To content | To menu | To search

Notes de Voyage

Tag - Psychologie

Entries feed - Comments feed

Ads, Adore, and Addict: cultural shifts

As media and trends move faster, our consumer societies sometimes undergo spectacularly quick transformations. I have recently noticed 3 notions where cultural conceptions worldwide have been toppled upside down: the consumer will “Adore”, will be “Addicted”, and Ads are here to know what you like and become viral.

Adore
I’m starting my story the way it came to me. Living in Vietnam, I partly witness the transition and contrast from pre-war generation (under French influence, respectful of Confucian and Buddhist traditions), post war generation (pro USSR, but still keeping Confucian and Buddhist as part of Vietnamese identity), and the young generations (embracing exhibitionist consumerism, iPhones selfies and hipster styles).

Throughout Buddhism, “passion” and “enthusiastic fascination” (迷, Mê) is considered evil as a source of suffering. It receives similar treatment in Plato’s philosophy. This word has a negative connotations in Chinese and Vietnamese (e.g. 迷信: superstition, 迷惑: confuse, 迷宫: maze, 迷路: loose way, 痴迷: crazy, 低迷: depressed, 迷醉: intoxicate, etc.) However nowadays, the word is gaining glamour, and is considered as a desirable sign of enjoyment. In this advertisement here-below, it rhymes with Yêu, love.

A comparable shift happened long ago in English and French, when the word “adore” became a mere synonym of liking something very much. Considering the 2nd of the Bible’s 10 Commandments, forbidding the adoration of idols, we can see that the word has gone a long way up until now!

Addict
More surprisingly, as several studies start to warn about the addictive dangers of video games, apps, TV series and others recent digital medias, the very word “addictive” managed to become a marketing catchphrase! Countless ads praise the latest online “addicting games” that will “take control of your life” and “keep you awake all night”.

How incredible that the selling pitch of a product uses the exact same language as those denouncing their dangers! Have we gone to the point where self-indulgence, decadence and selfish craving can be openly glorified? Maybe these evils have been blamed too heavily in our traditional cultures and the feeling of guilt now swings back to the other extreme: claiming egoist hedonism and self-intoxication as a new way of life?

Advertisements
I remember 20 years ago, advertisement was still vastly regarded as a one-way marketing hunting tool, trying to urge consumers to buy a product or service. Every company was praising its own product and pushing them to the market. Later on, several studies showed that TV audience actually likes ads, for their catchy style and entertainment.

Further down the line, we saw Facebook asking us whether we find such or such ad interesting, relevant, or funny to us. That is another great shift: ads are supposed to become “relevant”, and to do so, each of us is supposed to allow Google and Facebook to know our tastes. Now, since most of us can’t really figure out what we would like, Google offers to plays the Gestapo-psychologist and spy on us to predict our behavior, and convert us into consuming appendices of the supply chain. No need to think further, mother Google will tell us “what we like”.

That’s it.
Now it’s time to ask ourselves whether we really want to go down that path:

Craze and crave in your cradle-grave, with umbilical cords to crate you as slave.

Maybe at some point, rejecting the machine assistance to consumer decision could be considered as a seditious act blamed for destabilizing the computed economy?

Actually to be fair, modern ads are not purely turning us into passive consumers, but also convert us into ambassadors, to share the ads in turn, either for its fun, or because we genuinely want to share the word. This implies more commitment, and maybe, even critical thinking! Such social interactivity with the ad is the opportunity for freedom of expression through online civil society, promoting or criticizing content.

BONUS: Social Credit Rating
When allowing personal initiative and freedom of speech, one of the next moves of abusive governments is "Social Credit". There are various forms of such rating. So far they mostly focus on the credit-worthiness of loan takers, analyzing their purchase record and contact list to determine whether lending them money is safe. For example the "Sesame credit" 芝麻信用 from Alibaba's 蚂蚁金服 "Ant Financial Service" in China since 2015, with 190 million users. Some dating websites (e.g. 百合 Baihe) encourages users to boast their scores, thus influencing matching, making it de facto a criteria for social segregation. Similar credit ratings are in use in the US (Credit Karma since 2007, and ironically since 2010: Credit Sesame!) Facebook also tried one in 2014, based on social media content, but called it off in Feb 2016 over regulatory issues.

Here is a broader and quite perverted version of social credit: Each citizen would be rated based on the compliance of his behavior with a given standard. Criteria could include purchases, message content, readings, travels, studies, and even non-secretiveness (willingness to show all their life for analysis), etc. Bad grade citizens are penalized when asking for services (loan, study, accommodations, etc.), while good pupils are rewarded. The social credit of whoever you connect with and meet could also affect your own credit, thus preventing social class mix and dialogue.

That would be a lovely way to manipulate populations by saying: "Yes you are free, but being "naughty" will make your life much harder..." Besides, whatever criteria included in the evaluation must be provided to the rating agency, since "You don't have anything to hide, do you?". Easy to see how it can go wrong.

In Vietnam a still distantly comparable rating system is used: "Gia đình Văn hóa" : 家庭文化: "Family with (proper) culture", which rewards compliant and orthodox families with a public signboard. Areas with above 80% of such families can also apply to receive the award. Luckily, it's a voluntary system and not everyone is monitored.. at least in principle.

I hope for an economic model rather centered on demand, where each of us can creatively express his wish about a new product or service, and build up a group of interested buyers. A kind of crowd funding, but only bringing forward ideas to the supply side. The next steps would aim toward a Venus Project model, where mass automation coupled with renewable energies and recycling enables a society of abundance, without money, less work, more freedom, creativity, and meaning.

Éducation Totale - Mapping out Education

The recent reading of the Wikipedia article on Jedi (the Star Wars frenzy can spark meaningful thoughts!) has lead me to realize how various fields of teaching and education can complement each others. Jedi are said to be "Polymaths", a word implying the mastery of many fields of knowledge, and at the Renaissance, mastery of arts as well. Since Jedi, like most Asian monastic traditions, blend rather physical training and wisdom, I came out with the following map of education:

The 4 fields of learning (Sport, Art, Science, Wisdom) are linked to 4 components of the person (Body, Heart, Mind, Soul), and nurture them with 4 types of food or accomplishment (health, beauty, science, peace).

Further, 4 types of historical teaching are proposed, giving emphasis on pairs of fields.

  • Sport+Art : Antique education as proposed by Plato
  • Art+Science : Renaissance polymath, like Da Vinci
  • Science+Wisdom : Medieval scholastic
  • Wisdom+Sport : Asian monachism

It is to be noted that back then, the definitions of the 4 fields were not as restrictive as shown here. For instance, Asian monks haven't excluded science but have been including part of it into their wisdoms.

  • The horizontal axis is about Power: Can and Know, "Pouvoir et Savoir". By combining horizontally Sport and practical Sciences, we could also imagine another very pragmatic education model: a nation of robots with no emotions (Equilibrium) nor conscience ! (Fahrenheit 451, Brave New World)
  • The vertical axis is about Feeling: Conceive and Receive, The combination of Art and Wisdom: people alternating between nerdy passionate creation, and peaceful selfless bounty to one another.

Maybe an accomplished man has to explore and balance all these fields?

I've integrated this map into the broader cardinal cycle.

Facebook post

Carte des Idéaux - A Map of Ideals

A la suite de la tuerie de Charlie Hebdo, les réactions ont été vives de tous bords. Après une réflexion sur les divers idéaux invoqués, j'ai imaginé une carte pour les représenter, par affinités (vert) et conflits (rouge). Les outils neutres sont en gris.

Par "ordre naturel", j'entends l'équilibre selon lequel la nature s'agence en l'absence d'intervention humaine. Cet idéal se focalise sur la nature intrinsèque des choses et leur rôle (Dharma au sens large).

Les dilemmes enfin visualisés !

  1. Dilemme de la Naissance : Nature <> Égalité (Les hommes ne naissent pas égaux en facultés ni chances)
  2. Dilemme de la Prospérité : Mérite <> Égalité (L'accumulation systématique des richesses fausse l’égalité des chances, et peut se compenser par la redistribution, elle même posant un problème de mérite.)
  3. Dilemme du Don : Indépendance <> Partage (La main qui donne domine celle qui reçoit, le don implique une part d'humiliation, justifiant un désir d’indépendance)
  4. Dilemme des Nations : Liberté <> Unité (La constitution d'un groupe sacrifie la liberté de ses membres, et endommage sa diversité interne en magnifiant les traits communs, et isole le groupe de l’extérieur en renforçant sa singularité.)
  5. Dilemme de Rousseau : Liberté <> Engagement (S'engager, c'est manifester sa liberté tout en la détruisant... pour ensuite la régénérer en de nouveaux choix.)
  6. Dilemme de l’Identité : Tradition <> Changement (L’identité des choses résident aussi dans leur dynamique d’évolution.)
  7. Dilemme du Progrès : Satisfaction <> Critique (Être facilement satisfait est source de bonheur, mais coupe la dynamique de progrès par critique. Dans Fahrenheit 451 et Brave New World, on évite toute vexation en excluant le débat critique au profit du divertissement.)
  8. Dilemme de la Censure : Vérité <> Charité (Certaines révélations au mauvais moment peuvent rendre inutilement malheureux ou violent.)
  9. Dilemme de la Sagesse : Justice <> Pardon (Pardonner peut apparaître comme un déni de justice.)

Et au fait, où est Charlie ?
Peut être entre les dilemmes des nations, du progrès, et de la censure: on préfère garder sa liberté de critiquer et de tuer* plutôt que de supporter les inconforts pour une cohabitation pacifique.

- "liberté de tuer", c'est à dire de faire justice soi-même: un droit qu'on aurait jugé naturel et fondamental à une époque préhistorique et proto-historique pas si lointaine que ça !

Cette liste de dilemmes peut rappeler la liste d’idéologies douteuses faite en 2010.

Une mission pour la langue Laramin
Ma langue construite Laramin cherche à construire son vocabulaire de sorte à résoudre ces dilemmes, en proposant un nouveau point de vu avec de nouvelles notions, de sorte que les subtiles équilibres philosophiques ci-dessus deviennent des évidences pour le locuteur. La langue est notre lunette sur le monde et nos réflexions. Je pense qu'on peut éviter le problème à la source.

Paradigme de l'Emergence

Here is a table which unifies in a original way scientific fields through one common phenomemnon: emergence. Each level emerges from the lower level and creates new entities, properties and behaviours.

I've discussed this in further details on this (French) forum: Article "émergence" sur l'atelier

  Objets Interactions Equations Drivers Metaphysical entities
5-Sociology 2-Society, 1-Group 2-Trade, war, 1-Language, help Trade balance , migrations, debate Ideals, aspirations Spirit (of democracy, of competition, etc.)
4-Psychology 3-Thoughts, 2-Emotions, 1-Sensations, signal Contradictions, associations, reflex Choice 3-Objective 2-Desire 1-Pleasure 3-Consciousness, 1-Soule
3-Biology 2-Organs/ body, hormons, neurons, 1-Cell Growth, vascularisation, metabolism Regulations, osmotic balance Nutrients Life
2-Chimistry Molecule, Functional sites Chemical reactions Acido/ basic balance, oxydo/ reduction Chemical potential -
1-Physics 2-Fluids,    1-Particles, waves 4 forces (electro-magnetic, weak, strong, gravity) Mass energy charge conservation Exergy -

 

Continue reading...

Cube, Icare et Milgram

Je n'ai pas l'habitude de me regarder des films seul, mais hier ma générosité m'a laissé regarder "Cube Zero". (merci le Matthieu)

Excellente surprise, avec des ajouts très intéressants par rapport au concept initial déjà génial: un groupe de personnes diverses se retrouve sans raison apparente dans un labyrinthe formé de salles cubiques dont certaines sont mortellement piégées. L'environnement oppressant et absurde conduit le groupe à une coopération mêlée de méfiance, car chacun suspecte que les autres en savent plus qu'eux sur le "où", "qui", "pourquoi", et "comment sortir".

Le premier épisode était minimaliste, psychologique, sombre et horrible (d'un raffinement aussi malsain que superflu...). Le second était toujours en huis clos mais davantage orienté science fiction, lumineux et avec moins de sauce tomate.

Ce troisième volet se situe avant les évènements du premier, et innove en nous plaçant du point de vue des opérateurs du Cube. Des techniciens recevant des ordres "d'en haut" et exécutant des procédures sur les prisonniers du Cube "en bas". Révéler l'envers du décor ne fait qu'amplifier l'absurdité de la structure, semblable à une hiérarchie autoritaire, opaque et Kafkaïenne ! Des personnages du niveau supérieurs interviennent au cours du film, dont le charismatique Mr Jax en costume raffiné et avec des manies de psychopathe. La musique d'accordéon l'accompagnant est un régal pour suggérer avec vie le processus dramatique qui s'enclenche. Un coup de téléphone nous montre que malgré sa fantaisie et sa désinvolture il est lui même soumis à une autorité anonyme.

Un sursaut de conscience pousse le héro à prendre le luxueux ascenseur d'où leurs viennent les ordres et les repas sur un plat en argent. Le symbole de la scène est magnifique lorsqu'il se retrouve devant le choix d'aller "en haut" pour comprendre davantage et se confronter à ses supérieurs, ou bien "en bas" pour mettre à profit ce qu'il sait et tenter de sauver les victimes.

Le Cube est une prison meurtrière, barbare, et ils en sont les opérateurs. On leur a dit que les prisonniers sont des condamnés à mort ayant signé un contrat selon lequel ils acceptent d'être placés dans le Cube.
La fin du film révèle que ces opérateurs sont eux même dans la même situation, des condamnés en sursis ayant oublié qu'ils ont signé une lettre de consentement. Eux qui pensaient que "bien faire leur travail" les préserveraient de l'horreur qu'ils font subir se retrouvent dedans. Et la pyramide fasciste-barbare se réveille trop tard... (crouit crouit, ndlr)

La ressemblance avec l'expérience de Milgram est claire. A la suite du procès d'Eichmann, ce chercheur a voulu déterminer si les collaborateurs des crimes Nazi avaient agit par conviction ou bien par soumission à l'autorité. L'expérience a montré que l'obéissance en dépits de ses convictions personnelles était bien plus forte qu'on ne le pensait. Dans l'expérience, deux volontaires croient participer à un test sur la mémoire, le premier devant répondre à des questions et le deuxième devant infliger des punitions croissantes par choc électrique en cas de fausse réponse. En réalité seul le punisseur est testé, le volontaire répondant au question est un acteur simulant la douleur. Le punisseur a été assuré d'être déchargé de toute responsabilité en cas d'accident, mais se voit progressivement pris en tenaille entre sa conscience et sa soumission au protocole.

Le film de 1979 "I... comme Icare" contient une scène célèbre qu'on pourrait qualifier de double Milgram: Un juge observe l'expérience de Milgram sans en connaître le simulacre, et demande d'interrompre le processus lorsque les punitions arrivent à des seuils très dangereux. On lui explique alors l'absence de danger, mais lui s'indigne que le punisseur continue à s'exécuter. On lui réplique que lui même est resté sans intervenir jusqu'à maintenant seulement ! (et toc)

Ouais ouais, bien sinistre tout ça... enfin, la psychologie est un de ces autres domaines qui me passionnent !

Expériences insolites et réflexions sur les rêves


Le présent pur, c'est l'inconscience. Bergson

Une citation tordue trouvée dans le cahier philo de cet été... mais voilà qu'une expérience de sommeil me l'a fait comprendre un peu plus.

Paradoxe du rêveur
Qu'est ce qui fait qu'on se souvient de son rêve au matin ? Les conditions du réveil sans doute, le niveau du cycle de sommeil où l'on a été interrompu peut être. En tout cas cela faisait un moment que j'avais relevé une sorte de paradoxe temporel : Quand on vit son rêve et qu'on le ressent, tout semble se passer au présent. Alors comment se peut-il que le fait qu'on soit conscient ou non de rêver dépende du déroulement d'un évènement encore futur : le réveil ?

Rêve éveillé, en poupée russe, mais sans mémoire
J'ajoute sur la table une bizarrerie du sommeil. Imaginez vous en train de vous endormir, et tout à coup vous vous ressaisissez à moitié pour vous retrouver comme éveillé, mais dans votre rêve. Vous aurez donc conscience que tout et possible, pourrez choisir vos premières action, avant de perdre le contrôle. (Typiquement pour moi quand j'ai la chance que ça m'arrive, faire un petit bond dans les airs et me laisser planer à 2m du sol !)
L'autre occasion de se retrouver en rêve éveillé, ce sont ces doubles réveils. En général cela se passe comme un réveil normal, sauf qu'il y a des détails qui vous font réaliser que ce n'est pas fini ! Et puis là, vous vous réveillez pour de bon. J'en vient maintenant à une chose que j'ai réalisée : lorsque l'on rêve, semi conscient ou pas, il est impossible de se rappeler des évènements passés. Je m'en suis rendu compte à une période où j'avais l'avais l'habitude de prendre des notes après certains rêves, mais cette fois j'avais mon crayon et papier, et impossible d'utiliser la mémoire ! Je n'ai réalisé que quelques secondes plus tard que le rêve continuait... Et quant à la méthode pour provoquer ces rêves éveillés, désolé, je n'ai trouvé aucune recette miracle. Ça m'est juste arrivé 4 ou 5 fois.... pour autant que je me souvienne (!)

Conclusion Trêve de blah blah, voilà ce que je trouve à répondre au paradoxe aujourd'hui : Quand on rêve, tout se passe au "présent pur" de Bergson. Contrairement au présent conscient de tous les jours, où l'on voit l'instant présent avec la perspective du passé et des projections futures, ce présent pur est sans mémoire, un simple point sans passé ni perspective. C'est peut être celui que vivent les animaux chaque jours, ou bien peut seulement dans leur sommeil.
Cependant, même si aucun souvenir n'est accessible, selon Bergson tout est mémorisé. Au réveil, c'est simplement si notre cerveau nous donne accès à ces souvenirs que nous auront l'illusion intime d'avoir vécu notre rêve au présent. Dans le cas contraire, tout cela restera un secret de l'inconscient, un de plus.


Billets connexes: