caligula_-_Air_de_danse
Caligula_-_Melodrame_De_roses_merveilles

Et enfin une mélodie pour soliste et piano, fraîche et ironique :
Melodie_-_Mandoline

Composition : une tite valse !

En manque d'inspiration, je n'ai pas vraiment retranscrit l'aspect enfantin... et je me suis juste fait plaisir avec une compo courte et simple :)

PS : voici la partition du morceau revise en 2012: Partition
et le mp3 (Je ne sais pas pourquoi j'ai omis l'intro d'origine... c'est à rajouter !)

Mache Dorienne, pour orgues

Un petit message pour annoncer la dernière née :

08-03-11 - Marche Dorienne pour Orgues

Bonne écoute !

Quelques explications sur le forum

Récentes compositions !



Sumo fight, round one !
(cliquez sur l'image oki ?)

Marche lydienne
Une idée de début pour une courte marche qui donne de l'entrain aux pieds !
L'harmonie est faite d'une succession de modes lydiens : DoLyd, MibLyd, puis DoLyd et MiLyd. La mélodie a piccolo et basson appuie notamment sur les degrés VI et II, ce qui apporte de la douceur. Après je comptais mettre un break rythmique, puis un bref interlude de transition et déboucher sur un hymne paisible... plus tard ?

Sky garden
Un exercice, et hommage à Yasuhiro Kawasaki, compositeurs de "Illusion of Time". Il a un style plein de caractère, avec notamment une ligne basse très nette qui a une grande fonction rythmique et harmonique.
L'exercice consiste à réécrire la partition et surtout trouver les instrus qui collent le mieux aux sons originaux. Durant ces 4h, je me suis vraiment senti comme un chef d'orchestre : entre griffonner les partitions dans son bureau, et faire répéter ses musiciens pour faire sonner le tout comme il faut !

Compo : L'Usine à Rêves

On entend d'abord le ronronnement des machines, puis la sonnerie indiquant à l'équipe de nuit de lancer les machines. Les ouvriers s'activent ça et là, la tension monte et la grande usine se met en marche. Lentement, puis tout coule de source. Un thème d'orient lointain vient chanter sur le tout. Une flûte vient reprendre le thème. Puis c'est un glissement vers l'onirique et l'épique, sur corde et flûte. Puis une ambiance plus fantasy et mystérieuse avec le cor-basson-glockenspiel. Le tout finit sur des harmonies massives, colorées, surplombées d'un piccolo.

L'ensemble m'a l'air un peu hétérogène, la caisse claire est trop forte, le piccolo trop faible, les percus tapent trop à la fin... Enfin, comme d'habitude je suis heureux d'avoir pondu quelques bonnes idées au milieu de tout ça :)

Un concert avec Nobuo Uematsu

Quand Uematsu vient faire un concert à 30 min de chez moi, dans la prestigieuse salle de remise des prix Nobel, on dit pas non !

En lien avec le site français spécialisé dans l'actualité musicale de la firme SquareEnix, je suis parti avec de quoi couvrir l'évènement. (la classe :)) )

Je vous laisse découvrir les 22 images de la gallerie
ou encore un pack de 51 images, pour 68Mo
et aussi les 6 pages de commentaires que j'ai écrites dans la nuit, juste après le concert !

Un superbe spectacle pour résumer, qui a bien dépassé mes attentes, et m'aura vraiment ému. (notamment le 3me morceau !)

Découvertes musicales de l'été

Désolé, il n'y aura pas tellement de musiques traditionnelles, ou de pop indienne/indonésienne, car c'est souvent difficile d'identifier ce qu'on entend dans un resto ou à l'autoradio... Pour l'exotisme, j'ai quand même acheté à Bali 2 CD, de Gamelang et de Kecak ("kètchak"). Le premier est l'orchestre traditionnel, qui quoique connu reste très surprenant et hypnotique. Le deuxième est une sorte d'Opéra accompagné par un choeur très particulier, utilisant une technique vocale presque semblable à des percussions !

Voici l'extrait : Kecak balinais
Les amateurs de musique de jeu vidéo remarqueront que cette technique très particulière a été utilisée dans des morceaux tels qu'un des combats finals dans Secret of Mana, ainsi que la longue séquence d'intro de Vangrant Story.


Le reste des musiques sont essentiellement de VGM (video game music)

Je commencerai par ma plus grande surprise : une magnifique compo du controversé Junya Nakano (depuis qu'il a oublié de briller dans ses compos pour Final Fantaisy X)
Dans un style "transe orchestrale" :
Nakano - Holy war
Outre un titre qui ne laisse pas franchement rêveur, on a là 3 phases bien sympathiques :

  1. Une première assez minimaliste sur un motif de cordes, concentrée sur les accords riches qu'elle fait évoluer progressivement.
  2. Instrumentation à la fois brillante de douce de guitare acoustique, et de cymbales comme des éclats d'eau. Le tissu de corde se poursuit, et des roulements de timbale viennent compenser l'allure effréné donnée par le reste et la rythmique transe.
  3. La dernière séquence est la plus éclatante, propulsant une variété de couleurs aux cordes, telles des jets d'eau, reliés par des fil de mélodies fluides et délirantes (violon & clarinette ?), sur une rythmique transe encore plus affirmée. Le retour sur la première séquence est un peu brutal du point de vue instrumentation, mais ce contraste met en valeur le dépouillement orchestral de ce début, limité au simple timbre des cordes.


Du coté de Masashi Hamauzu, c'est son travail sur FFVII-Dirge of Cerberus qui m'a réservé de bonnes surprises.


Hamauzu - Lucrecia Crescent
Tout est centré sur le saxophone soprano, qui est utilisé quasiment comme une clarinette. Avec émotion et pudeur, il expose un des thèmes principaux du jeu.

Hamauzu - Une fille nommée "Shelke"
C'est là un thème de combat, entre légèreté et tension, centré sur le violon et la flûte traversière.

Hamauzu - Une demande en mariage
Une magnifique variation tragique sur le thème exposé dans Lucrecia Crescent. L'émotion vient notamment de la gravité implacable des cordes et du piano, qui avancent avec régularité, sans relâcher la pression jamais.

Hamauzu - Déclencher les évènements
Difficile de quitter le dossier 'FFVII-DoC sans parler de sa brève mais fantastique musique d'introduction. Les choeurs montent, la rythmique apparaît et l'allure va augmenter par palier sans que le tempo ne bouge d'un pouce. L'effet est le même que dans Une proposition'' : la régularité fait rapidement monter la gravité. Mais le véritable coup de maître se trouve au sommet de cette vague !
1'18" Au lieu d'une grande libération grandiose de cette tension accumulée, Hamauzu laisse place à une seconde de silence, pour retenir cette énergie de la même façon que dans Une fille nommée Shelke. Une instrumentation dépouillée laisse juste échapper 4 accords cuivrés, dans toute la tension silencieuse des cordes, avant d'être repris plus amplement par tout l'orchestre. Sans s'attarder davantage, tout se finit dans le brillant du triangle : c'est bien un introduction, il s'agit de charger l'auditeur d'émotion et non de la laisser s'échapper.


Du coté de Hitoshi Sakimoto, sa centaine de compositions pour Final Fantasy XII m'a fait la double surprise d'un style très nouveau, comparable à une mosaïque, et d'une qualité d'ensemble remarquable.


Sakimoto - La cité céleste ~ Bhujerba
La limpidité de la clarinette et la flûte dans ce morceau allant, fier et mesuré. Cette orchestration basée sur les mélodies aux bois se retrouve dans 2 autres compos plus anciennes. Je les donne ci-dessous :

Sakimoto - Veuillez entrer votre nom
Un dégradé soigné partant d'une clarinette, vers une orchestre aux couleurs calmes d'épique fantastique.

Sakimoto - Le Diseur de Bonne Aventure
Une version enregistrée en acoustique, avec hautbois, flûte, harpe et violons/violoncelles.

De retour vers le Sakimoto bien épique et dynamique qu'on connaît !
Sakimoto - Les Sables orientaux de Dalmasca
Un merveilleux dosage entre la tension, le scintillement joyeux, et la libération éclatante ! L'oreille attentive pourra noter que la mélodie à 1'00" reprends le thème de 0'23", et que thème à 1'37" est repris en majeur à 1'47". Une écoute d'autres musiques de l'album permet de confirmer qu'on peut retrouver en filigrane une dizaine de thèmes un peu partout dans chaque musique. Rien que celle-ci contient 4 thèmes, dont le thème principal à 0'23", et le leitmotiv du mariage à 0'42". On retrouve ces 2 derniers dans le morceau suivant :

Sakimoto - Thème principal de Final Fantasy XII
Une courte séquence d'intro fait la connexion entre ce nouveau thème et le cultissime Prélude à la harpe, qui est repris depuis l'épisode 1 de 1987.
- 0'40" : le leitmotiv du mariage,
- 0'55" : formidable débauche orchestrale pour lancer cette marche !
- 1'17" : séquence scintillante, avec le thème que j'ai nommé "à propos!". Ce fragment est exécuté 4 fois, tandis que les cordes discrètes jouent lentement une première exposition du "thème principal" proprement dit.
- 1'27" : réponse des cuivres et retour sur le motif d'ouverture de la marche.
- 1'32" : Rupture instrumentale, avec sautillement léger de pizzicati. Exposition plus claire mais toujours anecdotique du thème principal.
- 1'55" : Réponse par une autre variation sur le thème principal, et crescendo rapide sur rythmiques brisées ....
- 2'05" : Libération du thème principal dans toute sa splendeur ! (Ce que Hamauzu a évité dans son "Déclenchement d'évènements" !)
- 2'29" : passage rapide vers autre chose grâce au thème "à propos",
- 2'43" : Motifs de conclusion...
- 2'52" : Eclat du majeur final, avec une dernière utilisation du leitmotiv du mariage, fermant ainsi la marche comme elle a commencé.



En conclusion, j'aime bien parler des musiques que j'aime bien :)
N'hésitez pas à laisser un message, si vous avez vos impressions à donner, ou tout simplement pour valider ce grand barratin !

Musiques et films pô chers !

Je vous fais ici la liste des CD et DVD (copies ?! qui a dit ça ?) que l'on peut trouver ici pour un bouchée de pain.
S'il me reste de la place dans mon sac, il n'est pas impossible que j'y glisse quelque chose que vous m'auriez gentillement demandé...

Pour ce qui est des musiques de jeu vidéo :

  • Pour 16RM (3.5€) : tous les Piano collections (FFIV, FFV, FFVI, FFVII, FFVIII, FFIX, FFX, FFX-2), puis FFVII reunion tracks, FFVIII FLWV, FFX Vocal collection, FFX-2 Vocal collection, FFX-2 Final mix, FFXI 1CD, F Black Mages 1, Black Mages 2, More friends, Star onions, Zelda hyrule symphony, Zelda sound history, Zelda OoT re-arranged, MGS1, MGS2, Xenosaga anime OST.
  • Pour 29RM (6.3€) : FFVII DoC, FFVII AC, FFX-2 OST, FFXI OST, FFT, FFCC, 2002-0220 concert, Zelda IX Wind wacker, Xenogears OST, Xenosaga I, XS II, XS III, Sword of Mana OST, Kingdom heart I, Kingdom heart 2.
  • Pour 39RM (8.4€) : Chrono trigger, Chrono cross, FFVI OST.
  • Pour 49RM (10.5€) : FFVIII OST, FFIX OST, FFX OST, FFXII OST, Seiken densetsu 3, Seiken densetsu 4.

Il y a également un remarquable pack de 14 films d'animation Ghibli, pour 10€, comprenant :
Totoro, Only yesterday, Whisper of heart, Porco rosso, Kiki delivery service, Laputa, Naussicaa, The sound of the ocean, Pompoko, The grave of the fireflies, Mononoke, Howl's moving castle, Cat's return, The Castle of Cagliostro.
Le tout sur 5DVD géants de 8.4Go, au format mpeg2.

Compo au piano : Sukarina ~ La Ville en Sucre

De la MAo avec un petit "o"... dans mon exil terrible sous les tropiques, je suis privé de moyen de composition informatisée. Par contre ce que je peux faire, c'est brancher un minable micro (à 2 ringgint) à mon portable, et installer tout ça sur le piano de la résidence pendant quelques heures. Après un processus tordu et hasardeux, je peux rentrer chez moi pour retoucher la musique et la finaliser.

Sukarina ~ La Ville en Sucre

Le thème de cette Nocturne (concours de compo en ligne) est "la ville en sucre" ! Alors je l'ai joué sous l'angle de la grande ville merveilleuse, aux murailles blanches comme un village grec, où les couleurs douces et claires donnent le rythme des activités variées : enfants courants dans les ruelles sinueuses, marchands s'activant dans leurs étales à l'ombre des murs blancs, processions brillantes le longs des avenues, et scintillement des jeux d'eau au palais...

bon appétit :)

Les Marquises (Jacques Brel)

.

Continue reading...

La ville s'endormait (Jacques Brel)

.

Continue reading...

page 2 of 2 -