To content | To menu | To search

Notes de Voyage

How many languages do you speak?

Here is an embarrassing and wonderful question! Language is about sharing, listening and talking, and that implies inviting the others to speak one of these languages, but crossing the thin line between sharing and showing off is quick…

A fair answer should quantitative, giving the gradual levels of mastery. For me it would be between 3 and 8. Mwaaahaha!

Nouveau numéro français, pour de bon !

Voila, j'ai enfin pris un numéro avec forfait histoire de ne plus le perdre faute d'approvisionnement... Chez Free, un joli 07 pleins de chiffres verts: 07 81 77 42 77, ou plus clairement: "Hu Yefumofu". À noter !

Prochain passage en France

C'est cher mais c'est fait !
J'arriverai le samedi 10 Aout, transfer illico pour un mariage familiale pendant le week end.
Ensuite je serai a St Pierre Quiberon autour du 14-15 Aout, jusqu'en fin de semaine.
L'avion du retour sera le dimanche 25 Aout a midi.

Le reste est a composer, vos suggestions sont bienvenues !

Père Noël remplaçant

Vu à l'hotel Métropole de Hanoi :

Ho ho ho. J'attends encore quelques photos de plus pour vous montrer que j'étais convainquant... avec quelques coussins sous le costume !
Je remplaçais en dernière minute un Père Noël pour une fête du cercle des francophones de Hanoi. A noter sur mon CV, assurément ;)

Tour de ma chambre à Hanoi


Caméra au poing, je vous décris les 4 murs avec ce qu'il y a dedans, histoire de montrer la tanière et ma frimousse.



Quand je me suis réveillé paralysé

Il m’est arrivé à l’instant une expérience de sommeil extraordinaire et terrifiante !

Ce matin à 11h je me sens fatigué et me décide pour une sieste, ce que je n’aime pas trop faire en journée car cela me laisse souvent déboussolé au réveil. Allongé sur le ventre, le sommeil me semble léger, le bruissement de la ville et le soleil de la belle saison aidant.

Lorsque je me réveille, je suis pourtant allongé sur le dos. Je lève une lourde paupière, voit la fenêtre de ma chambre de Hanoi, referme l’œil. Apparemment encore sujet aux rêves, il me semble entendre du piano dans le couloir, ce même piano que dans la maison de St Pierre. Pas vraiment perturbé, j’admets que je devais tout simplement être à St Pierre… Je visualise alors la porte, bascule de mon lit, pose le pied, me lève et marche jusqu’à cette porte, l’ouvre et là… tout se brouille. Je rouvre l’œil et constate que je suis en fait toujours allongé sur ce lit dans la lumière de la fenêtre ! Un peu vexé par mon manque de volonté, je tente à nouveau d’aller à cette porte comme je comptais le faire. Je me vois à nouveau me lever du lit et approcher de la porte, et puis nouvel échec ! Décidément, ces siestes me mettent dans un état de mollesse agaçante ! Résolu à me sortir du lit par tout les moyens, je décide de me rouler sur la gauche jusqu’à tomber sur la moquette. Je me sens tourner, basculer sur le coté, puis ma jambe sur la moquette… mais non, ouvrir une paupière à nouveau me confirme ma léthargie persistante.

J’agite alors mon bras pour ma tapoter sur le torse, le visage, mais… où est mon bras ?! Je le sens bouger devant moi mais mon œil ne voit rien !! Je lève cette fois mes jambes mais là aussi, mes yeux ne voient rien apparaître dans leur champ de vision ! Qui croire ?! Je peux rabattre ma couverture sur mes jambes et en sentir la chaleur, mais mes mains sont invisibles si je les agite devant mon visage !

Je me rends à l’évidence : je suis paralysé.

La perception de mes mouvements et les sensations qui vont avec ne sont que le fruit de mon imagination, comme le confirment mes yeux que je peux à peine bouger et cligner.

Légère panique. J’ai du me tordre la nuque en dormant ? Je voudrais me masser le cou pour faire passer tout ça, mais impossible. Appeler à l’aide ! Je pousse un cri, mais comme je le craignais aucun son ne sort de ma gorge immobile. Je me vois un instant paraplégique à vie, la clinique, cligner deux fois de l’œil pour que l’aide soignant silencieux éteigne la télévision… puis chasse rapidement cette pensée. Ça ne doit être qu’un rêve… Cette paralysie a le mérite de me forcer au calme, même si les pensées restent chaotiques dans ma tête. Fermer les yeux me renvoi dans le monde de mon mouvement et de ma voix, ce que je préfère encore bien que la détresse y soit aussi présente.

J’ai choisi, avec patience, le monde où je ferme les yeux et attends de voir… et puis voilà, j’ai rouvert à nouveau les yeux, ai bougé mon bras, incrédule, et puis j’ai vu, avec grand soulagement, mon bras bouger devant mon visage. Pfiouuu !
C’est ce qui mérite de s’appeler un gros bad flip. Combien de temps ça a duré ? Quelques minutes ? Une heure ? Il est 12h30 à ma montre. Même maintenant le souvenir se fait lointain… Peut être trop bref pour me laisser une trace de sagesse, mais je suis très content d'en avoir fait l'expérience... et d'être de retour !

Avec le recul
En fait ce phénomène est un ''syndrome de paralysie du sommeil'' avec état "Hypnopompique" (pom pom). Il consiste à se réveiller durant le sommeil paradoxale. Pour mémoire, le sommeil se compose de 3 couches de lasagne répétées:

  • Sommeil léger, somnolence générale, sensibilité à l'extérieur, possibilité de quelques rêves.
  • Sommeil profond, cerveau éteint et corps actif, possibilité de somnambulisme, terreur nocturnes.
  • Sommeil paradoxal, cerveau actif et corps éteint, rêves et possibilité de joyeuseries associées. ( Rêve lucides, cauchemar persistants, etc.)

Au final, je réalise que tous ces symptômes me sont déjà arrivés au moins une fois !

  • Vers 10 ans, j'étais allé aux toilettes la nuit et m'y suis endormi par surprise. Je suis retourné en somnambule vers ma chambre mais suis rentré dans celle de mon petit frère, de configuration inversée ! Ne trouvant plus mes murs ni mon lit, je suis parti en terreur nocturne ! Reprenant connaissance, je n'avais aucun autre souvenir que celui d'être parti aux toilettes...
  • A 15 ans avec un peu de fièvre, j'ai fait un vieux cauchemar gentil à base de coordonnées cartésiennes... La passion de la filière S dans sa splendeur ! Le problème est qu'après le réveil les souvenirs me sont graduellement revenus sous la forme d'une prise (perte?) de conscience coupable et angoissée...Au bout de quelques minutes j'étais dans un état de transe terrifiée ! Il a fallu beaucoup plus de temps pour que ça se calme...
  • Après j'ai eu quelques expériences de rêves lucides, 2 fois initiées pendant le rêve à la suite d'un faux-réveil, et une fois dès l'endormissement.
  • Plus récemment, ce sont des sortes d'états hypnagogiques (à tes souhaits) que j'ai eu. Pour moi ça consiste à reposer ma tête dans mes mains sur mon bureau, en pressant mes yeux pour faire apparaître des flash lumineux. Spontanément des images apparaissent, très nettes, colorées et mouvantes. Je me laisse voguer au gré des évolutions, texture, détails... chaque image me semble singulière et originale, bien que j'arrive souvent à les associer à d'autres souvenirs. Durant ces assoupissements plus ou moins actifs, je reste conscient et peut même décrire les images en direct ! (avec beaucoup de spontanéité et d'hermétisme, Juliette a testé pour vous...).

Addenda
Après un peu de lecture sur le sujet, je réalise que mes expériences de rêves lucides ont été causées par le fait que j'ai eu l'habitude pendant 2 mois de noter mes rêves à mon réveil. C'est précisément ce qui est conseillé de faire pour causer ces phénomènes. Allez, je m'y remets alors, puisque j'ai testé et approuvé la méthode à mon insu !
- Mon premier rêve lucide a été causé par un faux réveil dans lequel je me réveillais dans un garage et entreprenait machinalement de noter mon rêve assis dans un carcasse de voiture, mais comme je n'arrivais pas à m'en souvenir, j'ai réalisé que j'étais encore en train de dormir, et me suis alors réveillé ! Brève expérience !
- Ma deuxième expérience a été aussi un faux réveil où je me retrouvais à Herblay (alors que je dormais à Valmorel...) et une fois levé j'ai voulu jouer de l'ocarina. Le problème a été que les trous étaient trop grand pour que je puisse les boucher.. alors là je me suis dit "Ça recommence !". Ma première réaction a été de prévenir les gens de la maison qu'on était toujours dans un rêve, révélation à laquelle ils étaient un peu perplexes ! Puis pour pousser l'expérience plus loin, j'ai voulu voir ce qui allait se passer si je mettais mon pouce dans ce trou d'ocarina trop grand. Allais-je causer un paradoxe lorsque l'ocarina rétrécirait ? Je me suis alors décider à me réveiller... pour me retrouver à Valmorel, la main coincée sous mon dos !
- Ma dernière expérience en date a été cette fois une lucidité dès le début du rêve. (Wake-initiated-lucid-dream) En temps-rêve, il n'a que moins d'une minute et j'ai perdu la main après avoir ouvert une porte. Le trop de liberté à imaginer la suite m'a distrait !

Billets associés
Dans la série des transitions exotiques avec le monde du rêve, il y a aussi ces 2 billets:

Photos: A Londres avec Matthieu

Ma première visite à Londres, avec l'ami Matthieu en Août dernier ! Le centre (Soho), Cue Garden, Notting Hill et carnaval...

Photos: un dîner à Hanoi

Les têtes du bureau dans une ambiance sympathique !

Piano et Intérieur revisité

Après quelques mois à rôder dans les magasins de piano, je me suis enfin décidé à m'offrir un clavier à "touché lourd", sorte de piano électronique imitant toute l'inertie et la sensation du piano, mais avec le réglage du volume, du type de son, la connexion ordinateur, etc...
De retour avec mes improvisation de fin de journée, et même quelques compos à présent possibles !

Il est arrivé dimanche soir et ce nouveau meuble m'a poussé à repenser l'organisation de ma chambre. Jusque là un grand lit était en plein milieu, barrant l'accès à la petite salle de bain et laminant tout l'espace restant ! J'ai commencer par le déplacer pour l'encastrer dans une sorte d'alcôve, cerné entre trois murs. Le reste des meuble ont pu être repoussés contre les murs et un grand espace central carrelé s'est trouvé libéré... presque trop vide ! C'est le jour suivant que j'ai eu les idées pour l'habillage: un assemblage de carrés de moquette pour faire un tapis prolongeant les lignes et couleurs des meubles. La touche final a été des rideaux verts qui étaient mal mis en valeur, formant maintenant une tenture uniforme pour cacher un armoire sans porte et un coin de bazar.

Torpeur reloue

Depuis mon retour de France j'ai rencontré deux fois des symptômes qu'on pourrait dignement qualifier de "torpeur reloue": Distrait, peu motivé, somnolant mais sans sommeil, indécis, agacé cette inactivité, etc. Ça se traduit souvent par le fait de rester des heures devant un email à écrire, ou de préférer retourner se coucher que de s'attaquer à des problèmes.

Je croyais d'abord que c'était un manque de sommeil, mais cette semaine j'ai pu me coucher toujours entre 22h et 23h, et cet après midi encore je retrouvais les même signes. Comme ça m'a suffisamment énervé, je suis parti me défouler dans un jogging intensif. J'ai bon espoir d'en sortir, même si je comprends pas grand chose...

Si vous avez déjà rencontré ces symptômes, racontez-moi, je me sentirai moins seul ! Mais surtout si vous avez une recette pour en sortir, je suis preneur !

Saisons marteau et tambours battants

Après un mi janvier très doux, le froid est revenu très fort jusqu'à la semaine de Têt... et depuis la chaleur est de retour ! Bien qu'on inaugure l'ai conditionné, le temps est assez idéal: frais le matin, doucement réchauffé dans la journée. Le chant des oiseaux matinaux rappellent le printemps ou l'été en France. Et pour couronner le tout, les arbres perdent leurs feuilles qui font des tas aux parfums d'automne...

Dimanche dernier j'ai fouillé les quelques boutiques d'instruments de musique pour trouver enfin un tambour convenable. Inspiré du Djembe, il est fabriqué comme un tonneau par des lattes de Jacquier, avec une forme très fluide. Le son se rapproche souvent des bongos avec toutes une variété de "dim dam dum" ! J'ai contacté une association de percussionnistes et ai joué avec eux hier dans un café-théâtre avec danseuses-du-ventre à la clef O_O... J'étais mort de rire pendant toute la performance tellement la démonstration était énorme !

Des vélos, si seulement...

Matin calme, tombé du lit à 6h, tiré par une sorte de doute à propos du mail que je préparais hier: "L'ai-je bien envoyé avant d'aller dormir ?". Surprise magnifique : Oui bien envoyé, réponse de Michel content, propose de traiter dorénavant directement avec le client. Bonheur ! Cette semaine qui vient, de fête du Têt, anniversaire, St Valentin, et fin de période d'essai se profile sous un jour joyeux. (voire carrément béatifique, si je puis dire.)

Les vélos ? C'est parce qu'en cette heure matinale, le chant du coq lointain est doucement agrémenté de chant d'oiseaux, ce qui me rappelle de façon saisissante la France ! (notamment le stage à EDF sur leur ile)
Mais la rumeur des motos avec leurs klaxons commence déjà à s'imposer... Imaginez que tout ça soient remplacé par des vélos ? Utopique ? Oui et non.
Comme je l'avais décrit, la circulation à Hanoi est à 90% des 2 roues et la vitesse standard est entre 20 et 40km/h maximum. Pour l'avoir experimenté je vois que le vélo est l'outil idéal pour se déplacer dans cette ville toute plate.

Alors pourquoi toutes ces mobylettes et scooters ? La seule raison que je vois, et de taille, est la convention sociale. La moto représente probablement un échelon de succès social et d'indépendance, le vélo étant plutôt utilisé par les écoliers et les travailleurs les moins fortunés. Quel dommage...
Il y aurait pourtant à la clef des économies sur le carburant, l'entretient, des économies d'espace pour les parkings et la route en général, et une très net amélioration de la pollution atmosphérique et... sonore !
Le rugissement interminable des klaxons est parfois vraiment pénible, d'autant plus que la majorité sonnent en tierces mineures.

Mais bref: diligence, félicité, délices !

Monitor Lizard

Mon patron m'a récemment donné un nouveau rôle qui se résume en un mot : "Monitoring".
Je m'occuperai de toutes les phases opérationnelles de nos projets, phases durant lesquelles on doit s'assurer du bon suivi des performances pour pouvoir réclamer en bonnes et dues formes les précieux certificats de réduction d'émission carbone.

Comme pour moi la clarté du sens passe par la clarté du visuel, un bon modèle c'est un bon diagramme, un bon concept c'est un bon logo ! Voici donc le sceau qui résume mon job.

Couleur "teal" sur fond indigo, cette créature est à mi chemin entre un dragon chinois et un bon gros "monitor lizard" comme on en a vu à l'île de Tioman en Malaisie. Des gros lézards dont certains grattent le sol pour attraper des insectes, et d'autres lézardent sur un rocher au soleil avant de plonger dans l'eau pour jouer les techniciens de surfaces. J'aime particulièrement leurs pattes avant avec les coudes vers l'extérieur qui leur donnent un air gaillard "pom-podom ouais c'est moi".

Quatre tours et du gâteau !

A peine retrouvé mon tonus, je me suis décidé à retourner courir cet après midi. Cette fois-ci il faisait un beau soleil autour de midi. Avec une poignée de petits beurre, que du bonheur !

Les préparatifs pour mon départ en Malaisie se bouclent, et pour demain je vais enregistrer à nouveau la messe vietnamienne... Les chants sont vraiment superbes et pleins de caractère. Vous en aurez les meilleurs morceaux en ligne très vite après !

Trois ptits tours et puis KO

Pratiquer un sport ici n'est pas facile, surtout qu'en cette saison les piscines sont toutes fermées. Je me suis contenté quelques temps d'un établissement avec un petit bassin et sauna/hammam aux fines herbes. Ce week end j'ai senti qu'il me fallait renouer avec un sport de fond pour me rééquilibrer efficacement. J'ai donc commencé à chercher des tennis pour courir. Naturellement, trouver une taille au dessus de 44 dans ce pays est vite un défi...


...J'ai décidé lundi d'aller dans le coin touristique pour trouver mes chaussures et aller directement courir (l'étiquette encore dessus, la classe rare) Entre Addidas et Nike les prix variaient de 1.3 à 2 millions, c'est à dire carrément plus que mon vélo neuf ! N'ayant pas trop le choix, je me suis dit qu'opter pour de la marque sera peut être un choix de santé pour mon dos après tout. Me voilà donc lancé autour du lac de Hoàn Kiém où sportifs, bavards et amoureux se côtoient dans la pénombre charmante. Le premier tour est un peu difficile, le second agréable, le troisième à nouveau difficile. Il faut frais et je suis vraiment épuisé. Je trouve une petite vielle qui me vend une bouteille de thé à la pomme, et insiste pour qu'elle aille m'en cherche une fraîche ! Ambiance Istanbul au rythme du goulot.

Le lendemain mes courbatures masquait un peu un début de grippe. Ce soir je suis KO avec mal de gorge et rhume léger.
Ainsi, bonne nuit !

Froid, zik et dong

Ici la température a brutalement chuté samedi et on se caille sous les tropiques ! Je retrouve pour le coup beaucoup de sensations de Suède, entre café Trung Nguyên et froid au pied. Malheureusement il semble que les chaussons fassent partie de ces choses introuvables à Hanoi, avec le gel à raser et l'aftershave... Il ne me reste plus qu'à être en position lotus à longueur de journée !

Je suis devenu l'organiste régulier pour les messes françaises (à la cathédrale, juste pour la classe). En vrai je suis juste sur un synthé en mousse dans un coté de la nef, mais ça me plait bien de pouvoir introduire un peu de mon répertoire favori, et retrouver un exercice musical régulier.

Parmi les autres nouveautés, il y a un téléphone Nokia 3110c dont je suis très content, troqué contre l'ancien + 1 megadong, du gros deal ! Je peux enfin avoir l'annuaire sur ordi, ainsi que les sms, avec une autonomie d'une semaine. Autre nouveauté accidentelle, un nouveau vélo. L'autre ayant été gracieusement mis à disposition d'X dimanche dernier, sans antivol... Le nouveau est encore mieux, pour le même prix que l'ancien, 1.3 megadong.

PS: Aaaaah et là je mange le dernier nougat qu'Abraham a rapporté d'Afrique du Sud.. combiné à la fraîcheur ambiante, j'ai le souvenir fulgurant de mon voyage en Iran !!

Vélo, Vittel et Guatemala

Mardi en revenant d'une journée dynamique, j'avais quitté le bureau 30 minutes plus tard que prévu et la circulation avait eu le temps de grossir considérablement. Cela ne m'a pas affecté pour la majeure partie du trajet où je traverse une des "terrae incognitae" de google map, ces blocs d'habitation denses irrigués de ruelles. En rejoignant la route, je me retrouve au milieu d'un fleuve de mobylettes s'écoulant lentement. Arrivé tout près de la ruelle qui conduit chez moi, le trafic se fige complètement... j'hésite, puis me décide à soulever mon vélo et le poser sur ma tête à l'horizontale ! Je marche alors au milieu des mobylettes, traversant la rivière avec mon vélo sur la tête... A ce moment j'avais l'impression d'être dans une de ces pub d'eau de source, où un jeune cadre dynamique trouve ce genre de solution au milieu d'une marrée de citadins blazés.

A peine arrivé à mon PC que je vois sur le coin d'une page internet.... la dernière pub Vittel : un coureur hippique portant son cheval sur les épaules !! Loul comme on dit, ces coïncidences payent leur sourire.

Sinon le boulot me conduit à m'occuper personnellement d'un projet d'hydroélectrique au Guatemala. Au menu, étude de faisabilité et texte de loi en espagnol, calcul financier abyssal, mais surtout, devoir acquérir une perspective dans le temps des diverses étapes d'un tel projet ! Je suis bien encadré, mais Michel-big-boss est exigeant, sous des airs très aimable et bonhomme.

Immersion vietnamienne

Beaucoup de choses ses sont passées mais j'en ai peu écrit !

Tout d'abord, j'ai déménagé de mon hôtel le 1 octobre, pour aller m'installer "chez l'habitant". C'est un maison toute verticale comme presque partout ici. La propriétaire est médecin, et c'est dans son cabinet que l'on entre dans la maison. Passée la cuisine, on prend un escalier qui nous conduit à la première chambre, puis un autre pour une autre, et encore un pour arriver à la mienne. Il y a encore un sorte de serre sur le toit pour la lessive.

La chambre fait environs 20m², propre à beaux rideaux verts, juste en face d'une école primaire... Cela signifie que dès 6h30 il y a une animation particulière, à grand renfort de chants pour enfants ! La propriétaire nous considère un peu comme une famille, et propose sa cuisine matin et soir (pho' ga le matin, co'm bo le soir). Le climat est agréable et presque frais par moment. La petite (et bruyante!) clim de ma chambre reste cependant utile par moment.

Récemment j'ai été invité à un concert de musique classique brésilienne, au conservatoire national... qui se trouve juste au bout de la ruelle où j'habite ! Superbe concert, musique très abordable et fraîche, entrée gratuite pas de refus, et commentaire musical en brésilien tout du long (ah ouais..). J'ai repris mon habitude d'enregistrer la totalité sur mon dictaphone, pour ajouter chaque morceau bien consigné dans ma bibliothèque. Je n'ai jamais été très sensible à la qualité sonore et me concentrais davantage sur le fond et l'harmonie musicale.
Cependant depuis que je suis arrivé, je concrétise progressivement un petit rêve technique : réaliser des enregistrements de haute qualité à l'improviste ! J'ai déjà bricoler ici un micro dynamique stéréo de type "binaural". Cela signifie qu'il enregistre le son quasiment comme un humain l'entend. En pratique, les deux micro sont imbriqués dans un "T" de PVC, espacés de 12cm, ce qui est à peut près la disposition des oreilles humaines. Ainsi les sons enregistrés sont non seulement bien séparés en gauche/droite, mais surtout il existera un décalage dans le temps entre droite/gauche en fonction du la direction de chaque source sonore. C'est précisément ce aspect qui est fondamental pour donner un saisissant réalisme dans la reproduction sonore.
Je rêve maintenant d'enregistrer des vidéos avec mon appareil photo, avec un tel son ! Imaginez la caméra navigant dans une ruelle bourdonnante, avec un son aussi immersif... o_O Imaginez aussi le passage du train, traverser une rue... chaque expérience serait sensoriellement si bien restituée !

A propos de me balader, j'ai décidé d'acheter un vélo, tant pour aller au bureau que pour la liberté du WE. En attendant je marche joyeusement, et je réalise à quel point le quartier où je suis est fabuleux ! Avant j'étais dans le vieux quartier, plutôt touristique, avec bâtiments de 3 étages et larges rue. Là je suis dans du vrai : La rue (Phô/) se ramifie en une ruelle (Gno~) , puis en passes (??) très étroites et absolument géniales ! C'est propre et tortueux, les deux façades montent sur 5 étages environs et ont pignon sur rue, donc le tout est encore plus immersif. Des maisons aux couleurs vives et avec beaucoup de charme et fantaisie. Au niveau des rues, les échoppes se succèdent, par spécialités. En descendant ma rue, Tôn Du'oc Thang, c'est : coffre-forts, chaîne et forets, poutrelles d'acier, plaques d'acier, barres de cuivre et alu, menuiserie, pianos, etc. On arrive ensuite au conservatoire national, et on peut s'engouffre dans une ruelle pour rejoindre la maison.
Sur le chemin du retour j'ai d'ailleurs eu la belle surprise d'être interpelé par une dame d'une cinquantaine : "Parler français ?". Woa ! Je lui ai répondu de mon meilleur vietnamien (hum..) Énorme :)

/^_^\

(paye ton mapin kikoo...)

Crampe, messe et tons

Ce matin j'ai suivi mon collègue indien Abraham à la cathédrale St François pour un office matinal à 7h ! Selon son habitude, nous y sommes allés avant le petit déjeuner. Bien que la messe ne dure qu'une heure j'ai eu plus de difficulté y participer vu mon ventre vide, et les crampes d'estomac (courtes pointes vives et passagères) qui m'ont surprises à mon réveil. Comme je sentais ma tête tourner, je suis allé me m'asseoir à l'entrée après la PU et y suis resté pour pendant la demi heure qu'il restait.

Déjà le WE dernier j'avais été surpris que leurs messes ne durent qu'une heure, contrairement à ce qu'on m'avait dit des milieux ruraux du sud ! Le déroulement est tout à fait similaire à celui que l'on voit en France, lui même similaire à celui des Anglicans que j'ai vu à St Paul de Londres.
La psalmodie du prêtre (évêque ?) est intéressante à cause du conflit que cela cause avec les tons de la langue vietnamienne. Certains tons interdisent la psalmodie (comme "chị", et peut être "mã", "chào" et "cảm"). Le ton plat s'y prête par contre très bien, et le croissant (chúa) marche aussi à condition de prolonger la montée par un plateau à la note souhaitée. Au final ça marche et tout monde comprend ! Le mélange chant/ton est superbe et permet de travailler la prononciation en même temps ;)
"Le Seigneur soit avec vous" devient "Chúa còn anh chị em", et se traduirait par "Seigneur avec grand-frère grande-sœur petit-frère-et-petite-soeur" !

Question pour Tam, Véro ou Yen :
existe-t-il une notation habituelle pour les tons vietnamiens à partir du clavier latin anglais ?
Par exemple en mandarin, les 4 tons (Ma, Má, Mǎ, Mà) sont écrits avec des chiffres : Ma1, Ma2, Ma3, Ma4.

Je proposerais de noter :

Vietnamien...Proposé...Mandarin...Bidouille actuelle
......Ma.....=.....Ma1.....=.....Ma.....=.....Ma
......Má.....=.....Ma2.....=.....Má.....=.....Ma/
......Mả.....=.....Ma3.....=.....Mǎ.....=.....Ma?
......Mà.....=.....Ma4.....=.....Mà.....=.....Ma\
......Mã.....=.....Ma5......................=.....Ma~
......Mạ.....=.....Ma6......................=.....Ma.

Pour conclure, je m'étonne de la passion avec laquelle je me mets au vietnamien, sachant que je serai employé principalement en Malaisie dès novembre... Je préfèrerais me concentrer sur le mandarin, et je craignais que le vietnamien ne brouille ce que j'ai de mandarin...
Mais on dirait que les systèmes d'écriture distincts, ainsi que les sonorités différentes aident à garder les connaissances en ordre !

Hanoi

Certains vont peut être être surpris, mais me voilà installé à Hanoï pour 2 mois ! C'est une formation avant de partir pour Kuala Lumpur et y travailler pour KyotoEnergy. Je suis arrivé samedi, et la ville m'apparait plus belle que l'année dernière où j'y avais fait brièvement escale. La chaleur est encore forte, mais ici il y a de vrais hivers. (jusqu'à 14°C, brrrr !) Bien qu'ayant pris l'avion le moins cher, le service était top avec Singapore Airlines. Je me suis entrainé au vietnamien avec un programme linguistique, puis je me suis regardé deux productions du Sacre du Printemps, et terminé avec le gros film Star Trek. Très peu dormis, mais je ne semble pas souffrir du décalage horaire...

En ce moment, la rue bourdonne et sonne de klaxons, elles sont surchargées, pleines de boutiques diverses et de restaurants installés sur les trottoirs. Si vous voulez voir le quartier je suis en fait ICI. Pour ce dimanche, je suis allé me faire couper les tiff, acheter des mangoustines (mon fruit favori !), le manuel lonely planet de vietnamien (une contrefaçon chère mais correcte). D'ailleurs on est pas mal à se motiver sur le Vietnamien ! Demain je commencerai au bureau... j'ai hâte d'attaquer les dossiers et faire connaissance avec les collègues !

Attention synesthésie ! / My synesthetic summary

Comment un simple chiffre/lettre appelle un cortège de sensations aussi intenses que décalées...

How the reading of numbers and letters give me colorful responses and more...

Continue reading...

Suédois pour 6 mois

Après ces longues vacances tout à fait cultes, de St Pierre, Herblay, Kuala lumpur, Vietnam, Shanghai à Lille, j'atterris à Stockholm pour la dernière année de master.

Le logement est toujours problématique et je suis logé chez un ami. Les cours se reprennent bien, malgré mes 2 semaines de retard, et j'aime toujours autant cette ambiance d'étude et de liberté. La salsa va redémarrer, et je vais me trouver un carnet d'espagnol pour attaquer aussi de ce coté ! Il faut aussi se remettre à la cuisine, ce qui est un doux mélange de corvée en plus mais aussi de créativité culinaire et bonnes bouffes ensembles...

Flash info Malaisie

J'ai pas beaucoup donné de détails sur ce moi passé, et surtout pas la moindre photo !
Consolez vous, il n'y a toujours pas de photo mais un peu d'info.

Des visites de temples chinois et hidous en villes, une virée dans la ville gouvernementale Putrajaya, une sortie à la ville d'héritage portugais Melaka, puis une échappée à Port Dickson pour voir un peu la mer de la cote... je vous prépare les photos de tout ça pour demain !

Coté boulot, c'est vraiment passionnant, et d'autant plus que le bureau à KL est bien managé avec une personne attitrée à cette tâche, pendant que Michel big boss arpente le 3 tiers du monde Vietnam-Guatemala-Belgique. Pas mal de technique et thermodynamique où je compense les lacunes du reste des collègues, mais aussi de la finance et économie pour diagnostiquer les projets qui se présentent à nous. Superbe, varié, bonne ambiance, que demande le peuple ?

Ah et aux faits, je suis bien arrivé !

Une semaine plus tard, les premières nouvelles arrivent.

Peu de choses ont changé depuis l'été dernier : au resto Putra, mythique à toutes heures, ils m'ont tout de suite reconnu ! Puis les gardes du condominium, quelque locataires à la piscine, la marchande d'eau au Mall, et surtout mon cher Reza ! Tout ce beau monde de nouveau.

Ce samedi soir après mon arrivée, j'ai un sentiment unique.... il me semblait que j'étais retourné dans le passé, quelques jours après mon départ d'ici en Septembre 2007. Comme si on m'avait donné une nouvelle chance, 4 mois de plus ici pour faire ce que je n'avais pas osé ou raté. L'ambiance nocturne aidant, tout avait une saveur de nostalgie. Je revenais dans le passé pour continuer ce bout de vie ici, laissant la Suède sur une autre ligne d'existence future.
L'illusion se complexifie quand j'ai retrouvé Iyad sur msn mon colloc Palestinien en Suède. J'étais alors en train de communiquer avec quelqu'un vivant dans cette Suède à la fois passée et future : passée car j'en ai des souvenirs, mais future car je suis moi même retourné dans ce passé de Malaisie, quelque part dans cette fin d'été 2007... Iyad me parlait comme un fantôme d'une autre ligne spatiotemporelle ! Grisant...

A la boîte, tout à grandi. Nous somme à présent 12 sur Kuala Lumpur. L'organisation est à 3 voire quasiment 4 niveaux hiérarchiques, ce qui se fait toujours dans la convivialité propre au pays. Malais, chinois, indien, anglais, français, vietnamien, le bureau est encore plus interculturel. A ce propos, je félicite mon chef anglais pour sa curiosité pour les langues, et ses efforts toujours appréciés de saluer chacun dans sa propre langue.

Le travail a pris tambours battant, encore plus intéressant que l'été dernier. Entre calcul énergétique, bricolage programmation excel VBA, vérification de gros dossiers, réu avec l'équipe industrielle mettant en oeuvre le projet, etc. Je commence presque à croire que je pourrais bosser quelques années ici en plein bonheur ! Le salaire tristounet et un manque de technologie de réfrigération me laisse encore hésiter. J'attends le 14 juillet pour demander auprès de la mission économique française à l'ambassade, entre champagne et montagnes de fromage :)

Avec Reza, on se prépare une virée (ma seule grande) vers Redang, l'ile à coraux au nord est. Elle est réputée pour ses lunes de miel à couples chinois, mais Reza et marié et on a bien l'intention de se balader sac au dos durant ces 3 jours là bas !
Plus tard, en décembre, je compte passer une bonne semaine en Iran pour être témoin de sa cérémonie de mariage, et visiter tout ce dont il me parle à moi et à sa famille depuis un an.

à plus tard pour la suite !

Le point linguistique

Bilan

  • Français : un peu ;)
  • Anglais : ok
  • Allemand : Il y a un an, j'ai passé le ZMP du Goethe Institut (Zentral Mittlestoffe Prüfung), j'étais alors capable de tenir une conversation et de commenter des documents et tout et tout... mais ça fait presque un an que j'en ai rien parlé... J'essaie de l'entretenir un peu avec les 2 allemands du master...
  • Malais-Indonésien : assez pour tenir quelques discussions basiques. Cette langue est magnifiquement ensoleillée, et aussi agréable à utiliser que l'italien. Grammaire facile, mais vocabulaire non intuitif !
  • Esperanto : lu presque sans souci, grammaire sur le bout des doigts, mais pas trop pratiqué à l'oral.
  • Mandarin : les nombres, un peu de vocabulaire basique, écrit et prononcés presque bien !
  • Arabe : les nombres et quelques salutations (mais encore incapable de le lire/écrire !)
  • Farsi : quelques phrases basiques, un peu de grammaire, et du vocabulaire de notre bon pays d'Iran.
  • Suédois : salutations de base !

Perspectives


Et maintenant, grande question : sur quoi m'investir ?
Mandarin ou bien Suédois ? Je me suis déjà inscrit pour le suédois, puisque ce sont les seuls cours dispo, gratuits, de qualité, encadrés, et en Suède ! Pour couronner le tout, la langue est assez similaire à l'allemand. En somme, le suédois s'impose par l'opportunité actuelle, et la certitude des résultats.


Mais pour l'avenir ? Je veux retourner en asie, et là bas, le chinois est une clef considérable. Que ce soit en Chine ou bien Indonésie & Co, ils parlé dans les sphères économiques autant, voire plus, que l'anglais. A noter aussi que le frangin Pedro veut s'y mettre, donc ça peut aider.


Pour m'aider, j'ai mes amis chinois sur msn pour l'écrit, et les chinois d'ici pour l'oral... Y'a plus qu'à ! (avec pour avantage de ne pas risquer de mélanger le voc chinois et suédois)

Des nouvelles en vrac !

Allez, un peu d'info !


En Suède en ce moment, le journées ressemblent un peu à ça :

  • Levé tranquille douche à 9h, (ou bien à 6h si les cours commencent tôt, ce qui arrive 1 à 2 fois par semaine)
  • "Sabah al Kheyr" à mon Syrien.
  • Tit dèj à base de Muesly au lait (autrefois au yahourt, quand je me gourrais dans les supermarchés !) Comme j'en ai marre en ce moment, je fais des variantes à base de Smaks ou Wheatoos.

Ingrédients pour journées tranquilles :

  • De l'eau dans les plantes : maintenant 3 pots de basilic, une ciboulette, menthe, et maintenant coriandre !
  • Visite à droité à gauche : Ivan le bulgare, Balia la grècque, Pau la mexicaine, Adam l'américain, Meg la mongole, Pablo le colombien, Akiko(o) la japonaise, Urmat le kirghize, Azadeh, Mina & Mori les iraniennes, Manoj le népalais, Khamze le kurde, Eliena la russe, Aamir le balouch, Yasir & Ahmad les pakistanais...
  • Emplettes à la gallerie commerciale du coin
  • Et bons gros repas à 2 ou à 6 !

Pour les journées un peu plus remplies de cours,

  • 10 min de marche vers la gare, 17 min de train, changement, 7 min de métro, 10 min de marche, et hop, en amphi !
  • Déjeuné, soit en réchauffant ce que j'ai réparé, soit au resto universitaire, soit à coup de sandwich.
  • Un tour au centre culturel pour faire renouveler les CD empreintés
  • Zouuu pour le cours de Salsa le mardi soir, ou bien le club La Isla le mercredi soir.

à cela il faut ajouter tous les imprévus et rencontres diverses...
... et aussi noter qu'il fait nuit noire à 16h !!!

Mise au couleurs locales

Non, je ne parlerai pas de Malaisie ici ! (bientôt, patience...)

Je veux juste dire ici que j'ai personnalisé bien comme il faut ce thème de blog. Des petites touches partout, jusque dans le minuscule logo des catégories qui reste quasiment identique... Des extraits de BD pour le bandeau d'en-tête, les puces de liste, les logos de titre, des trackback... et surtout le zouli arrière plan des blocs de citation, à base de caractères "Ranjana" venus du Népal...

Faire des retouches comme ça, c'est ma façon de prendre possession du thème et du blog. C'est un peu comme quand j'achète un bien de consommation de masse (vêtement, ustensile...), je me sens presque forcé de lui apporter des retouches (percer les pinceaux, découper les étiquettes des vêtements, ajouter à ma poêle une anse en fil de fer...) L'objectif est en fait de rendre ces objets le plus vite possible "uniques". Je n'aime pas le froid et l'anonymat d'un produit en 10 000 exemplaires, ceux que je possède doivent rapidement avoir un petit détail qui me dit qu'ils m'appartiennent bien !

Bon, je m'arrête là sinon il faudra que je redirige le post en Café du commerce!
(trop tard :p )

Napishtim embarqué dans le projet Wikipédia !


(eh oui, je m'amuse toujours autant avec paint ...)

Et voilà que je me lance dans cette aventure encyclopédique !

"Uta-Napishtim" est un personnage de la mythologie babylonienne, mentionné dans l'épopée de Gilgamesh. Il est l'équivalent du Noé biblique. J'ai choisi ce nom d'utilisateur, car pour moi, cette participation à la Wikipédia est une conséquence naturelle de ce que j'ai appelé le "syndrome de Noé". On pourrait l'expliquer comme ça :

"Soucis de rassembler chez soi tout les médias et fragments de souvenir qui nous sont chers, comme si demain tout pouvait disparaître, emporté par le déluge de l'oubli."

C'est peut être un comportement que j'ai hérité de mon père, et qui s'est manifesté dès le début du lycée, quand j'ai commencé à compiler toute la musique de jeu vidéo trouvable ! (Au bout de 35Go je me suis calmé ;)) J'ai aussi eu de mauvaise frayeurs avec des disques durs qui frôlaient le crash... cela m'a donné l'habitude de sauvegarder régulièrement mes documents, et particulièrement les textes, qui concentrent un maximum d'heure de travail par octet !

En tout cas, j'aime imaginer que Noé, en prévision du Déluge, n'aurait pas seulement sauvé chaque animal mais aussi chaque livre, image et musique du monde ! Une immense médiathèque au milieu des crocodiles cherchant à bouffer le milan qui a déjà bouffé le rossignol :) Ce thème du déluge m'intéresse beaucoup depuis un mois, et j'ai imaginé quelques scénarios qui se base dessus. Cela sera sans doute l'occasion d'un article, dans la rubrique "Idées carrément trop géniales"...

Pour en revenir à Wikipédia, démarré depuis quelques années, c'est probablement le projet encyclopédique le plus audacieux qui soit, notamment grâce aux nouvelles possibilités d'internet, combinées à une organisation de travail collectif. Y participer est un extraordinaire occasion de se renseigner à fond sur les thèmes qui nous intéressent.

__________ Quelques lignes sur ma personnalité ___________

.

Continue reading...